Justice 38 : Contre le validisme : justice pour les activistes handicapé-es

Une pétition pour soutenir les luttes des personnes handicapées, à l'occasion de leur procès à Toulouse. Une démonstration de l'inaccessibilité de la justice.

Contre le validisme :

justice pour les activistes handicapé-es de Toulouse

(...) 16 handi-militants (dont 7 en fauteuil roulant, 1 très malvoyante, d’autres handicaps invisibles et des proches) ont été jugés le 23 mars 2021 pour avoir, en 2018, entravé la circulation aérienne de l'aéroport de Toulouse-Blagnac et bloqué un TGV à la gare Matabiau. Ils ont mené ces actions de désobéissance civile non violente pour rendre visibles leur luttes contre le validisme (ou capacitisme ) et le recul des droits et les entraves permanentes que les personnes en situation de handicap subissent (Loi Elan qui a divisé par 5 la production de logements neufs accessibles, AAH sous le seuil de pauvreté et dépendante des revenus du conjoint, taux de chômage du double des valides, accessibilité attendue depuis 45 ans, ….). 

Ce mardi 23 mars, le procès des personnes en situation de handicap est devenu celui de la justice incapable de s'adapter aux nécessités d'accessibilité du tribunal et de l’audience pour des personnes handicapées. 

Palais de Justice de Toulouse : Monte-charge sale et branlant ne permettant pas l’accès au tribunal en autonomie Palais de Justice de Toulouse : Monte-charge sale et branlant ne permettant pas l’accès au tribunal en autonomie
Monte-charge sale et branlant ne permettant pas l’accès au tribunal en autonomie, absence du registre public d’accessibilité obligatoire depuis 2017, non-respect des mesures sanitaires (50 personnes dans une salle affichant maxi 28 personnes) malgré une militante présentant des comorbidités cardio et pneumo, absence d’interprètes pour une militante qui a d’importantes difficultés d’élocution, absence de documents accessibles et d’accompagnement pour une autre très malvoyante, absence de micro pour la juge (une autre encore entendra 1 mot sur 3 ou 4), absence d’accompagnants pour aller aux toilettes (une des femmes se fera dessus et finira avec de l’urine dans les chaussures…), absence de transports accessibles et d’aide pour rentrer chez soi qui a obligé les militants à occuper le tribunal à la fin de l’audience pour obtenir des solutions,…Ils ont été, une nouvelle fois, victimes d'injustice au tribunal de Toulouse. En effet, il y avait un manque considérable d'accessibilité contrairement à ce qu'oblige la loi. 

Sommet de l’ignominie et de la violence institutionnelle : alors que Bedria tente de prendre la parole comme tous les autres prévenus, elle est vite coupée par la juge qui lui balance au visage : « Merci Madame, je sais que c'est dur pour vous mais c'est aussi dur pour le Tribunal ». Qui refusera donc de l’écouter.

(...)

Ensemble, exigeons la condamnation du non respect de l'accessibilité par le tribunal de Toulouse, la relaxe des 16 militants et une consultation des associations réellement indépendantes (non gestionnaires) sur les moyens à mettre en œuvre pour rendre la justice accessible à tous. 

Signez la pétition


France 3 : Personnes handicapés : le procès à Toulouse vire à l'absurde et devient celui de l'accessibilité de la Justice

Dossier justice et police

L'accessibilité à la justice pour les personnes autistes passe notamment par le droit à l'assistance pendant les auditions, garde à vue et procès. Voir aussi : Justice 1 - Accusés autistes dans la salle d'audience

L'accessibilité pour l'autisme

Autisme : quel "gauchiste" a enterré l'heure silencieuse du mardi matin ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.