Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

581 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2021

Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

Tirole-Blanchard et environnement : sans volonté politique, un rapport pour rien

C'est un rapport qui fait plus de 500 pages, portant sur trois défis climatique et sociaux dont ne dépend rien de moins que la survie de l'humanité. C'est d'abord le défi climatique qui fait l'objet de cet article.

Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est un aréopage de 24 économistes de toute provenance (8 français, 8 européens, 8 américains) qui ont été incités par Jean Tirole, prix Nobel d'économie en 2014, et Olivier Blanchard, ancien économiste du FMI, à plancher sur les grands défis économiques de la France (titre du rapport, commandé par l’Élysée en janvier 2020).

La première thématique traitée est celle du climat, vue à travers les enjeux liés à l'économie. Si, en ce qui concerne le premier volet - le climat - le rapport constate les coûts économiques liés à la lutte contre le réchauffement climatique, d'autant plus considérables que l'on tardera à agir, on peut regretter qu'il s'agisse d'un débat entre économistes, qui exclut historiens, philosophes sociologues et même scientifiques, ce qui confirme la volonté générale dénoncée par Greta Thunberg d'exclure ces derniers du débat. Une économiste politique regrette même  "l'entre-soi" de cette commission et regrette aussi que le débat n'ait pas été ouvert "aux citoyens et-ou aux corps intermédiaires (associations, collectifs, syndicats, ONG, partis politiques)"

La prise de conscience écologique s'est accélérée dans la société française : devant les manifestations du changement climatique (incendies récurrents de forêts, fonte des glaciers, canicule, sécheresse...), il devient de plus en plus difficile de nier le réchauffement. Les auteurs du rapport mentionnent qu'aujourd'hui, 90% de français pensent même qu'il est d'origine anthropique et que, par conséquent, il peut être maîtrisé, au moins en théorie. Mais il ne faut pas que cette maîtrise repose sur  de fausses solutions, comme c'est le cas en ce qui concerne le secteur aérien qui est un bon exemple de discours "écoblanchissant" fondé sur le mirage de solutions technologiques improbables et, de toute façon, arrivant beaucoup trop tard. C'est aussi cette notion d'urgence, affirmée récemment par la fuite du prochain cri d'alarme du GIEC, qui manque dans le rapport Tirole-Blanchard et c'est là que les scientifiques  et les ingénieurs auraient eu leur mot à dire.

Pour Jean  Tirole, sans taxe carbone, point de salutIl faut décider vite d’une taxe carbone [...] Sans elle, il y a peu de chances que l’on prenne les bonnes décisions comme arrêter de rouler aux hydrocarbures ou de consommer des tomates espagnoles». La taxe carbone a fait la preuve de son efficacité au Royaume-Uni où elle a été instaurée en complément du système européen de quota d'émissions, beaucoup plus favorable aux émetteurs de CO2.

En France, il faut rappeler qu'Hollande n'a pas eu le courage politique de résister aux "bonnets rouges" lors de l'installation, sur les autoroutes, de portails permettant de taxer les poids lourds, que le transport aérien bénéficie d'avantages fiscaux exorbitants qui le rendent plus compétitif que le train. L'essentiel de la taxe carbone repose sur les particuliers. Pourtant, Jean Tirole attribue le rejet de la taxe carbone par les français à un "défaut de pédagogie". Nous ne dirons jamais assez combien ce mot est détestable car ses racines grecques, le définissant comme l'enseignement des enfants, traduisent le mépris d'une élite autoproclamée pour le peuple. Il n'y a pas besoin de "pédagogie" pour comprendre la révolte des gilets jaunes contre une taxe carbone dont l'essentiel était supporté par les salariés devant prendre leur voiture pour aller travailler ou les ménages devant se chauffer l'hiver. : il n'y a pas de justice et donc de légitimité à une taxe carbone, qui est régressive (c'est à dire plus élevée pour les ménages à bas revenus) parce que non-appliquée à des secteurs ultra-polluants comme le transport maritime, routier ou aérien, dont les émissions de gaz à effet de serre sont en croissance rapide. Pour rendre cette taxe carbone acceptable, les économistes proposent plusieurs mesures : la première est la fin des exemptions dont bénéficient certains secteurs (routiers, pêcheurs, agriculteurs, taxis) et en particulier l'aviation civile : on ne peut pas continuer à s'abriter derrière la convention de Chicago, qui est à l'origine des exonérations de taxe sur le kérosène aérien, car elle peut être contournée par des accords bilatéraux entre pays. Mais l'aréopage d'économistes oublie tout simplement que les lobbies sont à l’œuvre pour que les lois ne soient pas promulguées contre leurs intérêts. C'est ainsi que la fantomatique loi "Climat et Résilience" a été complètement vidée de la substance qu'avait voulue pour elle la convention citoyenne pour le climat, malgré la promesse du "sans filtre" faite par Macron. 

De plus, il ne faut pas se faire d'illusions : c'est "du sang et des larmes" que nous promet le dispositif de taxe carbone mentionné plus haut : le renchérissement des couts entrainera une augmentation du cout de la vie qui sera d'abord préjudiciable aux plus modestes. C'est pourquoi, ayant tiré les leçons de la crise des Gilets Jaunes, le rapport Tirole-Blanchard préconise de rendre la taxe carbone acceptable en la redistribuant intégralement aux ménages les plus défavorisés. Mais cela signifie qu'il ne faut pas compter sur elle pour générer les recettes nouvelles dont les états ont besoin pour le financement de la R & D nécessaire à la transition écologique.

Les auteurs reconnaissent que de telles mesures de réduction des émissions carbonées appliquées seulement en France n'aurait qu'un effet négligeable sur l'ensemble du monde. Seule une action à l'échelle de l'Europe aurait un effet significatif, d'abord par un effet d'entraînement vis-à-vis des autres pays. Cela se traduirait, pour les auteurs du rapport, par la mise en place d'un mécanisme d'ajustement aux frontières européennes qui alignerait  le prix du carbone sur celui pratiqué à l'intérieur de l'Union. Les députés européens sont  en train de plancher sur un tel mécanisme visant les produits importés, dans le but d'éviter un "dumping environnemental " qui pousserait les entreprises à délocaliser encore et toujours vers les pays où, en plus du coût du travail moins élevé, l'absence de taxe carbone aurait un effet incitatif.
Déjà aujourd'hui, la France est parmi les pays qui produisent l'électricité la plus décarbonée, grâce à la part du nucléaire dans notre production nationale. Le rapport reconnaît la nécessité de produire beaucoup plus d'électricité pour répondre à l'accroissement de la demande liée à l'électrification du parc automobile, aux bâtiments dotés de pompes à chaleur, à la production d'hydrogène. Les besoins vont augmenter de façon colossale et les risques de rupture sont réels, car l'électricité produite devra être décarbonée. Les auteurs préconisent donc l'utilisation du gaz comme un "moindre mal" par rapport au charbon et le maintien de la part du nucléaire. On peut regretter que, de son propre aveu, la commission n'ait pas disposé de l'expertise nécessaire pour évoquer diverses questions (technologies, durée de vie des centrales existantes, coût et fiabilité, stockage des déchets radioactifs, etc.). C'est là que la présence d'experts du secteur aurait été nécessaire et leur absence réduit cette part du rapport à un simple alignement sur la volonté de l’Élysée de continuer à faire du nucléaire le fer de lance de la politique énergétique française, malgré Tchernobyl et Fukushima.

Même s'il y a quelques idées intéressantes dans ce rapport, il apparaît néanmoins pour ce qu'il est : un exercice vide de sens en raison de l'entre-soi des économistes, de l'absence d'expertise qui en résulte, de la simultanéité avec la loi "climat et résilience" qui a déjà décidé de l'immobilisme à venir. C'est un rapport insipide, inodore et incolore, qui méconnait complètement l'urgence climatique, qui évite soigneusement les sujets qui fâchent, par exemple au sujet des mesures fiscales refusées par le pouvoir pour favoriser le ferroviaire par rapport au transport aérien. Ses propositions méconnaissent largement l'influence des lobbies qui pèsent très lourdement sur les décisions du pouvoir. En résumé, il ne faut y voir qu'un exercice de plus d'écoblanchiment voulu par le Pouvoir.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement