Le jour le plus noir de l’Italie du XXIe siècle … mais on a encore de quoi réagir

Parmi les premiers 6 pays européens l’Italie se révèle la plus à droite, plus que la France. Après trente ans de démantèlement de la gauche, on passe de Berlusconi à Renzi et maintenant à Salvini, leader des fascistes-racistes-sexistes. Est-il possible stopper cette dérive et construire ex-novo un futur écologiste et de gauche? Oui ! regardez le récit du médecin de Lampedusa Bartolo à la fin

Tous les médias célèbrent le triomphe de Salvini et de sa Ligue devenue «nationale» et pas seulement du Nord de l’Italie. Mais aucun média dit que ce succès relève aussi de la grande place que depuis plusieurs années ils ont réservé à ce personnage. Personne n’aurait imaginé cela quand en 2013 la Ligue fut presque éteinte par les sales affaires de ses dirigeants et atteint 4% des votes. Tout en jouant avec son comportement étant rustre, imitant Mussolini, il a fait croire d’avoir tourné la page de la veille Ligue pourrie de scandales, misant sur son copinage avec tout le monde, l’extrême droite, le vieux ringards réacs, les ultras et meme les gens suspects d’être des dealers. Mais il a su promettre à l’électorat de toutes les droites qu’il aurait tout fait pour satisfaire leurs attentes de payer moins d’impôts, d’être libre de se débarrasser des immigrés à leur grès, de les traiter comme des esclaves use-et-jette, des sans droits jurant tout le temps avec son chapelet dans les mains et à sa bouche. Il s’est présenté aux écrans des télés avec ce chapelet le portant à sa bouche disant : «merci à ceux de là-haut. Je confie le pays à Marie». Un geste que pendants 40 and au pouvoir jamais les chefs de la Démocratie Chrétienne auront fait, meme pas ceux qui étaient curés. Avec ce genre il arrive à conquérir la sympathie du petit peuple des campagnes du nord comme du sud, n’hésitant pas à attaquer le pape pour ses discours trop pro-immigrés alors que lui rappelle que «aide ton proche veut dire aide les Italiens et pas les immigrés». En meme temps il n’arrête pas de passer ses journées sur les social networks et allant partout à «coté du peuple» tandis qu’à son poste au ministère on l’a vu que 17 jours dans toute l’année qui devrait y être (c’est ce qu’a documenté la Repubblica). Mais, son succès est du surtout au fait qu’il a su profiter de deux facteurs favorables : la débacle du Parti Démocratique (PD), que Renzi a réussi à plonger dans l’abime, et la nullité politique des cinque-étoiles (M5S) mêlé à leurs oscillations de droite à gauche. Aux élections politiques du 4 Mars 2018 le M5S avait atteint plus presque 33 % et la Ligue meme pas 18% et maintenant, après une année de gouvernement M5S-Ligue les résultats des européennes sont presque exactement inversé, un vrai chef d’œuvre du M5S et de son chef prétentieux Di Maio. Avant de voir ce que va se passer maintenant, regardons de près quelques détails des résultats des européennes d’hier dimanche 26 Mai 2019 et en particulier ceux dont les médias ne parlent pas.

