Le Macronistan impose le passe absurdi-sanitaire

Décidé dans le secret d’un Conseil de défense par le Génie de la Somme et voté par la Chambre d’Enregistrement, le passe sanitaire entrera en vigueur le 9 août 2021 dans cette lointaine contrée.

Comme c’est bien souvent le cas avec les textes de loi qu'E.M., alias le Grand Épidémiologiste, échafaude avec quelques conseillers sur un coin de table de son Palais, les dispositions de cette nouvelle loi recèlent quelques pépites qui valent à cette lointaine contrée le surnom d‘Absurdistan autoritaire dans la presse internationale.

Pour se rendre dans un hôpital afin d’y recevoir des soins programmés, pour accompagner un patient ou pour rendre visite à un proche qui est hospitalisé, les Macronistanais devront présenter leur passe sanitaire. Dans leur grande intelligence, les conseillers de l'Homme Fort ont toutefois prévu qu’il ne serait pas nécessaire dans les cas d’urgence. Les videurs de boite de nuit reconvertis dans le contrôle des passes à l’entrée des hôpitaux accueilleront donc avec bienveillance un malade inconscient même s’il n’a pas son passe sanitaire. C’est à ces petits détails que l’on reconnait les grandes nations.

Par contre, le parent accompagnant son enfant pour un examen à l’hôpital ne pourra pas y pénétrer s’il ne dispose pas du sésame. Il faut bien que les enfants apprennent à se débrouiller sinon on va en faire des assistés, que diable ! De même, les enfants d’une personne âgée résidant dans un EHPAD ne pourront pas lui rendre visite sans présenter le précieux document. E.M. tolère toutefois dans sa grande bonté qu’une exception soit faite si la personne est dans un état critique. C'est peut-être Dame Brigitte qui a suggéré cette mesure certes un peu laxiste mais que voulez-vous, il faut bien cela pour montrer que l'Homme Fort a aussi un cœur.

Qu’adviendra-t-il par ailleurs du patient qui rentre aux urgences sans passe (comme il y est autorisé) et qui doit ensuite être hospitalisé dans un autre service de l’hôpital ? Pourra-t-il y séjourner plusieurs jours sans passe alors qu’un patient se rendant dans le même service pour une consultation de 30 minutes ne le pourrait pas ? Ou bien, sera-t-il mis à la porte dès qu'il tient debout afin qu'il aille mettre ses affaires en règle ?

Sortons de l’hôpital pour aller au cinéma. Sans passe, pas d’accès aux salles obscures, même avec un masque. Avec le passe, les cinéphiles du Macronistan pourront regarder leur film … sans masque. Car le Grand Épidémiologiste et ses courtisans sont formels : une personne qui est vaccinée ne peut pas être contagieuse et ne peut plus tomber malade. C’est faux pour le reste de l’humanité et c’est pourquoi les Macronistanais réfractaires ne mesurent pas la chance qu’ils ont d’être dirigés par un si grand scientifique.

A l’hôpital, au cinéma, au restaurant, dans le train : qui va contrôler la validité du passe sanitaire et l’identité de son détenteur ? En bon lecteur de La Boétie, le Génie de la Somme (*) sait que « le tyran asservit les sujets les uns par le moyen des autres ». Et la version macronistanaise de l’Évangile ne dit-elle pas : « Je vous donne un commandement nouveau: Surveillez-vous les uns les autres, comme je vous ai surveillés » (Jean, 13 :34) ? Le patron du restaurant, la caissière du cinéma ou le contrôleur du train vont donc se transformer en auxiliaires de police et effectuer ces contrôles.

Les Macronistanais devront montrer patte blanche pour boire un café en terrasse mais cela ne sera pas nécessaire pour déjeuner à la cantine du boulot. Les amis oligarques de l'Homme Fort y étaient opposés et leurs désirs sont des ordres. Pourrir la vie des gueux, c'est bien l'objectif mais pour autant il faut qu'ils continuent de bosser !

Enfin, deux catégories de la population vont échapper à cette mesure. Les chauffeurs routiers pourront aller au restaurant sans passe sanitaire. Les membres de cette profession ayant la fâcheuse habitude de bloquer les routes dès qu’ils sont mécontents, cela mérite bien une petite entorse aux principes.

De même les policiers et les gendarmes ne sont pas concernés par la mesure. Ceux qui iront contrôler le passe sanitaire dans un restaurant ou un cinéma ne seront donc pas tenus d’en avoir un. Et en dehors de leurs heures de service, ils pourront aller boire un verre ou voir un film en présentant simplement leur carte professionnelle et en s’exclamant : « Police ! ». L'Homme Fort qui dirige d’une main de fer le Macronistan sait qu’il ne faut pas trop chatouiller ces braves gens. Il entend « protéger ceux qui le protègent » car il en aura besoin pour continuer de tabasser les « gens qui ne sont rien ».

Ainsi vont les affaires publiques en Macronistan en ce début du mois d'août 2021, An 5 après E.M.

 © Allan Barte (@AllanBARTE) © Allan Barte (@AllanBARTE)

---------------------------------------------------

(*) La Somme est un département du Nord du Macronistan qui est la terre d’origine de l’Homme Fort. Éblouis par le génie de leur Maître, ses affidés le surnomment affectueusement le « Génie de la Somme ».

Nous avions déjà publié plusieurs billets sur le Macronistan : voir ici la chronique précédente.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.