Patrick Le Cellier
Des voyages et des enquêtes, comprendre et informer, Normandie et Islande.
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 juil. 2014

Patrick Le Cellier
Des voyages et des enquêtes, comprendre et informer, Normandie et Islande.
Abonné·e de Mediapart

Crédit Agricole : morale d'une trop longue histoire hélas vraie

Patrick Le Cellier
Des voyages et des enquêtes, comprendre et informer, Normandie et Islande.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsque Daniel Epron, président de la Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel (et désormais administrateur de la caisse nationale), affirme devant les tribunaux –  jusqu'à la Cour de Cassation – « Patrick Le Cellier possède des parts sociales sans pour autant être devenu sociétaire », il s'agit d'un mensonge hallucinant.
Daniel Epron ajoute « Nous fonctionnons en contradiction avec les dispositions légales : Patrick Le Cellier n'est convoqué aux Assemblées Générales et ne participe (signature feuille émargement / vote des résolutions / candidature au poste d'administrateur / etc.) que pour le principe ». De la folie furieuse.
Pas sociétaire ? Un prétexte cynique pour demander la déchéance du terme de tous les contrats. Un mensonge qui en dit long sur les pratiques banalisées des dirigeants de la coopérative. L'affichage de l'habitude condamnable de se prévaloir de ses propres fautes : depuis ces propos délirants, huit millions de sociétaires vivent sous la menace.
Il s'agissait de ruiner le sociétaire Patrick Le Cellier – pour le neutraliser – en confisquant ses parts sociales et en le mettant « à genou ». L'objectif étant d'imposer l'omerta sur le pillage organisé autour de l'astuce « mutualisation des risques, privatisation des profits » qui permet tous les enrichissements. De préserver la fiction démocratique (une démocratie présentée comme exemplaire alors que les propriétaires ne savent rien et n'ont aucun pouvoir).
Vraiment choquant.
Il y a escroquerie au jugement (corruption et fabrication de faux) et affichage d'objectifs inadéquats, dans le contexte d'une évidente cupidité des dirigeants pénalement responsables.
Il y a, surtout, un aveu terrible concernant la gestion coopérative (bidonnée), la gouvernance (dévoyée) et les manipulations... sans limite.
Pour le sociétaire, le préjudice résultant de l'escroquerie se chiffre en millions d'euros.
La morale de l'histoire ?
Le refus de la transparence, signant toutes les escroqueries, caractérise les confiscations d'héritage dans le secteur social de l'économie.
Le privilège de la force est un avantage démesuré pour qui réussit à faire main basse sur une coopérative... mais pour les honnêtes sociétaires un piège terrifiant.
La gabegie des dirigeants (pas seulement en Grèce) est inacceptable. Des dizaines de milliards.
Il faut établir clairement la frontière entre la finance amie et la finance pourrie... notre ennemie. Et insister sur une vérité essentielle : les dettes sont faites pour être remboursées.

La loi du 10 septembre 1947, qui fonde les coopératives, doit être respectée.Le respect de son article 1er est la pierre de touche qui différencie honnêtes dirigeants et voyous .


Sur ce sujet, voir :

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Violences sexuelles : ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert