La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

530 Billets

29 Éditions

Billet de blog 25 avr. 2017

Le trésorier de Marine Le Pen perd son procès en appel contre Mediapart

Axel Loustau, trésorier du microparti de Marine Le Pen et conseiller régional FN, poursuivait en diffamation le directeur de Mediapart, Edwy Plenel, à propos de violences de proches du Front national à l’encontre de notre journaliste Marine Turchi. La Cour d’appel de Paris lui a donné tort, confirmant le jugement de première instance. M. Loustau se pourvoit en cassation.

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

C’est une nouvelle manche judiciaire qu’a remportée Mediapart, défendu par Me Emmanuel Tordjman, face à Axel Loustau, trésorier de Marine Le Pen et ancien militant du GUD (Groupe Union Défense).

Le 30 janvier 2015, alors qu’ils enquêtent ensemble sur le financement du Front national, nos journalistes Karl Laske et Marine Turchi se retrouvent face à un groupe de militants d’extrême droite, parmi lesquels Axel Loustau, trésorier de « Jeanne » le micro-parti personnel de Marine Le Pen et devenu depuis conseiller régional d’Ile-de-France et responsable des finances de la campagne. L’un des membres du groupe, Olivier Duguet, prédécesseur d’Axel Loustau à ce poste de trésorier de Jeanne, profère à l’adresse de Marine Turchi, chargée du suivi du Front national à Mediapart, les menaces suivantes : « Je vais te tuer !… Je vais te retrouver !… Je vais t’attendre en bas de chez toi ! »

Le 6 février 2015, sous le titre « La violence du FN contre la liberté de la presse » (lire ici), le directeur de Mediapart, Edwy Plenel, informe nos lecteurs de ces faits. La veille, invité du Grand Journal de Canal Plus, il les avait évoqués brièvement, au détour d’une question sur le Front national, en ces termes : « On a déposé une main courante au commissariat du 11ème arrondissement de Paris. Marine Turchi qui suit le Front national et qui révèle encore des choses sur le parti de Marine Le Pen, eh bien, Monsieur Loustau, le trésorier, a dit avec un autre, ils lui ont dit : "On va te tuer, on va t’attendre chez toi" ».

Ce sont ces brefs propos oraux que Axel Loustau avait poursuivi en diffamation, se gardant bien de poursuivre le billet écrit qui narrait les faits avec plus de précision. Toutefois sa plainte les déformait, comme nous en donnera acte le tribunal, sur la foi d’un constat d’huissier produit par notre avocat, Me Emmanuel Tordjman : la plainte omettait les quatre mots « ils lui ont dit » de façon à faire croire qu’Edwy Plenel attribuait les menaces proférées au seul Axel Loustau.

Lors de l’audience en première instance, qui s’était tenue le 8 avril 2016 (lire ici le compte-rendu), Edwy Plenel avait expliqué que ses rapides propos oraux résumaient l’agression verbale venue d’un groupe militant dont Axel Loustau était partie prenante, dont il ne s’était pas désolidarisé et dont il était à l’évidence le leader ainsi que la personnalité publique la plus notoire. Karl Laske, dans une attestation écrite reprenant ce dont il avait déjà témoigné sur son blog le 9 février 2015 (lire ici ce billet qui ne fut pas plus poursuivi par M. Loustau), et Marine Turchi, entendue à la barre comme témoin, confirmeront avec moult détails que le groupe dont faisait partie Olivier Duguet, l’auteur des menaces de mort, était « mené par M. Loustau », lequel leur avait demandé de ne pas appeler la police car « si on n’appelle pas la police, il va tenir ses amis ».

« Dans ces conditions, avaient donc jugé les magistrats de la dix-septième chambre du tribunal correctionnel de Paris, Edwy Plenel pouvait légitimement non seulement faire état de menaces de mort dirigées contre la journaliste Marine Turchi, mais aussi mettre en cause Axel Loustau, les éléments évoqués ci-dessus caractérisant à la fois un épisode de menaces de mort et montrant aussi, à tout le moins, le rôle actif de la partie civile [Axel Loustau] dans cet épisode – direction de groupe, volonté que la police ne soit pas appelée, fin de l’incident par son intervention et revendication dans un SMS [adressé à Karl Laske] d’un "boulot fait" dans la soirée des faits dénoncés. […] Il faut enfin relever que le ton employé par l’auteur des propos n’apparaît pas avoir dépassé les limites de la liberté d’expression, au regard des termes "ils lui ont dit", précision apportée immédiatement après la mention du nom de la partie civile ou, dans la suite de l’expression, de l’usage des expressions "vieille extrême droite assez brutale, assez violente" ». « Au regard de l’ensemble de ces éléments, Edwy Plenel peut, à juste titre, faire valoir sa bonne foi », avait conclu le tribunal qui l’avait renvoyé des fins de la poursuite.

Ce jugement du 17 juin 2016 a été confirmé le 30 mars 2017 par la Cour d’appel de Paris, qui a débouté Axel Loustau de toutes ses demandes. Dans leur arrêt, les juges estiment qu’« il était légitime qu'Edwy Plenel en qualité de directeur de publication, s'exprime sur un incident ayant opposé des journalistes de sa rédaction, alors que ceux-ci effectuaient une enquête sur le financement d’une association liée au Front national ». Les magistrats soulignent que « les journalistes qui s’étaient rendus au siège des sociétés d'Axel Loustau, qu'ils souhaitaient rencontrer, ont été pris à partie dans la rue par un groupe de personnes composé, entre autres, d'Axel Loustau ».

Au vu des éléments, la Cour juge « qu'Axel Loustau n'a pas lui-même prononcé les menaces de mort » mais que « la description de la scène, qui n'est pas précisément contestée par la partie civile, démontre néanmoins qu’Axel Loustau, mécontent que les journalistes viennent l’importuner au siège de ses entreprises, est à I'origine de leur prise à partie ». Mais aussi « qu'il a donné les consignes, alors que ceux-ci s’étaient réfugiés dans un café, pour que les menaces cessent mais à la condition qu'ils ne fassent pas appel aux services de police ». Les magistrats relèvent aussi que « les termes employés par Axel Loustau pour donner l’identité, totalement fallacieuse selon les journalistes, de celui qui les aurait menacés, sont également révélateurs du contrôle par la partie civile sur le groupe ».

La Cour conclut que ce « rôle central joué par Axel Loustau dans I'enchaînement des faits », « permettait à Edwy Plenel, qui ne s'est exprimé sur le sujet que quelques minutes, de faire état de l’incident [...] en se limitant à nommer, parmi le groupe hostile, celui du trésorier de I'association faísant I'objet de l’enquête ».

Axel Loustau a formé un pourvoi devant la Cour cassation.

Régulièrement poursuivi pour ses enquêtes sur la « GUD connection » qui gravite autour de Marine Le Pen, ou menacé dans le cadre de ces investigations, Mediapart a remporté jusqu’à présent tous ses procès face à l’extrême droite (lire nos billets ici et ).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi