Yann Kindo
Enseignant en histoire géographie.
Abonné·e de Mediapart

196 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 mai 2021

La vaccination, mes potes, et le Criigen

Yann Kindo
Enseignant en histoire géographie.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a un peu plus de deux ans, en décembre 2018, je publiais sur ce blog un papier qui s’intitulait « La vaccination, Fox News et le militant anti-OGM ». Le point de départ en était la mort d’une figure de la chaîne conservatrice états-unienne, Bre Payton, qui avait combattu toute sa vie la vaccination en tant qu’« œuvre du diable » et qui venait de mourir… d’une grippe.  Je développais à partir de là en disant ceci :

« Malheureusement, aux Etats-Unis et plus encore en France, ce n’est pas toujours aussi limpide, et via le complotisme  charrié par l’écologie politique, l’idéologie antivaccinale a contaminé des milieux sociaux et intellectuels qui normalement sont à l’opposé de ce qu’incarnait Bre Payton. Je crois qu’il y a encore 20 ans, parmi les militants « alter », la dénonciation de la vaccination était la ligne jaune à ne pas franchir quand on mettait en garde contre le pouvoir des laboratoires pharmaceutiques et les dangers qu’ils font éventuellement courir à la société. Mais aujourd’hui, sur ce terrain comme sur bien d’autres, les repères sont de plus en plus brouillés, et quelqu’un qui dans une salle des profs – pour parler du milieu que je connais le mieux – ferait un speech antivaccinal sur le mode « on nous ment, on nous manipule » ne passe plus forcément pour le dingo dangereux qu’il est et peut au contraire faire figure de penseur critique et averti à qui on ne la fait pas. Sur ce terrain comme sur bien d’autres, la boussole de beaucoup s’est déréglée et la frontière de leur rationalité a dangereusement reculé. 

Et pourtant, la vaccination est un acquis fondamental du progressisme, au sens technique mais aussi au sens social du terme.

La vaccination est le fruit du progrès scientifique, qui permet de contenir voire de faire disparaître de la circulation de graves maladies qui autrefois faisaient des ravages. Comme les OGM, la vaccination est un symbole de la maîtrise croissante par l’humanité de son environnement, pour intervenir sur lui de manière préventive. Mais la maîtrise par l’humanité de son environnement et des mécanismes qui régissent l’ensemble du vivant est aujourd’hui souvent présentée comme un danger au lieu d’être vue comme une chance. C'est en ce sens que nous vivons une époque "réactionnaire".

La vaccination est aussi le fruit du progrès social, celui qui offre la santé à tous par une politique collective de prévention. En ce sens, sur un plan éthique, la vaccination est un truc profondément communiste, car elle incarne l’effort de tous pour le bien de chacun. Au lieu de dire « que chacun se démerde avec ses problèmes », on fait le truc tous ensemble et chacun s’en portera mieux au final.

Or, des aspirations et idées réactionnaires se sont développées non seulement chez les conservateurs façon Payton, mais aussi dans des milieux qui se pensent – et peuvent être - par ailleurs éclairés et solidaires, mais dont les positions sur la vaccination contredisent leurs propres valeurs – affichées ou réelles -.  J’ai des amis qui sont antivaccination, alors que ce sont des gens adorables et profondément humains, pour qui l’éthique du partage est primordiale. L’origine de leur dérive est clairement à pointer du côté des trucs écolos antiscience, la vaccination venant être désormais attaquée comme l’ont été avant elle le nucléaire ou les OGM, et l’antivaccination venant accompagner les croyances sur les bénéfices de l’homéopathie, de l’acupuncture, de l’eau de Lourdes ou de je ne sais quelle autre charlatanerie. »

Je republie ces lignes aujourd’hui parce que la situation qu’elle pointait s’est encore malheureusement aggravée.

 En effet, je ne sais pas comment c’est autour de vous, mais moi je suis très troublé et assez déprimé par le fait que j’ai des potes autour de moi, des gens vraiment bien d’un point de vue moral et a priori pas trumpiens ni même libertariens pour un sou, qui envisagent sérieusement de pas se faire vacciner contre la Covid 19.

