Contre >< Pouvoir
Stratégies unitaires face au bloc bourgeois et identitaire lors des prochaines présidentielles
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 avr. 2022

Contre >< Pouvoir
Stratégies unitaires face au bloc bourgeois et identitaire lors des prochaines présidentielles
Abonné·e de Mediapart

APPEL : DU 24 AVRIL AU 1ER MAI, SEMAINE NOIRE POUR LE VAINQUEUR !

Plutôt que les urnes, nous appelons à rejoindre les nombreux rassemblements qui se tiendront ce 24 avril et toute cette semaine, devant les préfectures ou sur les places publiques de France. Montrons la force du nombre qui reste mobilisé face à la peste, le choléra et cette prise d’otage bien huilée !

Contre >< Pouvoir
Stratégies unitaires face au bloc bourgeois et identitaire lors des prochaines présidentielles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Ce dimanche 24 avril, quoi qu’il arrive, il faut être dans la rue contre Macron ou contre Le Pen, deux candidats aux politiques libérales et xénophobes quasi similaires, comme nous l’a rappelé leur piteux débat.

Macron nous a démontré qu’un président n’a plus besoin d’être d’extrême droite pour stigmatiser une partie de la population, provoquer des dommages profonds à notre vie démocratique, aux libertés individuelles et une guerre civile en gestation. À cause de lui, le projet fasciste d’une Le Pen fait désormais moins peur à certains que son extrême centre !

Nous n’avons pas eu de débat, nous n’aurons pas non plus de choix !

Quoi qu’il arrive, ce sera à nouveau cinq ans de gavage pour les riches sur le dos des pauvres toujours plus pauvres. Cinq années mouvementées avec Macron, leur meilleur serviteur, ou directement avec une extrême droite au pouvoir qui piétine bien l’opposition et divise les Français sur plusieurs décennies. Pour les riches hommes blancs qui se partagent le gâteau, tout cela ne sera qu’un détail de l’Histoire…

Plutôt que les urnes, nous appelons à rejoindre les nombreux rassemblements qui se tiendront ce 24 avril, devant les préfectures ou sur les places publiques de France, pour montrer la force du nombre qui reste mobilisé face à la peste et le choléra, face à leur prise d’otage bien huilée. Notre camp ne doit pas se diluer ni dans le pseudo « Front Républicain » ni dans le camp de la haine qui n’a rien de contestataire.

Ne leur laissons pas la rue, ni aux festivités macronistes, ni aux agitations de l’utra-droite. Soudés les uns les autres et surtout vigilants, retrouvons-nous pour exprimer notre colère noire et pour organiser la suite avec les seuls qui résisteront encore : les anticapitalistes et les antifascistes. C’est l’occasion de nous regrouper, monter en radicalité et jouer ensemble le premier acte de ce printemps explosif fait de blocages et d’actions en tout genre ! 

Comme cette campagne présidentielle nous l’a encore prouvé, notre camp social ne peut pas tout miser sur les prochaines élections bourgeoises, cette compétition déloyale et truquée de toutes parts. La grève générale illimitée qui devra faire face à la politique antisociale promise par les deux candidats ne se déclare pas non plus, elle doit donc commencer à s’organiser, tout comme le front qui devra désormais faire face à la violence croissante de l’extrême droite.


Toute cette semaine avec la jeunesse en lutte sur les blocages de lycées et universités, puis le 1er Mai pour l’honneur des travailleurs et pas celui de Jeanne d’Arc, construisons le blocage du pays qui fera tomber ce nouveau président impopulaire et autoritaire, si ce n’est pas directement fasciste !

Deux électeurs sur trois n’ont choisi aucun des deux candidats ! Entre le bloc de gauche, les abstentionnistes et les égarés du « tout sauf Macron », notre mouvement contestataire est déjà populaire, il doit maintenant s’inscrire dans la durée, se manifester de manière reconductible pour initier un réel processus destituant !

Notre système politique et répressif n’est jamais autant affaibli qu’en période électorale et de début de mandat, surtout suite à un boycott majoritaire. Les occupations ciblées et les zones autonomes, les manifestations et actions directes doivent être déployées de manière simultanée et si possible coordonnée avec le mouvement des places et la reprise de la parole publique pour rendre visible le contre-pouvoir populaire capable de mettre à genoux le gouvernement. 

Oui nous savons toujours ce que nous voulons : la réécriture des règles du jeu, et cette mascarade nous confirme qu’il est plus que jamais temps de faire Histoire ensemble ! Cet objectif à atteindre nous permettra de garder le cap et la tête froide au milieu de la tempête qui s’annonce, mais aussi de faire converger un maximum de forces sociales vers un objectif commun, tenir et ne rien lâcher jusqu’à son obtention intégrale et au-delà !

Ni Macron, ni Le Pen, ni la Vème République !

Abstention majoritaire, boycott populaire !

3ème tour social, 3ème manche électorale !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez