Blog suivi par 49 abonnés

Le blog de Alain_Dubois

Professeur et chercheur, biologiste
  • ... but one by one perished and died

    Par
    N'est-il pas temps de réécouter "The black plague" d'Eric Burdon & The Animals dans leur album "Winds of change" (1967)?
  • Le Gouvernement des Riches face à l'épidémie

    Par | 3 recommandés
    L'épidémie qui vient va entraîner une "baisse de l'activité économique". Donc une baisse des profits ? Que nenni ! Toujours très attentif vis-à-vis de ses mendants, le gouvernement s'est dépêché de prendre des mesures pour "protéger les entreprises", comme le recours au chômage technique. Ce seront donc les réductions de salaires et nos impôts qui paieront. C'est simple, il suffisait d'y penser.
  • Collapse Acte 1? Le coronavirus et le capitalisme

    Par | 3 recommandés
    Les risques sont maintenant grands de voir l'épidémie de coronavirus devenir une pandémie, en passant par les pays aux "services de santé défaillants", notamment les anciennes colonies d'Afrique. Celle-ci pourrait constituer l'Acte 1 du Collapse à venir, qui se manifestera par un effet domino impliquant de nombreux domaines. Le rôle du capitalisme dans ce phénomène ne devra pas être sous-estimé.
  • Prédation sexuelle dans l'enseignement public: pourquoi ce silence?

    Par | 5 commentaires
    Mon billet sur la prédation sexuelle à l'école, au collège, au lycée, à l'université, publié le 19 novembre 2019 sur Mediapart, n'a suscité quasiment aucune réaction, question, commentaire ou réponse. J'aimerais comprendre pourquoi.
  • Pourquoi tant de violences?

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    La recrudescence de la violence dans la lutte des classes, de la part de militants, grévistes ou syndicalistes ou de 'black blocs", ne s'explique pas seulement par la violence du pouvoir, par sa politique ultra-réactionnaire, ou par la violence de la répression policière, mais aussi par l' "incapacité" des organisations de la classe ouvrière à ouvrir une solution pour combattre ce gouvernement.
  • Est-ce vraiment Macron qui bloque?

    Par | 3 commentaires | 2 recommandés
    Est-ce vraiment Macron qui bloque? Ne seraient-ce pas plutôt les directions syndicales, en n'appellant pas à la Grève Générale mais à des grèves émiettées, et en persistant à vouloir "négocier" un projet non-négociable avec un gouvernement illégitime? Ne seraient-ce pas d'abord ces directions qu'il faudrait virer, afin de pouvoir virer Macron?
  • "Vous n'êtes pas sympathique, ni respectueux"

    Par | 3 commentaires | 4 recommandés
    Est-ce que les citoyens d'une République attendent de leur Président, élu par 17 % des inscrits, qu'il les trouve sympathiques? Et si nous étions des centaines de milliers à signer et lui envoyer un texte disant: "Vous ne m'êtes pas sympathique et je ne vous trouve pas respectable"?
  • Fin de partie

    Par | 5 commentaires | 8 recommandés
    L'affaire est pliée. En ne démordant pas de la perspective de "négocier" le non-négociable, les directions syndicales préparent la défaite. En n'appelant pas à la Grève Générale dont toutes les conditions sont réunies, elles préparent une nouvelle augmentation du sentiment de défaite et d'impuissance. C'est avant tout contre elles que les masses devraient tourner leur colère et leur mobilisation.
  • La Grève: espoirs et illusions

    Par
    La Grève Générale, plus que les manifestations, est l’arme la plus puissante des exploités pour faire reculer le pouvoir dans la mise en œuvre de ses plans de destruction des acquis sociaux. Pour être victorieux, les travailleurs doivent se doter de Comités de Grèves élus et révocables, et ne pas se contenter de s’en remettre à ceux, fussent-ils les syndicats, qui prétendent parler en leur nom.
  • Prédation sexuelle: heureusement, le monde de l’enseignement public est épargné !

    Par | 3 commentaires | 2 recommandés
    Certains récits pourraient suggérer que des comportements de pédocriminalité et d’agressions sexuelles se produisent parfois, peut-être même assez régulièrement, dans le monde de l’enseignement public, de la maternelle à l’université, et de la part d’enseignants des deux sexes. Par chance il n’en est rien, car sinon, à notre époque de « grand déballage », on en aurait certainement entendu parler !