De fait, objectivement, l’attitude de ces potes (dont j’espère forcément qu’elle va évoluer) est moralement assez dégueulasse, puisque symptôme d’un individualisme forcené qui en gros consiste à préférer ne pas prendre le risque d’un mal de tête et de courbatures pendant 24h00, quitte à contribuer par sa non-vaccination à entretenir une pandémie qui pourrit depuis plus d’un an la vie des  8 milliards d’habitants de la planète, en ayant déjà pris celle de 2,3 millions d’entre eux.

 « Mais non, j’ai pas confiance, les effets secondaires du vaccin, tu comprends ? »

Ben non, je comprends pas.

Parce que les effets primaires de l’épidémie, eux on les voit tous les jours, et ils sont incommensurables par rapport à la trouille largement fantasmagorique de très très hypothétiques effets secondaires, qui ont une probabilité proche de que dalle d’être létaux.

Je cherchais dans ma mémoire de mes cours de Terminales quel philosophe avait écrit un truc là-dessus, sur cette propension de l’esprit humain à penser avant tout à son petit bobo personnel plutôt qu’à des souffrances cataclysmiques loin de lui. Je croyais que c’était Spinoza, mais un copain m’a réorienté vers ce passage de la Théorie des Sentiments Moraux d’Adam Smith, qui est effectivement celui que tout ça m’évoquait :

Source : http://classiques.uqac.ca/classiques/Smith_adam/smith_adam.html

Ceci dit, quelque part, là c’est pire, parce que si la catastrophe est effectivement partie de Chine, elle est quand même bien là autour de nous, et depuis un paquet de temps maintenant. Il faut du coup être vraiment d’un égoïsme proprement surhumain pour refuser de se faire vacciner dans ces conditions.
[Edit du 13/05 : Il se trouve que Médiapart vient de fournir une parfaite illustration de ce que je dénonce ici en mettant en ligne leur autotest fait maison intitulé Vaccins Covid : Calculez votre balance bénéfices/risques personnelle. Le simple fait de poser le problème en ces termes de "balance bénéfices/risques personnelle" est un soi un marqueur de l'ultra-individualisme contemporain, là où la vaccination est une entreprise collective qui se pense collectivement. Autre symptôme de l'époque : cette idée que chacun serait un médecin / virologue épidémiologiste accompli qui peut à lui- même se faire ses propres recommandations en lieu et place des autorités sanitaires.
Il est également cocasse de constater que Médiapart se fait par ailleurs le relais zélé des thèses de Foucart/Horel/Laurens qui imaginent que les milieux rationalistes et zététiciens sont des nids de libertariens à combattre, là où c'est en fait le journal lui-même qui se place sur la principale question sanitaire du moment à la pointe de l'individualisme éthique qui est celui des libertariens.]

Sauf que mes potes, eux,  ne sont pas égoïstes comme ça.

Au contraire : mes potes sont des gens bien. Sinon ce seraient pas mes potes !

Et comme je ne peux effectivement pas imaginer que ce qui les motive c’est ce genre de considérations ultra-individualistes évoquées à l’instant (même si en pratique ça revient à ça) , j’explique leur choix par le fait que quand ils pèsent les différents éléments sur leur balance bénéfices/risques, ils le font avec des considérations qui ne sont pas les bonnes, ils réfléchissent à partir de données erronées. Autrement dit : le vrai problème, ce n’est pas leur morale, c’est l’altération de leur perception du réel et des enjeux véritables.  Le vrai problème, ce sont leurs croyances qui les amènent à ne pas s’aligner sur les recommandations des autorités sanitaires et, derrière elles, de la communauté scientifique compétente sur la question de l’épidémie et des moyens de lutter contre. Après le « je suis pas épidémiologiste mais… » du printemps 2020, le printemps 2021, maintenant que la vaccination s’ouvre à tous, risque au moins dans certains milieux d’être celui-du « je suis pas antivaccins, mais… »

Et du coup, ce qu’il faut combattre, ce n’est pas leur fausse morale, mais leurs fausses informations à propos des vaccins en particulier, et de la santé ou de la science en général.

Et c’est l’autre raison pour laquelle je fais remonter à la surface mon papier de 2018. En effet, après avoir évoqué la montée de la mouvance antivaxx et des croyances irrationnelles, j’y pointais du doigt la responsabilité particulière de l’écologie politique, et notamment du mouvement anti-OGM, en prenant comme exemple cette affiche du Congrès de la Vitalité Naturelle.

Et je commentais ainsi le casting :

  • « « A ma droite (mais alors vraiment très à ma droite), l’inénarrable Henri Joyeux, héraut de la réaction catholique, anti IVG, anti Mariage pour Tous et avant tout antivaccination, bien entendu. La caricature, quoi.
  • A ma droite encore (si, si, j’insiste), le sieur Christian Vélot, un militant anti OGM qui est un peu avec Séralini l’autre caution scientifique de ce mouvement antiscience. Plus encore que Séralini, Vélot est avec Testart le chouchou  des gauchistes anti-OGM qui veulent donner des airs de rationalité scientifique à leur positionnement obscurantiste.

 Si vous ne comprenez pas ce que fait Christian Vélot aux côtés d’Henri Joyeux à la tribune du congrès de la vitalité naturelle, c’est que vous n’avez pas compris cet article, et je vous recommande de le relire depuis le début.

Puis de lire les autres articles de mon blog, ça vous aidera à comprendre. »

Cette association, tout sauf fortuite, n’était pas complètement anecdotique puisque j’ai aussi pu évoquer sur mon blog les conférences communes du même Henri Joyeux avec Pierre Rabhi ou bien encore les initiatives que prend la dirigeante écolo Michèle Rivasi aux côtés du même Henri Joyeux ou d’une figure de proue internationale du mouvement antivaxx, Andrew Wakefield, qu’elle avait voulu faire inviter au Parlement Européen.

Bref les liens entre la mouvance écolo et les militants antivaxx sont anciens, loin d’être marginaux, et même parfaitement cohérents (ils partagent le même fond intellectuel sur les questions d’ordre scientifique et sanitaire).

Et voilà qu’aujourd’hui, sur ce terrain de la complicité avec les antivaxx, le Criigen refait parler de lui.

Le Criigen, sur la question des OGM, c’est le principal groupe militant à vocation scientifique en France. Il s’est surtout fait connaître du grand public en 2013 à travers son opération de com pilotée par Gilles-Eric Séralini, leur fameuse étude bidon sur les rats nourris aux OGMs.  En 2018, un papier du site « Les Intoxicateurs » faisait déjà le point sur eux sous le titre Le Criigen : anti-vaccin mais pro-homéo !

Dans la direction de cette association, on trouve, aux côtés donc de deux homéopathes (sic),  l’écologue  Pierre-Henri Gouyon, qui s’est distingué pendant la pandémie , en signant en septembre dernier une tribune rassuriste aux côtés du duo Toubiana/ Toussaint et de raoultiens comme Laurent Muchielli. Ils exhortaient les gouvernants à arrêter de faire peur aux gens avec cette petite épidémie de rien du tout, qui ne nécessitait vraiment pas tout ce barouf. Ces génies visionnaires, qui prétendaient au passage que « l'efficacité du confinement n'est pas démontrée scientifiquement. » expliquaient aussi  que « Nous ne sommes pas en guerre mais confrontés à une épidémie qui a causé 30 décès le 9 septembre, contre 1438 le 14 avril. La situation n'est donc plus du tout la même qu'il y a 5 mois. ». Depuis, il y a eu la 2e et la 3e vague, et des dizaines de milliers de morts supplémentaires sont venus encombrer les morgues de l’Hexagone.

Et pendant ce temps, imperturbablement, les OGM que combat le Criigen continuent à ne pas provoquer le moindre problème sanitaire à l’échelle de la planète depuis des décennies….
C’est pourquoi j’avais intitulé mon article en réaction à cette tribune : Pierre-Henri Gouyon, ou l’anxiété à géométrie  variable.

De ce côté-là de la militance autour des sciences, le naufrage est donc scientifique depuis bien longtemps, mais il est aussi moral et éthique, à un point que je n’aurais pas imaginé il y a encore une décennie. Et l’on vient encore une fois d’en avoir une illustration, avec la participation du Criigen à la campagne de méfiance vis-à-vis de la vaccination contre la Covid 19. Tout part d’une vidéo qu’ils publient fin décembre 2020, dans laquelle leur nouveau président Christian Vélot (oui, celui qui faisait des conférences avec Henri Joyeux)  met en garde contre les vaccins à ARN Messager développés par Pfizer et Moderna. Pour cela, il montait en épingle des risques qui, si j'ai bien compris, sont tellement marginaux qu’ils sont en pratique complètement négligeables, mais qui font très peur à ceux qui craignent pour l’intégrité de leur ADN, parce que quand même, ARN/ADN, tout ça, quoi. (voir en annexe en bas d’article le texte d’Ali David Teymouri à ce sujet). En janvier, Le Monde publiait une petite vidéo de 8 mn pour expliquer comment ça marche et pourquoi, contrairement à ce que laisse entendre Vélot ou qu"affirme clairement son confrère l'inénarrable Perronne, l'ARN Messager du vaccin ne peut pas atteindre et affecter notre ADN.

