Barbier & Neumann : la domesticité du Nouveau monde à côté de la plaque

De passer d'un chef-lieu de canton à une petite préfecture de province rend Macron prodigieux pour Christophe Barbier et Laurent Neumann ! Ils rassurent peut-être leur entre-soi csp+ qui les regarde, mais un tel argumentaire est inepte et les assimile plus au verbiage que Baudelaire attribuait à la "domesticité publique".

https://www.bfmtv.com/politique/edito-macron-devant-les-francais-le-president-n-est-plus-seul-dans-son-palais-1619438.html

" Un fonctionnaire quelconque, un ministre, un directeur de théâtre ou de journal, peuvent être quelquefois des êtres estimables ; mais ils ne sont jamais divins. Ce sont des personnes sans personnalité, des êtres sans originalité, nés pour la fonction, c'est-à-dire pour la domesticité publique. " Ch. Baudelaire Mon coeur mis à nu

Cette domesticité sert la soupe à qui Ruy Blas souhaite le "Bon appétit messieurs !" et elle n'a rien de comparable avec l'activité de personnes comme Anna Politkovskaïa, Ján Kuciak, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, Daphne Caruana Galizia, Roberto Saviano, Denis Robert, ... La servilité de la domesticité publique n'en fait-elle pas les fossoyeurs des seconds ? Comment s'étonner que des flagorneurs du pouvoir disqualifie la presse française? N'a-t-elle rien d'autre à proposer au débat public et à l'information des citoyens que des flatteurs ? Un journalisme à la Bouvard et Pécuchet qui enfile des perles et tresse un collier au pouvoir.

L'inertie de la médiocrité intellectuelle pose question chez les élus locaux et interroge La Croix : " Baromètre médias, les journalistes sommés de se remettre en question "Aude Carasco, le 24/01/2019 (écouter aussi : Le petit monde des journalistes politiques)

Voir les chroniques et articles à ce propos sur France Culture, Le Monde diplomatique, ACRIMED, ...

Une bibliographie abondante décrit l'abdication : "La Trahison des clercs", "Les nouveaux chiens de garde", "De la fumisterie intellectuelle", "Les éditocrates, Ou comment parler de presque tout en racontant presque rien", "Psychologie de la connerie", ...

Il serait injuste de limiter la critique à BFM quand France Télévision caviarde les images. Ceux qui n'apparaissent plus que les auxiliaires du pouvoir par leur complaisance à reprendre sans les discuter les éléments de langage ( "J'assume tout" alors qu'il n'assume rien) que fournit la communication du pouvoir sont une cause de leur perte de crédibilité. Une autres est que la profession ne réagisse pas plus véhémentement à cette perte de crédibilité de ne servir que de chambre d'écho à la propagande.

L'évidence veut que l'opinion se tourne vers les moyens alternatifs d'information quand le journalisme ne réagit pas plus à la perte de sa valeur ajoutée qu'imposent les éditocrates.

France Info ne s'indigne pas de l'infantilisation des Français alors qu'il titre : " "Les vraies réformes, elles vont avec les contraintes, les enfants", lance Macron lors d'un débat citoyen ". La présence de la presse révèle qu'il s'agit bien d'une mise en scène. Rien de sincère.

Aucun grand titre ne souligne le comportement vulgaire et malpoli d'un président qui refuse depuis des semaines à recevoir ses électeurs au palais de l'Elysée et qui s'impose sans être invité aux réunions citoyennes et les infantiliser par un discours paternaliste. Le fait du prince est normal pour la presse française alors que Macron fait mutiler, réprimer judiciairement par une justice en faillite à contre-emploi au mépris de l'Etat de droit et ficher par les forces de l'ordre des citoyens qui tentent d'exercer leurs libertés publiques.

Un ligne éditoriale à la Sebastiani " L'ordre règne à Varsovie " ou un "Alles ist in Ordnung " digne de la Kreuzzeitung. Cf. "Deux siècles de rhétorique réactionnaire" de Albert O. Hirschmann

Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht ont été assassines il y a cent ans parce qu'ils étaient les éditorialistes d'un journal d'opposition, Die Rote Fahne, qui dénonçait la trahison sociale démocrate alliée à l'extrême-droite pour réprimer le mouvement populaire d'émancipation qui menaçait l'ordre bourgeois (lire ég. "Cahiers 1918-1937" de Harry Kessler, "Allemagne, 1918 : une révolution trahie" et  "Histoire d'un Allemand" de Sebastian Haffner, "Novembre 1918. Une révolution allemande - tome 2 Peuple trahi" Alfred Döblin). 

Hormis Le Média, la critique du grand débat et l'incohérence de demander à des citoyens de se prononcer sur des questions biaisées sans disposer des informations pour y répondre ne suscite pas de réserves dans la presse alors que c'est une manipulation.

La restitution des réponses passe par le filtre des préfectures et dont il a déjà confié la rédaction du rapport final à son conseiller à L'Elysée Ismaël Emelien :

Isamël Emelien est responsable du départ de Chantal Jouanno en exigeant de rédiger le rapport final du débat : " À force de marteler les conditions d'indépendance et de liberté selon lesquelles la commission pouvait assumer le pilotage du grand débat, Chantal Jouanno avait fini par agacer certains proches d'Emmanuel Macron. En réalité, les relations s'étaient fortement dégradées depuis une réunion organisée à l'Élysée avant Noël, durant laquelle Ismaël Emelien, conseiller spécial du président de la République, avait exigé une maîtrise du débat, notamment sur la rédaction du rapport final. " (Le Figaro)

Des consciences refusent cette mise en scène :

Le site internet du Grand débat national 

La tribune de Dimitri Courant sur les assemblées citoyennes publié dans Libération 

La Lettre ouverte au président de la République : Réussir le Grand Débat National : pour un nouveau souffle démocratique (collectif)

 

 

Pour rappel :

La fraude ajoutée aux cadeaux de Macron s'élève 211 milliards par an  (40 milliards du CICE (bidon), les 4 milliards d'ISF, les 17 milliards de TVA éludés et les 150 milliards de fraudes fiscales annuels).

Pour l'UE : La fraude fiscale coûte 2000 milliards d'euros par an à l'Europe (Le Monde) auxquels s'ajoutent les 147 milliards de fraude à la TVA

Dans le Monde, cette fraude représente plusieurs dizaines de milliers de milliards d'euros selon Tax Justice Network

En Europe, les multinationales devraient payer 23% d'impôt. Elles n'en paient que 15% grâce à des pratiques d'optimisation fiscale, révèle un rapport du groupe des Verts au Parlement européen. (au journal de 18 h de France culture ce soir)

L'optimisation fiscale est un abus de droit frauduleux

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.