Rappelons tout d’abord que le score des partis ne doit pas être calculé par rapport au total des votants mais tout d’abord par rapport au total des ayants droit de vote. On constate ainsi que le premier parti est celui des non-votants (44%). Mais les partis ne s’intéressent au score qu’ils ont obtenu et méprisent ceux qui n’ont pas voté disant que c’est leur faute et pas la leur qui sont décevants ou meme dégoutants. Il est vrai qu’aux élections européennes on a toujours eu un taux de votants plus bas qu’aux législatives, mais on peut dire que certainement dans cette abstention il y a la preuve bien prévisible de la grande déception voir du dégout qui ont ressentis un très grand nombre d’électeurs du M5S et aussi ceux de gauche qui depuis des années n’entrevoient aucune liste crédible, malgré le nouveau chef du PD essaye de montrer qu’il a tourné la page par rapport à la catastrophique gestion droitière de Renzi (en 2014 le PD avait dépassé 40% des votants !!! mais le 4 mars 2018 il a atteint meme pas 18%, donc la remontée de Zingaretti n’est encore que de 3%). Mais ce parti continue à soutenir des choix libéristes communs aussi à toutes les droites (notamment les grand travaux inutiles, hyper chers et dangereux pour la santé et l’environnement et les soutiens aux entrepreneurs et aux banques). Par ailleurs aucun parti s’est engagé pour un sérieux programme de prévention des risques sanitaires-environnementaux et contre les economies souterraines (voir travail au noir, néo-esclavagisme et fraude fiscale) qui sont les faits les plus graves provoquant un énorme nombre de victimes pour ne pas parler du fait que la majorité des décès relèvent de maladies dues à contaminations toxiques. Mais nous l’avons déjà écrit, les économies souterraines valent du moins 10 millions de votes (de gens des droites tout comme d’une partie du PD et du M5S). Il est intéressant remarquer qu’aux élections d’hier dans les régions du sud de l’Italie il y a eu un taux d’abstentions très haut, voir la moitié du taux des votants au nord. En Sicile et Sardaigne 36-37% des votants, en Calabre, Campanie e Pouilles entre 44 et 47, tandis qu’au nord on a eu entre 64 et 67%. De meme les résultats montrent une Italie divisée deux fois en deux : la ligue est le premier parti (+ de 40%) dans toutes les régions du nord et du centre y compris celles historiquement de gauche, à l’exception de la Toscane ; en revanche le M5S reste premier parti (33%) dans toutes les régions du Sud et les iles. Autre division : le PD est le premier parti dans toutes les grandes villes du nord et du centre (Turin, Milan, Gênes, Bologne, Florence, Rome et Cagliari) tandis que M5S est premier dans les grandes villes du Sud (Naples, Bari, Palerme, Catane); la Ligue ne gagne dans aucune grande ville du pays. Cela prouve que son succès à cette échéance électorale touche surtout le monde des petits propriétaires agricoles, des artisans et des petits entrepreneurs, les over 65 ans et la population qui se sent abandonnée et qui se renferme donnant crédit aux discours sécuritaires, racistes et intégristes de Salvini (c’est l’Italie «vendéenne», exactement ce qui fut la base de départ de la Ligue en Lombardie et dans la Vénétie).  

A l’échelle nationale, la Lega a obtenu 9.149.965 votes (soit 18% du total des ayant droit de vote et 34 % du total des votants); le PD ha eu 6.048.214 voix (soit 12% et 22%) ; le M5S 4.551.286 votes (soit 9 et 17%) ; Forza Italia, le parti de Berlusconi, 2.343.718 voix (soit 5 e 8,8%), Fratelli d’Italia -le parti fasciste- 1.722.662 (soit 3 et 6,5). Toutes les autres listes n’ont pas atteint 4%. Remarquons au passage qu’en Italie les Verts ont toujours été un tout petit parti souvent étouffé par des leaders très discutables voir meme corrompus ou bien des autres politiquement nuls (entre autres si la liste des verts avec un ex-PD et celle de à gauche du PD auraient été ensemble elles auraient pu dépasser le 4%). De sa part la liste +Europa/Italiaincomune (liste voulue par le maire de Parme, ex-M5S) n’a eu que 3,1 % des votants. Eux aussi s’ils avaient fait liste unique avec les verts ils auraient pu avoir plus de 4%.  Par ailleurs la remontée du PD relève de ce qu’on appelle le « vote utile » de nombre d’électeurs qui ont peur de la monté fasciste-raciste-sexiste de Salvini.

Parmi les résultats, le seul beau qui mérite félicitations est l’élection de Pietro Bartolo, le médecin de Lampedusa qui pendant 30 ans a sauvé des milliers de naufragés ; il a été voté par 115 mille électeurs Siciliens (voir à la fin de l’article ce que raconte de lui une étudiante qui l’a écouté dans une école de médicine).

 

Les élections du 26 Mai 2019 ont été aussi des élections locales en Piémont et dans nombre de villes. Parmi les résultats les plus significatifs il y a tout d’abord celui des élections régionales au Piémont. Le PD de Chiamparino a essuyé une dure défaite bien prévisible. Ce monsieur est l’un des leaders les plus à droite du PD, lié à la famille Agnelli et au pouvoir financier turinois, grand supporteur des grand travaux et grands criminalisateur des NOTAV et des centres sociaux. Ila toujours fait mur contre la gauche et contre les cinq étoiles qui à Turin peuvent être considérés les plus sérieux, capables de gouverner et disponibles aux alliances (dix fois mieux que le maire précédent, le PD Fassino, un autre arrogant comme Chiamparino, les deux grands supporteurs de Renzi). Et voilà qu’ils ne ramassent que des échecs.   