Du coup, avant même que la campagne de vaccination ne commence – et putain qu’elle a mis longtemps à démarrer !!! -, ils avaient déjà essayé de semer la panique et donc d’entraver le processus. C’est l’époque où cette vidéo de Christian Vélot circulait pas mal dans les milieux écolos / France Insoumise, et où d’autres grands génies visionnaires comme Dupont-Aignan ou Alexis Corbière relayaient cette méfiance et appelaient à plutôt attendre l’arrivée de vaccins plus « classiques », comme ceux de Sanofi ou de Pasteur (des visionnaires, je vous dis). Mais depuis il y a un truc qui a changé : finalement, c’est le vaccin « classique » (à adénovirus) de Astrazeneca dont plus personne ne veut à cause de possibles mais très très très improbables effets secondaires sérieux, alors que, sur le marché de l’individualisme et du consumérisme sanitaire, on s’arrache désormais les ARN Messager de Pfizer et Moderna.

Mais Christian Vélot et le Criigen, eux, n’en démordent pas.

Ainsi, le Huffington Post nous révélait hier que dans ces milieux-là, quand on a touché le fond de l’abjection, on peut creuser encore. En effet, le site « Vite ma dose », qui s’efforce d’aider la campagne de vaccination en facilitant la prise d’un rendez-vous pour utiliser au plus vite les doses disponibles, a été victime d’un pirate qui a déposé le nom du domaine, afin que quand on cherche le site on tombe en fait à la place sur une page qui propose… la vidéo de mise en garde de Christian Vélot !!!

Il y a donc ces temps-ci pire que les gens qui ne veulent pas se faire vacciner : ceux qui veulent empêcher les autres de le faire.

Et du côté du Criigen, on assume, comme a pu le vérifier Grégory Rozières, le journaliste du Huffington Post :

« Le Criigen explique au HuffPost avoir été contacté par la personne détenant le site vitemadose[.]fr, sans révéler son identité. Et l’association assume le procédé. “On a donné notre accord, l’idée pour nous, c’est de faire passer un message. Se faire vacciner, pourquoi pas, mais en conscience”, explique un responsable. »

Il y a une faute de frappe dans l’article : le mot exact c’est pas « responsable », mais « irresponsable ».

Dangereux irresponsables.

Aux méthodes puantes.

Yann Kindo

A propos de la vidéo de Christian Vélot, voici une analyse du médecin généraliste Ali David Teymouri, publiée sur sa page Facebook le 30 décembre 2020.

Chroniques de la pandémie…

Hier, je me suis permis de publier et partager, consciemment une vidéo de Dr Christian Velot, généticien moléculaire et membre de Criigen. Comme je l’ai noté dans mes commentaires, je me méfie de Criigen dont je connais le passé et leur participation à des affaires à la limite de la fraude scientifique comme l’affaire Séralini (https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_S%C3%A9ralini). Mais comme je l’ai noté, l’argumentation de Dr Velot ne comporte pas d’erreurs sauf que l’absence d’erreurs n’est nullement une garantie de justesse des propos.

J’ai sciemment partagé cette vidéo, car en premier lieu son explication des divers mécanismes de vaccinations est limpide et utile à la compréhension et que par ailleurs il avance des arguments sensés dans sa critique des vaccins. Le débunkage des propos crétins, insensés, non scientifiques est facile et même caricatural mais faire la même chose avec des propos sensés et logiques a un autre impact.

