Les éxilé.e.s occupant.e.s de Paris 8

Nous sommes les militant.e.s qui soutenons l'occupation d'un bâtiment de l'université Paris 8 par les exilé.e.s

Saint Denis - France

Sa biographie
Le bâtiment A de l'université Paris 8 est occupé depuis le mardi 30 janvier 2018 par des personnes exilé.e.s et leurs soutiens. Notre occupation s'inscrit dans le mouvement général de protestation contre les politiques migratoires européennes indignes et dans la continuité des occupations d'universités à Grenoble, Lyon, Nantes, et dans d'autres villes. De l'enfer de la Libye aux conditions "d'accueil" aux frontières de Schengen, des dizaines de milliers de noyé.e.s en Méditerranée au harcèlement policier à Porte de la Chapelle et à la Villette, la politique migratoire européenne et française continue de s'illustrer par son racisme et son inhumanité. Dans les prochains mois, le gouvernement français va faire voter la loi "Asile et immigration". Sous couvert d'améliorer l'accueil d'une faible proportion de personnes obtenant l'asile, cette loi condamne la majorité des exilé.e.s à la déportation, à l'enfermement ou à la clandestinité. Dans un même temps, le pouvoir exécutif organise la répression et les expulsions jusque dans les centres d'accueil et d'hébergement (circulaire Collomb et règlement de Dublin) poussant les exilé.e.s à dormir dans la rue plutôt que dans ces lieux. Les personnes exilé.e.s participant à l'occupation en on fait l'expérience. Depuis le 30 janvier, les exilé.e.s et leurs soutiens sont en négociation avec la présidence de l'université sur plusieurs points : besoins logistiques (libre circulation, accès à des douches) et délocalisation de l'occupation. En effet, la direction a proposé aux exilé.e.s de se déplacer vers des amphithéâtres de l'université, qui ne peuvent pas répondre aux besoins inhérents à une vie de groupe. La direction, face aux réserves exprimées par les exilé.e.s sur ces nouveaux locaux n'a pas hésité à brandir la menace de l'intervention policière, tout en se cachant derrière l'image de l'université comme étant militante. Ce blog, lancé le 6 février, a pour objectif de rendre compte de l'actualité de la situation de l'occupation, et de l'évoluion des négociations avec la présidence et les UFR de l'université Paris 8.
  • 11 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 0 contact
Voir tous
  • Nos papiers, monsieur le préfet!

    Nous sommes des universitaires, organisations, collectifs et groupes politiques, élu.e.s et artistes solidaires avec les exilé·e·s occupant.e.s des locaux de l'université Paris 8 depuis le 30 janvier 2018. Nous nous associons à leur appel à rassemblement, ce vendredi 13 avril à 15h devant la préfecture de Bobigny afin d'obtenir un rendez-vous avec le préfet de Seine Saint Denis.
  • Appel de rassemblement en soutien à Omar - le 27/02 ANNULE - un autre sera communiqué

    Suite à l'arrestation de notre ami et camarade Omar, occupant de P8, durant son rendez-vous de renouvellement de récépissé de demande d'asile à la préfécture, les exilé.e.s de Paris 8 lance un appel à soutien. /!\ ATTENTION - Rassemblement du 27/02 est ANNULE suite au déplacement d'Omar, nous communiquerons très vite un lieu et une date pour un rassemblement dans les prochains jours.
  • Communiqué de soutien à la forêt occupée de Bure

    Un communiqué d'occupant.e.s de P8 pour exprimer leur soutien aux camarades de Bure suite à la soudaine et violente action d'explusion de la police française: “L’état français et ses multinationales expulsent aujourd’hui des gent.e.s qui, comme nous, occupent un lieu pour l’habiter avec des pratiques différentes et ainsi continuer de construire un autre monde.” Résistons !!
  • Face aux politiques migratoires racistes, occupons plus de lieux

    Nous sommes les personnes solidaires qui occupons avec des exilé.e.s des salles du bâtiment A de l’Université Paris 8. Nous appelons à intensifier et radicaliser ce mouvement d'occupations pour établir un vrai rapport de force avec les gouvernements français et européen et mettre un terme au règlement de Dublin et aux politiques migratoires racistes.
  • 18ème jour d'occupation : les principales nouvelles

    Cet article est l'occasion de revenir sur les multiples événements qui ont marqué la vie de l'occupation hier (jeudi 15 février) et aujourd'hui. Au programme : arrestations, garde-à-vue, libération, reprise des négociations, menace d'expulsion, prochaines perspectives de mobilisation pour les exilé-e-s et leurs soutiens. Bonne lecture !