Bernard.Viguié
citoyen libre qui n 'accepte pas ce qui s'est passé à Sivens
Abonné·e de Mediapart

92 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 janv. 2020

Nicole Belloubet, la démocratie et l’Etat de droit

« Quand on vit dans une démocratie, et quand on croit à la démocratie, cela implique un certain respect des formes, un respect des procédures, c’est ça qui est vraiment la caractérisation d’un Etat de droit, sinon c’est un état de nature où chacun fait ce qu’il veut et où il n’y a de respect de rien »...

Bernard.Viguié
citoyen libre qui n 'accepte pas ce qui s'est passé à Sivens
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

... Ce chapô reprend les propos de Nicole Belloubet, ministre de la justice, tenus sur France Inter le 20 janvier 2020 (cf début de son entretien dans le lien qui suit).

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-20-janvier-2020

Dans l’affaire de Sivens, j’ai montré sur ce blog comment fonctionnait alors « l’Etat de droit dans le Tarn », et comment nous y avons vu le procureur d’Albi ne pas poursuivre – pour les uns - des délits caractérisés alors qu'il a poursuivi parfois – pour les autres - des délits imaginaires ou des vétilles.

Mais surtout, ce qui est autrement plus grave, j’ai montré comment le procureur Claude Dérens a participé en personne à la commission de délits caractérisés, dans l’exercice de ses fonctions, au profit des partisans du barrage et tout particulièrement de Thierry Carcenac. Je l’ai montré pour exemple ici ou , conformément à ce que j’avais dénoncé ici en mettant au défi Claude Dérens de me citer en justice s'il avait quelque honneur à défendre publiquement.

Les preuves de cette forfaiture ayant été réunies non sans mal, une demande de poursuite disciplinaire circonstanciée (pièces probantes jointes) a été formée devant le ministre de la justice qui était à l’époque François Bayrou et des plaintes déposées devant le procureur général de Toulouse.

Alors que le procureur général à la Cour d’appel de Toulouse a finalement transmis cette affaire au procureur de la République de Toulouse (en application de l’article 43 du code de procédure pénale), la demande de poursuite disciplinaire visant l’ancien procureur délinquant d’Albi est toujours dans un panier ou dans un tiroir au ministère de la justice. Or, nous sommes encore dans le délai de 3 ans qui permet une telle poursuite.

Sauf erreur de ma part, Claude Dérens exerce tranquillement à ce jour ses fonctions d’avocat général à Limoges, comme on peut le voir ici dans « l’affaire du bébé du coffre ». 

Euclide et l’Etat de droit

Nous avons donc en France une ministre de la Justice qui a été clairement informée de la participation d’un procureur français à la commission des délits qui lui avaient été dénoncés dans le Tarn par plusieurs contribuables tarnais, forfaiture rare s’il en est, ces délits étant autrement plus graves que ceux qui ont été reprochés l'an dernier à Jean Jacques Urvoas, ancien ministre de la justice.

Que ceux qui pensent qu’une telle chose est invraisemblable (elle l’est !) fassent un effort pour lire mon blog et ils verront que j’ai apporté les preuves de ce que j’avance, de sorte que le procureur Dérens s’est bien gardé de m’attaquer en diffamation.

Ces preuves ont été apportées à la ministre de la justice.

A ce jour, alors qu’elle tient régulièrement des propos sur l’Etat de droit, Nicole Belloubet a toléré et tolère les agissements scandaleux du procureur Dérens à Sivens et dans le Tarn, c’est-à-dire qu’elle tolère que, dans l’administration dont elle a la charge, certains fonctionnaires ont pu agir comme dans « un état de nature où chacun fait ce qu’il veut et où il n’y a de respect de rien ».  

Je déduis de tout ce qui précède que pour Nicole Belloubet, comme pour bien d’autres femmes et hommes politiques, l’Etat de droit qui DOIT s’appliquer pour les uns NE DOIT PAS s’appliquer pas pour d’autres.

Nous n’avons manifestement pas la même notion de l’Etat de droit.

Tel Euclide (excusez du peu), je pose donc ici un postulat :

Un Etat de droit à géométrie variable, ce n’est pas un Etat de droit

à bientôt

Pour entrer dans les détails de cette affaire invraisemblable et pourtant bien réelle, consulter mon blog entre le 11 octobre 2019 et le 6 novembre 2019 (Feuilleton de la Métairie Neuve, 25 articles détaillant tous les volets de cette affaire, sans précédent comparable à ma connaissance sous la 5° République)

Pour les questions plus précises évoquées par ce billet, VOIR:

https://blogs.mediapart.fr/bernard-viguie/blog/061119/comment-la-ministre-de-la-justice-deja-couvert-le-procureur-delinquant-derens

https://blogs.mediapart.fr/bernard-viguie/blog/061119/nouvelles-plaintes-contre-le-procureur-derens-et-le-senateur-carcenac

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-et-un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel