Pourquoi de nombreux dirigeants ont-ils décrété le confinement de leurs concitoyens?

Cette question est complexe: à côté des raisons avouées, conscientes, il y en a d'autres, implicites ou moins avouables, à inconscientes. La diversité des motivations se révèle aussi quand tous les pays ne pratiquent pas le même confinement.

Parmi les multiples idées qui traversent, consciemment ou inconsciemment, l'esprit des dirigeants-adeptes du confinement, il y a sans doute ces quelques idées-ci:

1) Le motif avoué. Leurs conseillers-scientifiques l'ont affirmé: sans confinement le Coronavirus fera des millions de morts. Cela est forcément vrai car, on le sait, les conseillers-scientifiques ne se trompent quasiment jamais. Et s'ils se trompent, alors ce sont eux les responsables, pas nous, les dirigeants: https://blogs.mediapart.fr/wawa/blog/200420/mandarinat-et-bureaucratie-dans-les-administrations-hospitalo-universitaires).

2) Un motif implicite: ne pas décréter le confinement aurait pu valoir aux dirigeants des ennuis judiciaires en cas de décès massifs imputables au coronavirus. Ceci aurait pu entraîner la non-réélection des dirigeants. Les conseillers scientifiques auraient alors eu le beau rôle: nous les avions pourtant avertis tous ces dirigeants!

3) Un autre motif implicite: la réduction des activités humaines peut réduire les pollutions de l'environnement, le réchauffement climatique et l'extinction massive des espèces, ce qui pourrait rendre la planète plus viable et plus durable, notamment pour lesdits dirigeants.

4) Un motif non-avoué: notre impopularité en tant que dirigeants, avant le Coronavirus, était telle que jamais nous n'aurions été réélus. Maintenant nous pourrons prétendre que les malheurs du pays ne sont pas dus à nous mais à cet inévitable confinement.

5) Un autre motif non-avoué: les chamboulements induits pas le confinement permettent aux dirigeants de mener à bien les réformes qui leur tiennent à cœur, voire pour certains de mettre en place, ou de conforter, leur dictature. Le confinement serait une "expérience" dans laquelle des dirigeants ont l'occasion de tester la résistance de leurs peuples à la privation de liberté. La manipulation est habile: les dictateurs en herbe choisissent pour conseillers-scientifiques celles et ceux qui justifieront le mieux leurs coups d’État. L'expérience semble probante: le peuple se laisse asservir et mieux encore il en redemande: https://blogs.mediapart.fr/wawa/blog/030420/le-confinement-ou-le-triomphe-de-la-medecine

6) Un autre motif non-avoué (mais implicite): la vie de quelques dizaines, ou centaines, de milliers de personnes privilégiés et âgées (dont les dirigeants, leurs conseillers-scientifiques, et leurs autres soutiens, font généralement partie) est plus précieuse que la vie de quelques millions de misérables jeunes, notamment en Inde ou en Afrique (pour plus de détails sur ce motif, lire: https://blogs.mediapart.fr/wawa/blog/150420/la-vie-de-vieillards-dominants-pese-plus-lourd-que-celle-de-jeunes-dominees).

7) Un motif inconscient: les dirigeants seraient des révolutionnaires qui s'ignoreraient et qui auraient trouvé-là un moyen de faire "table rase", quitte à prendre le risque d'une plongée dans un abîme. Un peu comme on déclare la guerre, ou comme on se suicide.

Il y a certainement d'autres motivations que ces sept-là, qui ne sont que les premières qui me viennent à l'esprit. A moins que nous soyons, tout simplement, au beau milieu d'une invasion extra-terrestre dans laquelle des envahisseurs hostiles nous confinent par le truchement de conseils scientifiques qu'il pilotent en sous-main, afin que nous ne puissions plus offrir de résistance à leur invasion planétaire?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.