Pour la refondation de l'école : 29 - la liberté pédagogique des enseignants

Beaucoup de méthodes ou principes pédagogiques imposés par l’éducation nationale ces dernières années se sont révélés contre-productifs. Il a fallu remettre des étapes dans l’apprentissage des maths, remettre des cours structurés de grammaire, revenir à un apprentissage chronologique de l’histoire. Trop d’expérimentations pédagogiques qui fonctionnaient à cause de l’effet Hawthorne, c'est-à-dire que les enfants sont flattées de participer à une expérience, et à cause de compétence particulière de l’enseignant, ont été généralisées trop rapidement.

Les classes de l’école primaire et de collège ne doivent plus être un moyen de valorisation de fonds de commerce de pseudo-chercheurs en pédagogie.

Les enseignants doivent être libres de la pédagogie qu’ils souhaitent utilisés. Les éventuels formations à la pédagogie doivent être pris en charge par d’anciens enseignants utilisant des méthodes éprouvées.

Les innovations pédagogiques doivent être réservées aux enseignants qui se sont déjà appropriés, dans la théorie et la pratique, les fondamentaux et qui souhaitent se renouveler dans leur approche et approfondir leurs connaissances détaillées des apprentissages.

Des études quantitatives pour comparer des méthodes doivent être réalisées et les résultats sont diffusés aux enseignants.

Il convient d’arrêter de forcer les enseignants à répéter des contre-vérités qui créent des incompréhensions.

Pour en savoir plus :

2 – La formationà la diversité des fonctionnements cognitifs

17 – L’implication des parents lambda dans l’école

19 – Le temps de travail et de présence des enseignants

27 – La formation aux stéréotypes de genre

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.