Le journalisme de préfecture

Alors que Richard Ferrand interprète une couverture de magazine dans laquelle il s'émeut de déceler une proximité entre Adolf Hitler et Emmanuel Macron, le même Ferrand manque singulièrement d'esprit critique pour la domesticité publique d'un "journalisme de préfecture" qui relativise ou banalise la violence institutionnelle disproportionnée contre les mouvements d'opinion.

https://www.acrimed.org/Gilets-jaunes-voile-mediatique-sur-les-violences

Gilets jaunes : voile médiatique sur les violences policières par Frédéric Lemaire, vendredi 28 décembre 2018

Lundi 17 décembre, Amnesty International publiait une enquête dénonçant « le recours excessif à la force par des policiers » pendant les manifestations des gilets jaunes, comprenant de nombreux témoignages de victimes et de secouristes, mais aussi de photographes et journalistes. L’ONG s’inquiète du nombre de blessés très élevé (1 407 manifestants, dont 46 grièvement selon les chiffres officiels), et de l’absence de toute réaction ou de remise en cause de la part des autorités face à un tel bilan. Cette enquête a fait l’objet d’une couverture médiatique quasi-nulle, qui témoigne du désintérêt des grands médias vis-à-vis des violences en manifestation… lorsqu’elles sont commises par la police.

C’est peu dire que l’enquête d’Amnesty International sur les violences policières a eu mauvaise presse. Publiée lundi 17 décembre, elle a fait l’objet de trois brèves le jour même (sur les sites de Libération, de RT France et de Reporterre) et trois le lendemain (sur les sites de LCI, Franceinfo et de Linfo.re). Et c’est tout, à l’heure où nous écrivons cet article.

Mention spéciale pour LCI, qui accompagne l’articulet dédié à l’enquête d’Amnesty d’un extrait vidéo plein d’à-propos... intitulé « comment la police a gagné en efficacité » (...)

En tout donc, pas plus de quatre ou cinq contenus sont dédiés à la question des violences policières depuis le début du mouvement des gilets jaunes sur le site du Monde. Un bilan plus que famélique… Et pourtant, ce n’est pas le matériau qui manque. Le journaliste David Dufresne s’est attaché à répertorier et à vérifier les signalements de dérives et de violences policières depuis le début du mouvement. Il en compte plus de 200 fin décembre.

Journalisme de préfecture sur les chaînes d’info en continu

Sur les chaînes d’information en continu, c’est encore une autre affaire. Nous avons déjà documenté la manière dont les chaînes d’information en continu traitaient de la question des violences, à travers plusieurs exemples. Nous sommes revenus sur la mobilisation des éditocrates et des experts qui ont quadrillé les plateaux télévisés pour livrer un discours policier, rejeter la responsabilité des violences sur les manifestants, voire appeler à plus de répression. Nous avons évoqué, en particulier, la manière dont les humiliations et violences policières à l’égard des lycéens de Mantes-la-Jolie avaient été relativisées, voire justifiées sur certains plateaux télévisés. Nous sommes également revenus sur les démonstrations de journalisme « aux ordres », à la veille des grandes manifestations, sur BFM-TV et CNews.

Un article de Checknews relate un autre épisode représentatif de la manière dont les chaînes d’information en continu traitent les violences policières. Le dimanche 9 décembre sur BFM-TV, un gilet jaune interpellait l’animateur Bruce Toussaint sur l’absence de couverture médiatique des violences policières par les chaînes d’info en continu. L’animateur le coupe pour s’en expliquer. Il y aurait, selon lui, des règles qui interdiraient de montrer à la télévision « des personnes menottées » ou encore « des violences physiques sur une personne. » Ce qui est faux, s’agissant de la diffusion d’images de violences physiques, comme le rappelle l’article de Checknews.

 

NB : A/s de la critique des médias par le président de l'Assemblée nationale

  • Richard Ferrand relève une proximité entre Hitler et... Macron

    Sans le tweet de Richard Ferrand, qui aurait fait le lien entre Adolf Hitler et Emmanuel Macron ? Peu de monde. Le directeur de la publication du Monde ainsi qu'une grande majorité de la rédaction ne l'avait pas fait. France Info propose une synthèse des arguments avancés par la macronerie pour obliger le Monde à s'excuser (et envisager peut-être de changer de police de caractères ?)

 

 

Prolonger :

Gilets jaunes : BFM-TV et CNews préparent le « siège » de Paris

19 décembre 2018 Journalisme policier et veillée d’armes sur les chaînes d’info.

Gilets jaunes : Hé oh, Le Parisien, on se calme ?

21 décembre 2018 À la chaîne : les Unes exemplaires d’un quotidien aux ordres.

 

Sur l'inventivité médiatique :

L’irrésistible ascension médiatique de Benjamin Cauchy

20 décembre 2018 Quand la représentation médiatique se substitue à la représentation démocratique.

Emmanuel Macron, fabriqué pour servir - Le candidat des médias

Le succès d’un candidat inconnu du public il y a 3 ans ne s’explique pas seulement par la décomposition du système politique. Inventeur d’une nouvelle manière de promouvoir les vieilles idées sociales-libérales qui ont valu au président François Hollande des records d’impopularité, Emmanuel Macron a…

Un journalisme vil et veule - L’art d’interviewer Adolf Hitler

L’histoire des médias a ses mythes. Celui du grand reporter défiant les puissants y occupe une place de choix. La réalité s’avère souvent moins romantique, surtout lorsqu’on se penche sur les années 1930. Les conditions dans lesquelles Adolf Hitler a été interviewé avant la guerre à plusieurs reprises…

Eric Drouet : complicité ou provocation de BFM à la commission d'une infraction ?

Eric Drouet est poursuivi pour des propos sur BFM qui sont dénaturés et non spontanés, parce qu'exprimés sur l'interpellation insistante et orientée de Bruce Toussaint. Peut-on dès lors retenir la seule responsabilité pénale d'Eric Drouet - si tant que l'infraction soit commise - sans retenir la complicité…

L'usage discriminatoire de l'article 40 du CPP par les préfets

Les préfets signalent avec diligence aux procureurs les acteurs de mouvements sociaux mais pas les pollueurs industriels, les gérants d'immeubles dont les biens menacent la vie des occupants, les entreprises agroalimentaires qui distribuent des produits infestés, les producteurs de pesticides qui menacent la santé des agriculteurs, malgré le principe de précaution.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.