Parmi les résultats dans les villes les résultats les plus significatifs voient la victoire des maires PD à Florence, Bergame, Bari, Livourne, Modène, Prato, Reggio Emilia, alors que partout ailleurs -villes plus petites encore- gagne la coalition des droites (Ligue, Forza Italia, Fratelli d’Italia etc.).

Pendant les deux mois avant ces élections on a assisté tous les jours un litige permanent entre M5S et Ligue; tout le monde a dit qu’ils allaient faite tomber le gouvernement juste après les élections car avant ils ne voulaient pas risquer (voir ici : une année d'échecs du gouvernement-souverainiste-populiste où va-t-il?).  Maintenant le jour après sa victoire Salvini joue la part de celui que dorénavant personne pourra l’empêcher de dicter la ligne du gouvernement qu’ainsi selon lui va durer sans problèmes. Il a commencé à crier qu’il va aller dire aux gens de la Commission européenne que l’Italie n’a aucune limite de 3% à respecter et qu’on va dépenser tout ce qu’il est nécessaire pour faire ce qu’il y a à faire (les promesses à son électorat). Et il a tout de suite annoncé qu’il n’est plus question de renvoyer la réforme dite de l’autonomie (c.-à-d. la concession d’une pleine autonomie administrative aux régions du Nord ce qui nombre de constitutionnalistes considèrent inconstitutionnel notamment en ce que concerne les impôts, les écoles, les polices etc.). De meme il veule lancer tout de suite les grands travaux, voter la flat tax (qui est une imposture en faveurs des riches) et des nouveaux faveurs pour les grands, moyennes et petites entreprises. Rappelons que depuis le début ce gouvernement n’a pas arrêté d’adopter de centaines de décrets parmi lesquels ceux qui amnistient la fraude fiscale, délits des affaires etc. Tout cela pour cacher les affaires sale de plus en plus nombreux dont sont inculpés des leaders des droits et notamment de la Ligue et qui peuvent arriver à toucher Salvini lui-même (n tant que l’un des responsables de la disparition de 49 millions d’euros que la Ligue devrait restituer à l’Etat et que lui dit de ne rien savoir alors qu’il a pris le parti en main depuis 7 ans et il a été toujours dans le sommet).

Cela dit, au cours de ces derniers mois on a vu une très fortes relance de la mobilisation antifasciste et antiracistes (voir ici : https://blogs.mediapart.fr/salvatore-palidda/blog/250419/italie-25-avril-fete-de-la-liberation-grandes-manifestations-antifascistes et ici : https://blogs.mediapart.fr/salvatore-palidda/blog/020319/milan-250-000-manifestants-la-marche-antiraciste-une-autre-italie-possible et aussi contre les violences policières incité par Salvini).

 

Mais, laissons cette journée noire et revenons à la partie de l’Italie qui pratique la solidarité humaine universelle et l’antiracisme, voici un peu ce que raconte le médecin de Lampedusa Pietro Bartolo.

Enregistré et transcrit par une étudiante qui l’a écouté dans une faculté de médicine; elle ne savait pas qui était et au début n’avait aucune envie d’écouter pensant qu’il s’agissait d’un des illustres inconnus qu’on fait venir parler aux étudiants pour leur refiler des sermons ou des exposés ennuyants … mais dès qu’il a commencé à parler elle l’a enregistré et ensuite transcrit tout le faisant circuler sur les social network: ça été une grande diffusion (Bartolo est connu parce qu’il est l’un des personnages du film #fuocoammare: https://www.youtube.com/watch?v=91hr9zWtvOw qui a gagné l’ours d’or au 66e festival de Berlin de 2016.

Il a soigné 350.000 personnes au cours de ces derniers 30 ans; ce qu’il déteste c’est la «reconnaissance» des cadavres (pour le certificat de mort que les autorités sont obligés à établir)… c’est à cette occasion qu’il est contraint à «prélever» les doigts, les cotes, les oreilles, car souvent ils n’ont plus d’empreintes.

