Belab
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

L'escarbille

Suivi par 61 abonnés

Billet de blog 28 avr. 2018

Les SHAF courent sous la casaque sioniste, cette fois-ci.

Après maintes tentatives infructueuses, ces derniers mois, pour ranimer la flamme du laïcisme et la mèche de la guerre scolaire, les lobbies des intérêts particularistes s’engouffrent comme un seul homme dans la brèche ouverte par le Président Macron qui a proclamé urbi et orbi : sionisme = antisémitisme.

Belab
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les SHAF courent sous la casaque sioniste, cette fois-ci.


« La malédiction la plus commune en cette matière est d'être la dupe de bonne foi d’une hypocrisie collective, habile à mal poser les problèmes pour mieux légitimer les odieuses solutions qu'on leur apporte". Aimé Césaire

Pour nos enfants à tous, et leur devenir commun, le problème suivant doit impérativement être reposé correctement.

Du sionisme et de l’antisémitisme

Après maintes tentatives infructueuses, ces derniers mois, pour ranimer la flamme du laïcisme et la mèche de la guerre scolaire, les lobbies particularistes SHAF [1] s’engouffrent comme un seul homme dans la brèche ouverte par le Président Macron qui a proclamé urbi et orbi : sionisme = antisémitisme.

Dominique Vidal, juif et français, assumé dans ces deux qualificatifs, lui répond dans son livre, antisionisme=antisémitisme [2].

Notons qu’il est important que ce soit un juif qui lui réponde. Afin d’apaiser les esprits surchauffés et de contrer les forces centrifuges - qui sapent les soubassements de notre vivre ensemble - il est impératif de montrer qu’il y a juif et juif. L’affaire Nathalie Portman [3] illustre admirablement ce propos.

Les voies de Dieu sont impénétrables, celles du Président de la République aussi. Je lui serais néanmoins reconnaissant de m’expliquer par quel miracle le sionisme, projet et doctrine coloniaux, qualifié d’apartheid, sans équivoque, rappelons-le bien, par les instances internationales, serait équivalent à l’antisémitisme défini par Anna Arendt par opposition à l’antijudaïsme [4].

De l’avis même du BNVCA - organisme téléguidé depuis Israël pour agiter l’épouvantail « nouvel antisémitisme français » - ce soi-disant antisémitisme nouveau est né directement du martyr du peuple palestinien. Dans sa charte [5] il écrit : « Face à cette vague d’antisémitisme, concomitante à la deuxième « Intifada » contre Israël et minimisée par les pouvoirs publics et les médias, etc… » .

D’évidence « l’intifada » conteste la politique israélienne .C’est donc une forme de résistance qu’entreprend un peuple contre un Etat qui occupe militairement son territoire .Où réside l’antisémitisme ?

Le Sionisme crie à l’antisémitisme au terme d’un bonneteau lexical époustouflant qui postule Israël  pays du « peuple juif ». Ce faisant, il force l’équivalence : agression contre la politique israélienne = agression contre les juifs = antisionisme = antisémitisme.

C’est, pour le moins, spécieux ; mais ça marche : le Président Macron vient de tomber dans ce piège (de son plein gré ou pas, l’histoire ne le dit pas).

Non, la résistance au sionisme n’est pas de l’antisémitisme. La résistance est un droit inaliénable des peuples opprimés, reconnu par la charte de L’ONU et les traités internationaux dont celui dit de Westphalie. Ces traités sont protégés par l’article 55 de notre Constitution. Donc, avec tout le respect qu’on lui doit, M. le Président de la République ne peut décemment pas assimiler l’antisionisme à l’antisémitisme.

La lutte contre l’antisémitisme constitue un impératif moral et politique, comme doit l’être la lutte contre le racisme sous toutes ses formes. La Constitution, garante de l’égalité citoyenne, l’exige.

Or, ce qui d’évidence devrait être un même combat tourne malheureusement à l’antagonisme virulent. Il incombe désormais à la République de ménager « la chèvre et le chou » .La tâche, compte tenu des mémoires endolories des uns et des autres, s’avère des plus délicates.

En effet, nous héritons de nombreux problèmes qui, après avoir été volontairement minorés, voire méprisés, s’invitent, aujourd’hui, en même temps, à la table de la République. S’ils s’enracinent profondément dans notre histoire, tous ne sont pas de notre fait. Citons, pêle-mêle , l’abandon de la Palestine par la communauté internationale (problème que pourtant l’ONU a grandement contribué à créer en 1948 : la Palestine , sous mandat de la Société des Nations, a servi de lot de consolation aux juifs au sortir de la Shoa : une injustice majuscule pour réparer une injustice non moins majuscule !) ; le fait que la 4ième République ait doté Israël de l’arme nucléaire ( monnaie d’échange dans la formation de la triple alliance contre l’Egypte nassérienne , en 1956) ; l’omniprésence de la Shoa , qui , 70 ans après les faits , sursature encore les canaux de nos médias ; nos hommes politiques en grappes, comme les Bourgeois de Calais, aux dîners surmédiatisés du CRIF, etc... Autant de faits qui ancrent dans les esprits l’idée d’un « deux poids et deux mesures » lancinant et, de ce fait, induisent l’émiettement de la nation.

Ce « deux poids et deux mesures » enfante la révolte des uns, encourage l’arrogance des autres. Une concurrence mémorielle, désastreuse pour la nation, s’est installée. De plus, profitant du désarroi général, des lobbies particularistes agitent les Français les uns contre les autres au gré de leurs intérêts propres. La République ne peut dans un tel contexte que faire montre de fermeté sans quitter des yeux notre Constitution : il y va de l’égalité citoyenne et de la paix civile. La République est pour ainsi dire dans la fosse à serpents : la prudence est de mise.

Il en est un de serpent : Philippe Val.

Membre éminent des lobbies SHAF [1], Philippe Val, ex-patron de Charlie-Hebdo - qui avec son compère Richard Malka , a , selon maître Dartevelle , avocat , « amené toute une rédaction au casse-pipe » [6] - s’est illustré dans bien des affaires alliant l’opportunisme au cynisme [7] . Il ne cache aucunement son allégeance à Israël.

Philippe Val est l’auteur du virulent manifeste, publié dans Le Parisien [8], qui a défrayé la chronique cette dernière semaine. 300 personnalités se sont jointes à lui pour constater une "épuration ethnique à bas bruit", «les Français juifs ont 25 fois plus de risques d'être agressés que leurs concitoyens musulmans».

D’où viennent ces statistiques ? Du BNVCA [5], un lobby de soutien inconditionnel aux gouvernements israéliens qui a la propension à assimiler toute critique de la politique sioniste à de l’antisémitisme et à criminaliser, sempiternellement, les actions de soutien au peuple palestinien et notamment les campagnes de BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) qu’il qualifie invariablement de « discrimination raciale » et d’« incitation à la haine et à la violence ».

A-t-on vérifié ces statistiques ? Aucunement.

Les données du Ministère de l’Intérieur ne laissent aucune place à de telles divagations [9] :

Les actions à caractère antisémite passent de 77 actions en 2016 à 97 actions en 2017, soit une augmentation de 20 actions. Parmi ces actions, les atteintes aux personnes sont passées de 42 en 2016 à 30 en 2017. Soit une baisse de 12 actions.
Les actions antimusulmanes augmentent : passage de 67 actions en 2016 à 72 actions en 2017 soit une augmentation de 5 actions
Les actions violentes racistes connaissent une hausse en 2017 (85 faits en 2017 contre 84 en 2016 soit une augmentation de 1 action.

Bref, ce n’est ni la Shoa, ni Mai 45, ni le commerce triangulaire et son lot de bois d’ébène. De plus, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’y a pas de quoi faire de jaloux : grosso modo, les uns et les autres sont logés à la même enseigne.

Quoi qu’il en soit, il y a eu mort d’hommes, de femmes et d’enfants : leurs familles ont le droit de savoir pourquoi et comment nous en sommes arrivés là.

La suite dans le prochain billet : https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/280418/les-shaf-courent-sous-la-casaque-sioniste-partie-2

Sources :
[1] SHAF, https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/170917/la-coalition-des-interets-particularistes-shaf-ou-l-aristocratie-du-moment
[2] Dominique Vidal, Antisionisme=Antisémitisme ? Réponse à Emmanuel Macron, Edition Libertalia, 2018.
[3] L’affaire Nathalie Portmanhttps://www.mediapart.fr/journal/international/200418/lactrice-natalie-portman-boycotte-le-nobel-israelien[4] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/020917/du-soi-disant-piege-grossier-deuxieme-partie

[5] https://www.bnvca.org/historique/

[6] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011017/comment-val-et-malka-ont-amene-au-casse-pipe-l-equipe-de-charlie-hebdo
[7] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/021017/comment-val-et-malka-ont-amene-au-casse-pipe-l-equipe-de-charlie-hebdo-episode-iii
[8] http://www.leparisien.fr/societe/manifeste-contre-le-nouvel-antisemitisme-21-04-2018-7676787.php
[9] https://www.interieur.gouv.fr/Le-ministre/Communiques/Bilan-2017-des-actes-racistes-antisemites-antimusulmans-et-antichretiens

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran