Peter Bu
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

9 Éditions

Billet de blog 20 févr. 2021

Aucun mur de protection ne suffira, même pas en briques d'or massif

Les riches et puissants, assez malins pour accaparer les ressources et pouvoirs énormes, devraient-ils être en mesure de comprendre que rien ne les protégera des catastrophes qu'ils suscitent. Les radiations ne connaissent pas de frontières, nanoparticules et poisons chimiques sont dans la nourriture, même bio, les montagnes et la mer aussi polluées que les villes! Pensent-ils fuir sur Mars?

Peter Bu
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Et les bêtes sauvages hurleront dans leurs maisons désertes,

et les chacals dans leurs beaux palais. » Isaïe, 13,22.

Oublions un peu les campagnes anti-GIEC, orchestrées très probablement par les industries qui entendent continuer à rejeter dans l'atmosphère des millions de tonnes de CO2.

© Bruno Chaplot

Réchauffement climatique ou pas,

il est évident que :

- la démographie galope,

- la pollution pénètre partout, même dans les coins les plus reculés,

- les ressources de la planète ont des limites dont nous nous approchons dangereusement, non seulement pour le pétrole, divers métaux, le bois etc., mais même pour les éléments quasi mythiques:

l'eau qui manque déjà,

l'air qui devient parfois irrespirable,

la terre qui disparait sous le béton, avant d’être submergée par la montée des océans,

le feu : la chaleur fait défaut à trop de gens et le seul feu dont nous disposons à profusion est celui des bombes atomiques,

- les richesses disponibles sont reparties de façon de plus en plus injuste.

Tout cela mène l'humanité vers des conflits apocalyptiques,

et personne ne pourra s'abriter derrière une quelconque Ligne Maginot, serait-elle construite avec des briques en or massif.

Les riches et autres puissants, assez intelligents pour accaparer des ressources et pouvoirs de plus en plus énormes, devraient être en mesure de comprendre ces évidences (nombreux le font déjà) et

- renoncer aux productions qui ne font qu'aggraver cette situation,

- s'appliquer à réduire les gaspillages, récupérer et recycler tout ce qui peut l'être, fabriquer uniquement des biens durables,

- investir massivement dans la dépollution, protection de l'environnement et sauvegarde de la biodiversité,

- apprendre à respecter les autres dans toute la richesse de leurs cultures et personnalités,

- inventer un autre système d'organisation du monde, fondé sur la solidarité et le partage,

créant ainsi les conditions d'une paix durable et d'un développement de l'humanité.

Un des premiers pas à faire : éliminer toutes les armes nucléaires, sauf, peut-être, quelques dizaines qui seraient confiées à l'ONU.

''Nous sommes perdus dans la quantité et l'accumulation. La tentation est grande de cultiver son envers et d'en appeler à la privation en faisant la promotion, par exemple, de la décroissance. Je crois plutôt, et c'est bien différent, à la sobriété. C'est une vertu ancienne, dont le caractère peut paraître suranné, mais qui sera l'un des traits de notre avenir.''  Nathalie Kosciusko-Morizet ''Tu viens?'', Gallimard, 2009, p.121).

Espérons-le avec elle.

Pour ceux qui pensent pouvoir échapper aux catastrophes

grâce à leur argent  :

« Nous sommes à 1400 mètres d'altitude, dans le massif des Pyrénées, là où l'on vient pour respirer de l'air pur. Mais le plastique est partout, et il voyage sur de très longues distances. "Cette intensité-là, similaire dans des régions  éloignées des sources de pollution, nous montre que les microplastiques peuvent être transportés dans  l'air et atteindre les  régions les plus éloignées du globe", constate  Gaël Le Roux, chercheur EcoLab et CNRS. Il fait partie des signataires de cette étude sur la pollution au plastique, parue dans la revue Nature Geoscience. 

"Malgré l'isolement de la zone de prélèvement, les chercheurs ont observé une moyenne  de 365 particules  de  microplastique  par mètre carré et par jour. Une pollution invisible à l'oeil nu, mais très nuisible pour la santé.. (…) Une matière qui a révolutionné nos vies modernes et qui est en train de devenir l'une des plus grosses sources de pollution de la planète." https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/pollution-il-pleut-du-plastique-dans-les-pyrenees_3561915.html du 02/08/2019

Aux États-Unis, il pleut du plastique dans les montagnes Rocheuses:

"La pollution plastique est un problème majeur qui touche actuellement toute la planète. Premier polluant qui dégrade l’environnement, le plastique se retrouve jusque dans les océans.

En effectuant des recherches sur la quantité d’azote contenue dans les eaux de pluie, des chercheurs de l’US Geological Survey (USGS) (…) ont trouvé une quantité de plastique alarmante.

Les chercheurs ont publié un rapport intitulé «  It is raining plastic  » (littéralement « Il pleut du plastique ») dans lequel ils font part de leur découverte.

Il s’agit d’un fait des plus étonnant, car l’endroit est situé à environ 3 159 mètres d’altitude dans les Rocheuses." 

«  D’après des spécialistes, plus de 70 000 particules microplastiques sont consommées par l’être humain chaque année.  » http://www.fredzone.org/aux-etats-unis-il-pleut-du-plastique-dans-les-montagnes-rocheuses-441 (17/8/2019, extraits.)

La pollution par le plastique n’est qu’un entre de très nombreux problèmes que les riches devront fuir.  Pour avoir une idée de leur ensemble, voyez le dossier Espérance de vie en bonne santé : elle baisse ! https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/100713/esperance-de-vie-en-bonne-sante-elle-baisse

Mais où pourront-ils se réfugier?

Les continents sont pollués, le réchauffement climatique en rendra une partie invivable, la fonte du permafrost sibérien et des glaces des pôles libéreront des virus et bactéries contre lesquels l'homme n'aura pas été immunisé. Le Nord de la planète risque, en plus, d’être envahi par les réfugiés climatiques du Sud et sombrer dans des guerres.

Les super-riches devront-ils se barricader dans d’énormes abris? Pas franchement désirable.

Devront-ils plutôt trouver au milieu des océans quelques îles au sol fertile, moins polluées que le reste de la planète, suffisamment hautes par rapport à la montée prévue des océans, les aménager pour eux-mêmes et des milliers d’employés capables de les nourrir (il ne faudra pas compte sur la pêche: les océans deviennent acides, donc peu propices à la vie marine), de les soigner en cas de maladies, de les protéger contre les autres riches qui voudraient les rejoindre avec leur propre cohorte de serviteurs? Car tous les milliardaires ne trouveront pas d’île à leur seul usage…

Cela semble peu réaliste. Alors continuer à danser sur le volcan? Ne serait-il  tout de même pas plus intelligent de retrousser ses manches et de contribuer sérieusement à la sauvegarde de ce qui peut encore être préservé?

...................................

Pour approfondir, voyez  SOMMAIRE: TOUT CE QUE VOUS NE VOULEZ PAS SAVOIR

En particulier :

A deux minutes de la guerre nucléaire?

https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/010318/deux-minutes-de-la-guerre-nucleaire

Santé : espérance de vie en bonne santé, elle baisse !

https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/100713/esperance-de-vie-en-bonne-sante-elle-baisse

Le libéralisme totalitaire et les super-mafias

https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/060119/le-liberalisme-totalitaire

Les francs-maçons arrêtés au milieu du gué

https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/311020/la-franc-maconnerie-gouverne-elle-le-monde

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy