L'optimisme est volontaire.

Le fond du pessimisme est de ne pas croire à la volonté. La sagesse est une méditation non de la mort, mais de la vie.

Le pessimisme abonde en preuves, puisque nul n'est jamais à l'abri du chagrin, de la douleur, de la maladie ou de la mort. Le pessimisme est le jugement d'une personne qui n'est pas, présentement, malheureuse, mais qui prévoit ces choses. Le pessimisme peut naturellement évoluer en système, qui prédit la mauvaise issue de tout projet, de toute entreprise, de tout sentiment. Le fond du pessimisme est de ne pas croire à la volonté. L'optimisme est volontaire (d'après Alain).

"La promptitude à croire le mal sans l'avoir assez examiné est un effet de l'orgueil et de la paresse: On veut trouver des coupables, et on ne veut pas se donner la peine d'examiner les crimes" François de La Rochefoucauld (pensée pessimiste)

"Le présent est pour les riches et l'avenir pour les vertueux" Jean de La Bruyère (pensée optimiste).

"Hâtez-vous lentement; et, sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage: Polissez-le sans cesse et le repolissez; Ajoutez quelquefois, et souvent effacez" Nicolas Boileau (pensée optimiste).

Et surtout, en ces temps de confinements et de couvres-feux:

"L’homme libre ne pense à rien moins qu’à la mort, et sa sagesse est une méditation non de la mort, mais de la vie":

https://blogs.mediapart.fr/edition/la-mort/article/271110/reflexion-sur-la-mort-chez-spinoza

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.