Il raconte: «Les femmes? Elles ont été toutes violés. Toutes … elles arrivent enceintes. Celles qui ne sont pas enceintes c’est parce que n’ont pas été violées, parce que les trafiquants leur ont donné en doses absurdes un cocktail antiprogestinique, pour les violer devant tout le monde per les humilier et sans risquer de porter des femmes enceintes sur le marché de la prostitution car ne valent rien. Sur les barques ils placent tout le monde sur le bord, comme une chaîne humaine, et ils placent les femmes, les enfants et les plus âgées à l’intérieur ... il y a des familles entières, des familles comme la nôtre».

Il montre une photo, n'est pas rhétorique, ce n'est pas formel. Il est hors de tout régime politiquement correct, de tout discours réconfortant.
"Un soir ils m'ont invité: les canots pneumatiques avaient atterri, je devais aller les aider. J'ai rendu visite à tout le monde, ils n’avaient pas les maladies que quelqu'un dit qu’ils apportent chez nous. Ils avaient la pathologie que n'importe qui pouvait avoir. Des maladies qu’on soigne par des traitements/thérapies très simples. Quelques-uns ont été écorchées vives pour les blanchir ! Ce mec par exemple" (il montre une autre photo) un jeune homme âgé de 15/16 ans a été écorché du genou à la cheville. Il a survécu aux infections. Son frère, en revanche, non, il est mort pour avoir été écorché vivant. Quelqu'un me dit d'aller regarder dans la soute des barques, ce n'est pas beau à voir. Alors je descends, j'ai l'impression de marcher sur des coussins. J'allume la lampe de poche de mon téléphone et je trouve ça". Il montrer une autre photo. Ça ressemble à une fosse commune. Des corps entassés comme des jarres d'hommes sans vie. Cette photo je l'ai faite moi-même. Ma nouvelle n'est pas à la une. Ils sont morts là, par asphyxie. Les mains trouées de bouts de bois car ils cherchaient à sortir de la soute fermée à clé. On leur avait dit que vu qu'ils sont jeunes et plus forts que les autres, ils auraient fait le voyage dans la cale et puis, avec facilité, ils seraient sortis et auraient bientôt pris l’air ; au contraire lorsque l’air commençait à manquer et ils essayaient de sortir sur le pont ils ont reçu des coups de pied sur la tête. Vous ne vous imaginez pas combien de personnes sont atteintes de fractures au crâne et aux dents. Je suis sorti pour pleurer et pleurer. Je n'ai jamais pleuré autant en 28 ans de service, je vous laisse imaginer».
dans la salle de cours de la fac il y un silence total et quelques-uns pleure par l’émotion qu’il suscite ce récit.
"Mais il y a aussi des belles choses que t’encouragent à continuer. Une fille était hypothermie profonde, en arrêt cardio-circulatoire ; elle était morte. On n’avait rien. J’ai commencé le massage. Pendant longtemps. Et tout à coup je l'ai repris. Elle avait un œdème, a été hospitalisée pendant 40 jours. Elle s’appelle Kebrat, voici c’est elle … vit en Suède. Elle est venue me voir après des années. Elle était enceinte. Oui, parce que les gens ne le comprennent pas. Il y a quelqu’un qui a parlé de race pure. Mais la race pure est sujette à davantage de maladies. Nous nous contaminons nous-mêmes de plus en plus, et de plus en plus on devient résistants. Et l'économie? Ces personnes, travaillent, ont apporté des milliards dans les coffres de l’Europe. En outre, nous sommes enrichis de tant de cultures. À Lampedusa, nous avons tous les noms du monde et nous vivons très bien. Il y a plus de races meilleures des autres dise quelques-uns. Oui, je réponds. Eux sont mieux que nous». Il montre un vidéo et raconte: "C'est un accouchement sur un bateau. La femme était dans des conditions pitoyables, allongé sur le sol. J'ai demandé à un garçon une ligne de pêche, pour couper le cordon. Ils m’ont répondu : «nous ne sommes pas des pêcheurs". Ils m'ont donné un couteau de cuisine. La femme n’a dit rien! J'ai dû enlever mon lacet des chaussures pour fermer le cordon ombilical ! Elle m'a remercié, elle était noire, noir charbon. Son fils était très blanc. Oui, parce que à la naissance ils sont blancs, ils noircissent au bout de dix jours environ. Et quel est le problème, dis-je, s’ils naissent les blancs et puis ils noircissent ! Il a nommé son fils Pietro. Ah, il y en a de Pietri en Europe! Cette autre femme (montre une autre photo) est arrivée dans des conditions honteuses, elle avait été violée, paralysée depuis la taille jusqu'aux pieds ... elle était enceinte et avait perdu les eaux depuis 48 heures. Mais sur la barque elle n’avait pas eu de place pour ouvrir ses jambes .. Sortait du liquide amniotique, vert, grande souffrance fœtale. Avec elle il y avait une fillette elle aussi violée, avait 4 ans, avait un rouleau d’argent caché dans son vagin. Et se prenait soin de sa mère au point que quand j’essayais de mettre la mère sous la perfusion et elle m’agressait probablement parce qu’elle pensait que j’allais lui faire du mal. Va savoir ce qu’elle aurait pu voir. Je lui ai donné des biscuits .. ne les a pas mangés, les a faits en miettes et les mettait dans la bouche de sa maman. A la fin je lui ai donné un jouet. Parce que on nous a envoyé des montagnes de jouets … il y a des braves gens. Mais, la petite ne l’a pas voulu. Elle n’était plus petite fille. Cette photo, en revanche, a fait le tour du monde. Elle est Favour. On nous a appelé du monde entier pour l’adopter. Est arrivée seule. A perdu toute sa famille: le petit frère, son papa ; sa maman avant de mourir pour ce que j’appelle la maladie des pneumatiques (barques) qui te tue avec les brûlures de l’essence et des agents toxiques, l’a confié à une autre femme, qu’elle ne connaissait même pas, lui demandant de la secourir. Et cette femme me l’a apportée avant de mourir du même sort. Mais n'imaginez pas combien d'enfants n'ont pas eu cette chance si on peut dire ainsi. Une fois, je me suis retrouvé devant des centaines de sacs de couleurs différentes, certains provenant de la garde des finances, d'autres de la police de la mer et du garde cotes. Je devais les reconnaître tous. J'espérais qu'il n'y avait pas d'enfant dans le premier. Et au lieu de cela, il y avait vraiment un enfant. Il était habillé pour la fête. Avec un short rouge, les chaussures. Parce que leurs mamans font ça. Ils veulent que nous voyions que leurs enfants sont comme les nôtres, pareil».
Il montre une autre vidéo. Les plongeurs prennent des corps sans vie dans un bateau au fond de la mer. "Ce ne sont pas des nuls", dit-il. La vidéo continue. Un homme tire un petit corps de l'eau. Petit. Sans vie. Il portait un short rouge. "Cet enfant est mon cauchemar. Je ne l'oublierai jamais.

