Amador Fernández-Savater

Éditeur, philosophe espagnol

Sa biographie
http://www.eldiario.es/autores/amador_fernandez-savater/
  • 7 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 0 contact
Voir tous
  • Franco Berardi (Bifo): «recommencer à nous ennuyer est la dernière aventure possible»

    Par
    Traduction d'une interview donnée à Amador Fernández-Savater par Franco Berardi, dit Bifo, à propos de son dernier livre And: Phenomenology of the end, où il explore la «mutation anthropologique actuelle», à savoir «l'impact des technologies digitales sur notre perception et notre sensibilité».
  • Sans situation de lutte, il n'y a pas de pensée

    Par
    « Nous avons besoin d'une nouvelle poétique politique », écrit le philosophe espagnol Amador Fernández-Savater dans un texte inédit en français, confié à Mediapart. Il plaide pour abandonner notre position de « spectateurs, [...] victimes de la situation, réduits au jugement moral, aux généralités [...] et dans l'attente de que quelqu'un 'solutionne' le problème ».
  • Pour une politique de l'écoute

    Par
    Le philosophe espagnol Amador Fernández-Savater s'est entretenu avec le philosophe Jordi Carmona Hurtado, auteur de «Patience de l'action. Hannah Arendt» (Harmattan, 2015), autour de la figure d'Arendt et du 15-M, le mouvement « indigné» espagnol.
  • Chronopolitiques. Est-ce qu'on t'a déjà offert un siècle en cadeau?

    Par
    Dans un texte inédit en français, le philosophe espagnol Amador Fernández-Savater livre une réflexion sur le manque de temps comme nouvelle pauvreté, et imagine des propositions pour y remédier.
  • Politique du désir: récupérer l'intuition de 68

    Par
    Contre ceux qui voudraient « faire disparaître l'intuition de 68 », le philosophe espagnol Amador Fernández-Savater se penche, dans un texte confié à Mediapart, sur les écrits de Jean-François Lyotard. À ses yeux, Mai 68 a inventé les outils pour désarticuler le « régime régulateur de l'énergie » en place à l'époque quand il s'agit, pour nous, d'en finir avec « régime prédateur de l'énergie » propre au néolibéralisme de 2018.