Donc commençons avec donc la principale et juste critique des risques de recombinaisons des gènes des virus à ARN avancée par Dr Velot. Je réexplique son argumentaire : un virus pénètre dans une cellule, subtilise les moyens de production de protéines de la cellule à son propre bénéfice en copiant son ARN et obligeant la cellule de fabriquer les protéines virales qui vont se réassembler pour former d’autres virus. Les virus à ARN sont fragiles et peuvent échanger des gènes donc 2 virus présents en même temps dans le cytoplasme d’une cellule peuvent s’échanger des gènes (comme si vous aviez 2 constructions monocolores en lego, l’une rouge et l’autre verte, en les cassant toutes les 2 dans un même endroit, il peut y avoir des morceaux de l’une qui peuvent intégrer la structure de l’autre). Dans le cas des virus, le virus issu de cette recombinaison de gène peut donc acquérir des propriétés qu’il n’avait pas avant cela, pour le meilleur ou pour le pire.

La recombinaison virale est quelque chose de connue dans le monde vivant et est même un des facteurs de l’évolution des espèces. Mais est-ce-que cet argument est valable dans le cas des vaccins à ARN de Pfizer et Moderna ? La réponse est non, trois fois non. Pourquoi ? D’abord parce que l’ARN est un code pour une protéine et les vaccins à ARN proposés codent pour l’ARN de la protéine S (dite de surface) de SARS COV 2 (image ci-dessous). Où se trouve cette protéine ? Sur l’enveloppe lipidique entourant le virus, car comme Dr Velot l’a expliqué au début de la vidéo, le SARS COV 2 est un virus enveloppé avec des spikes dans l’enveloppe. Est-ce qu’on a mis dans le vaccin d’autres ARN pouvant coder pour la couche lipidique autour du virus ? Non. Donc mettre une protéine qui ne peut intégrer PHYSIQUEMENT un autre virus, même en cas de recombinaison ne peut transférer des propriétés particulières au virus issu de la recombinaison. Une protéine est une structure tridimensionnelle, qui n’a ses propriétés que par rapport aux structures avoisinantes (une baïonnette dans un sac à dos n’a pas les mêmes capacités qu’une baïonnette fixée au bout d’un fusil). Donc la critique de Dr Velot ne marche pas du tout avec la vaccination et TOUS les virus à ARN. Il faut donc que le virus à ARN soit enveloppé d’une part et que son enveloppe puisse accepter à intégrer des protéines S semblables à celles de SARS COV 2, ce qui va limiter les propos de Dr Velot à une seule famille de virus, les coronavirus justement. Et c’est même probablement des mutations de ce genre qui se sont passées dans la nature, chez les chauves-souris donnant naissance à l’ancêtre de SARS COV 2. Car comme je l’ai expliqué il y a longtemps, le système immunitaire des chauves-souris est très particulier et ne déclenche pas de réponse inflammatoire excessive et permet à la bestiole de vivre avec des dizaines et des dizaines de virus différents que son immunité « contrôle » sans les détruire avec une réaction exacerbée, et c’est cette faculté qui fait de la chauve-souris le milieu idéal pour l’apparition de nouvelles souches virales.

Revenons à notre vaccin. Comme je l’ai démontré la capacité de transfert de l’ARN codant pour la protéine S du virus ne peut être « utile » qu’à un autre coronavirus. Est-ce que nous en portons, nous, les humains ? Oui, 4 coronavirus endémiques. Est-ce que ces virus pénètrent aux mêmes endroits que le SARS COV 2 ? Oui. Que se passerait-il s’ils avaient la protéine S de SARS ? Rien, ils causeraient les mêmes maladies que maintenant car la vaccination ne transfère que l’ARN codant pour la protéine S. Qu’est-ce qu’ils causent comme maladie ? Des rhumes…

Tout ceci pour vous démontrer que Dr Velot n’a dit AUCUNE connerie dans sa vidéo mais a OMIS pleins de choses car, comme tout un chacun, lui aussi est porté par une idéologie et une philosophie de la vie et je préfère largement débattre avec quelqu’un qui ne ment pas qu’avec un menteur. Au moins on parle avec les mêmes bases et les mêmes sources. Les arguments de Dr Velot sont les arguments d’un astronome parlant du danger des météorites « tueuses ». Une grosse météorite heurtant la terre peut-elle entraîner une extinction de masse à large échelle ? Oui. Est-ce que l’astéroïde AMX26trucmuche vu sa masse peut déclencher un tel événement ? Oui. Va-t-il le faire ? Non, car il ne va pas passer près de la terre. C’est la dernière partie de l’argumentation qui manque justement à Dr Velot, et vu son intelligence et son parcours, c’est voulu.

Merci de votre attention.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky