Abacab

Dijon - France

Son blog
4 abonnés Le blog de Abacab
Voir tous
  • Le journal d'un mendiant - Semaine sept

    Par
    Si les deux « handicapés » – « muets et manchots » – qui régnaient naguère encore au sommet de la pyramide solidairienne n'avaient jamais pu réagir à mes courriers, ni daigné me contacter de vive voix, leurs successeurs seraient-ils, eux, doués de la parole ? Posséderaient-ils des cordes vocales, une langue, des doigts et des mains afin de leur permettre de me répondre ?
  • Le journal d'un mendiant - Semaine six

    Par
    Quel bonheur de contempler de petits navires nuageux voguant sur une mer azurée, me dis-je, alors que je levais les yeux vers le ciel apaisé. Pas une once de pluie à l’horizon, nulle goutte capitaliste ne nuirait à mon travail, me réjouis-je avant de rejoindre la maison des syndicats.
  • Le journal d'un mendiant - Semaine cinq

    Par
    La froidure n'est rien ; les gouttes de pluie – dès lors que l’on jouisse d’un plafond de béton protecteur –, si peu de chose ; mais les gouttes de pluie apportées par un vent ivre de rage qui se jette peu ou prou sur votre corps (paisiblement posé sur une serpillière) est une souffrance véritable qui vous force à fermer votre ouvrage et vous pousse peu ou prou vers l'ennui.
  • Le journal d'un mendiant - Semaine quatre

    Par
    En ce premier jour d'octobre, attendu que mon interlocuteur de la semaine m'avait déclaré ne pas connaître l'ensemble de l’« affaire Ressources », mais seulement quelques bribes, je décidai de lui envoyer par mail une copie du courrier que j'avais envoyé aux co-secrétaires généraux, ainsi qu'un lien vers l'un de mes billets sur Mediapart, et un autre vers l'un de mes articles sur Dijoncter.
  • Le journal d'un mendiant - Semaine trois, deuxième partie

    Par
    Malgré le temps maussade et les risques de pluies orageuses, dixit la météo, je partis derechef à la conquête de ma clientèle. Dès que je fus assis sur ma serpillière, j'attendis – c'est bien l'attente qui caractérise le mieux l'emploi de mendiant – que des âmes généreuses daignassent m'offrir quelque menue monnaie.