Association VISA

Syndicalisme et antifascisme

France

Sa biographie
VISA est une association intersyndicale composée de plus de 120 structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de la CNT-SO, de la Confédération Paysanne et le syndicat de la Magistrature. Depuis 1996, VISA recense, analyse et dénonce les incursions de l’extrême droite et plus particulièrement du Front national sur le terrain social. VISA se veut un outil d’information et de réflexion pour toutes les forces syndicales qui le souhaitent afin de lutter collectivement contre l’implantation et l’audience de l ’extrême droite dans le monde du travail. Les 17,9 % de Marine Le Pen à l’élection présidentielle de 2012, confirmés, voire amplifiés, lors des scrutins suivants et les 10,7 millions de voix obtenues au second tour de l’élection présidentielle de 2017, montrent que le discours fasciste s ’est installé durablement dans la société française. Cette situation ne peut nous laisser indifférents tant les « valeurs » et l’idéologie portées par le FN sont aux antipodes des idéaux de solidarité et de progrès défendus par nos organisations syndicales. Nous, syndicalistes, avons une responsabilité particulière pour dénoncer les pseudos solutions du FN qui consistent à dresser les uns contre les autres les précaires, les immigré-es, les Français-es, les chômeur-euses et celles et ceux qui ont un emploi. Notre devoir est de défendre, de façon intransigeante, dans notre propagande et nos actions, la solidarité de tout le salariat quels que soient son origine ou son statut. Ce combat antifasciste doit être pris en charge par toutes les organisations syndicales, de la base au sommet. Autant que possible, cette contre offensive syndicale doit se faire dans l’unité la plus large. VISA est partie intégrante de ce combat et y contribue : - En informant sur les dangers et le développement de l’extrême droite en France, en Europe et dans le monde ainsi que sur les « passerelles » avec la droite dure. - En analysant de manière critique les propositions dites sociales de l’extrême droite. - En relayant sur son site toutes les prises de positions, actions des organisations syndicales contre l’extrême droite. - En dénonçant toutes les discriminations racistes, sexistes, homophobes au sein et hors des entreprises. - En se faisant l’écho de toutes les actions de solidarité avec les sans papiers. - En aidant, par des outils adaptés (journées de formation, brochures, affiches etc.), les équipes syndicales à se former et se mobiliser pour démystifier, aux yeux des salarié-e-s les propositions prétendues sociales de l’extrême droite. - En alertant sur la présence dans les structures syndicales de militants d’extrême droite se prétendant responsables syndicaux.
Son blog
21 abonnés Le blog de Association VISA
Voir tous
  • Le 19 juin, barrer la route au RN ! Pas une voix pour l'extrême droite !

    Par
    Le mot d’ordre « pas une voix pour l’extrême droite ! » est plus urgent que jamais : le mouvement ouvrier doit convaincre tous ceux et toutes celles qui se revendiquent de ses valeurs ou des acquis, de ne surtout pas apporter leurs suffrages aux forces politiques nationalistes, racistes et néofascistes.
  • L'extrême droite doit être battue et combattue !

    Par
    Les syndicats membres de l’association VISA, réunie en assemblée générale extraordinaire le mardi 19 avril, appellent à l’unité syndicale face au danger imminent de l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite en France.
  • PAS UNE VOIX POUR LE PEN !

    Par
    UNE FOIS QUE L’EXTRÊME DROITE EST AU POUVOIR, ELLE LE GARDE ! Le Pen n’a jamais été aussi près d’atteindre, le 24 avril, la plus haute marche des institutions de la V° République. Elle peut compter sur le soutien de Zemmour, de ses partisans, d’une partie de la droite et sur un nouveau vote de rejet de Macron.
  • En finir avec la pandémie, combattre l’extrême droite, le racisme et l’antisémitisme !

    Par
    La fin de la pandémie est une nécessité sanitaire mais aussi pour reprendre le chemin des luttes sociales, des mobilisations contre les attaques du gouvernement. Cela passe nécessairement par une vaccination généralisée et partout dans le monde. Parallèlement, la lutte sans concession contre l'extrême-droite, le racisme, l'antisémitisme, le complotisme devra être au cœur des mobilisations.
  • Nous n’en n’avons pas fini avec l’extrême droite, ses acolytes et ses idées

    Par
    Nous n’en n’avons pas fini avec l’extrême droite, ses acolytes et ses idées. Pas une voix pour le Rassemblement National ! Les 3 et 4 juillet, à Perpignan, à l’occasion du congrès du Rassemblement National, toutes et tous ensemble manifestons pour dire non à l’extrême droite !