Cybergazouille

"les pauvres sont responsables de l'existence des riches" Max Stirner

Son blog
21 abonnés Le blog de Cybergazouille
Voir tous
  • Gilets jaunes: Etat d'urgence citoyen ! Qui sert encore le Bien Commun? débat

    Par
    Sud Radio débat entre Juan Branco "Il est beaucoup plus difficile de retrouver sa souveraineté dans un pays pillé", Etienne Chouard "écrire nous mêmes les règles de la représentation" , et Maxime Nicolle, à propos des manifestations "on ne combat pas un boxer professionnel avec des gants de boxe" (sorti libre après avoir été entendu par la justice)
  • «Dans un monde où chacun triche, c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan»

    Par
    «Dans un monde où chacun triche, c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan» André Gide. C'est ce que je ressens quand la propagande dénature le potentiel révolutionnaire du RIC, cette exigence de droits civiques hors élection. Aussi je partage avec plaisir cette version française de «I have a dream», modeste et géniale.
  • Pétition « Pour l’amnistie des Gilets jaunes »

    Par
    Ils n’étaient pas venus à Paris, Bordeaux, Toulouse, et tant d’autres villes, pour en découdre avec les forces de l’ordre. Ils étaient venus pour défendre leurs vies menacées, dégradées par la précarité, mises en joue par un pouvoir prêt à faire les poches de leurs parents retraités comme de leurs enfants étudiants, afin de valoriser le patrimoine financier des plus riches.
  • Réponses féministes à l’austérité en Europe

    Par
    Alors qu'au royaume de Marche-ou-crève , les éléments de langage se diffusent déjà pour maquiller l'annonce de la poursuite du massacre humain, économique et social que disent les féministes des autres pays des impacts de l'austérité sur la vie et les Droits des femmes dans leurs pays respectifs déjà cuisinés? Quelles luttes sont prioritaires?
  • Motion de censure Lettre à mon député LREM

    Par
    « Nicolas Machiavel exhortait les hommes vertueux à tenir tête au destin et, face à l’adversité des temps, à préférer l’action et l’audace à la prudence. Car plus la situation est tragique, plus elle commande l’action et le refus de « s’abandonner » (Le prince, chapitres XXV et XXVI).