AEQUIVOX

Association

Sa biographie
Bienvenu sur ce blog, issu d'un partenariat entre Mediapart et Aequivox ! Fondée en avril 2011, l'association Aequivox est née d'un constat. Alors que la démocratie est le régime de la parole, les citoyens sont trop souvent désarmés face aux discours politiques. Construire une démocratie responsable et participative passe donc parun préalable : rendre accessible à tous les outils analytiques nécessaires pour nous forger notre propre opinion critique sur les débats et les controverses. Telle est l'objectif d'Aequivox : promouvoir l'étude et l'enseignement de la rhétorique. Elle est et restera une association politiquement neutre et indépendante, dont l’intégralité des actions sont bénévoles et gratuites.
Voir tous
  • Aequivox organise une grande soirée Joutes Oratoires

    Par
    L’association Aequivox organise le 29 novembre prochain une soirée Joutes Oratoires dans le bistrot Ma Pomme en Colimaçon (Paris). Une compétition festive et amicale où les citoyens apprennent, par la pratique, à se défendre contre les sophismes et la langue de bois.
  • Le tabou, le politique et la périphrase

    Par
    Un tabou répondant au nom de récessionS’en allait chemin faisant à la recherche d’un compagnonUn protecteur, une bonne âme qui l’accueillerait à bras ouvertsEt lui offrirait sans chichis le gîte et le couvertA l’orée d’un bourg il aperçoit un politique de sa connaissanceL’apostrophe aimablement, bien heureux de renouer une amitié en souffrance
  • Démocratie, nom féminin

    Par
  • Le changement, c'est maintenant. Mais c’est quand maintenant ?

    Par
  • Ethos de prof, de l’enseignement à l’éducation

    Par
    Profitant de la rentrée des classes, Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, annonçait son intention d’instaurer à la rentrée 2013 l’enseignement de la morale laïque[i], qu’il définit comme « comprendre ce qui est juste, distinguer le bien du mal, […] des devoirs autant que des droits, des vertus, et surtout des valeurs ». Au-delà de l’effet d’annonce et des réactions attendues de l’opposition, le débat, qui n’est pas nouveau, pose la question de la mission de l’éducation nationale et par extension de celle du prof.