//dans la salle cours on entend pleurer et se moucher beaucoup de gens//
"Et voici le résultat »: il nous montre la énième photo.

«368 morts. Mais 367 cercueils. Oui, car dans l'une d'elles, il y a une mère qui est arrivée morte avec son bébé toujours attaché au cordon ombilical. Ils sont arrivés ensemble. Nous ne voulions pas les séparer, nous voulions qu'ils restent ensemble, pour l'éternité».

Je pense que cela suffit. Et ceci est un extrait. Parce que le docteur Bartolo a parlé pendant une heure. Les autres intervenants lui ont laissé leur temps. Personne n'a osé l'interrompre. Et quand il a fini avec nous tous, étudiants, médecins et professeurs, nous nous sommes levés et avons applaudi pendant de longues minutes.

Et à la fin il a dit « On n’a pas besoin d'aide. Ne venait pas à Lampedusa pour nous aider, nous, Lampedusans nous l’avons fait toujours tous seuls. Si vous n'êtes pas médecin, si vous ne savez rien faire et que vous voulez aider, allez raconter ce que vous avez entendu ici, dites aux gens ce qu'il advient de ceux qui disent qu'il y a une invasion. Mais quelle invasion! Je raconte parce que je connais bien cette humanité qui arrive chez nous dans ces conditions. C’est honteux, inhumain, à vomir et je ne m'inquiète absolument pas de la raison pour laquelle ils viennent ici, régulièrement ou pas, s’ils échappent à la guerre ou s’ils viennent chercher fortune: arriver de cette façon n'est pas humain. Et ils méritent nos soins. Ils méritent nos câlins. Ils méritent respect tout comme et peut-être plus qu’à n'importe quel autre homme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.