Sabrina Kassa
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

L'Hebdo du Club

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 2 févr. 2022

Hebdo du Club #116 : Ehpad, en finir avec les maltraitances

Des familles, une infirmière de nuit, une directrice d'établissement, des experts, une députée, une avocate… Depuis une semaine, le Club fourmille de témoignages et d’analyses sur le scandale des Ehpad. Il faut que ça change ! Pompes à fric indécentes, lieux de maltraitances de nos aînés vulnérables et d’exploitation brutale d’un personnel à bout de souffle, la question des Ephad mériterait d'être au cœur de la campagne !

Sabrina Kassa
Journaliste
Journaliste à Mediapart

S’il est vrai que jusqu’ici la campagne présidentielle n’accrochait sur rien, glissant d’un sujet l’autre, comme sur une Tefal, le scandale des Ephad, remis au devant de la scène grâce à la sortie du livre de Victor Castanet devrait être le sujet en or (gris) de ce début de campagne, tant il émeut et concerne du monde. Les témoignages affluent dans le Club, mais aussi auprès de la plateforme de lutte contre la maltraitance des personnes âgées.

Que faire de sa fin de vie, ou de celle de ses parents, de ses grands-parents... ? De près ou de loin, cette question bourdonne dans toutes les têtes, quand elle n’est pas un sujet central, et souvent épineux, dans la vie des familles. Ephad ou pas Ephad, privé ou public, à quel endroit, avec quel accompagnement, quel financement ? La question de l’argent n’étant pas des moindres quand le coût mensuel d’un placement en Ephad coûte au minimum 2500 euros (dans les institutions publiques associatives, il va s’en dire). Une dépense impossible à assumer pour moult familles… Les candidates et candidats prendront-ils le sujet à bras le corps ? Rien n’est moins sûr, hélas.

« Il faut que ça crache ! »

Les fossoyeurs, révélations sur le système qui maltraite nos aînés, l’enquête du journaliste indépendant Victor Castanet a été parfaitement résumée la semaine dernière par Yves Faucoup, un blogueur spécialisé dans la question sociale. « L’auteur montre non seulement comment sont traitées des personnes âgées dépendantes dans les établissements luxueux d’Orpea (et chers : 4 à 6000 euros mensuels, et même quelques chambres à 12 000 selon la journaliste Sophie Aurenche) mais aussi met en cause Xavier Bertrand, ancien ministre, qui aurait favorisé le groupe privé. Orpea possède 1100 Ehpad dont 220 en France (sur près de 7500). On le sait, le cours en bourse de cette société qui fait dans notre pays un chiffre d’affaire de près de 4 milliards, a chuté après la parution du livre. »

Scandale qui a connu un nouveau rebondissement ce mercredi 2 février, suite à la révélation du Canard enchaîné selon laquelle le DG du groupe Orpea limogé dimanche 31 janvier, Yves Le Masne, a vendu des milliers d'actions trois semaines après avoir été informé de la future parution des Fossoyeurs mettant en cause les pratiques du groupe. « Il faut que ça crache ! » disait-on chez Orpéa, en parlant des résidents et de leurs familles, et jusqu’au bout !

Chasser les chasseurs d’or de la silver-économie — au cours des six premiers mois de l'année, le groupe a dégagé un bénéfice net de 102 millions d'euros, contre 73 millions d'euros au premier semestre 2020 — ce serait la moindre des décences, mais plusieurs contributrices et contributeurs ont mis en évidence que c’était loin d’être suffisant.

Les autorités complices de la maltraitance

Des familles, parfois même constituées en collectifs, se mobilisent et signalent aux autorités ces maltraitances et ces souffrances, chez Orpea, mais pas seulement. La réponse ? Rien, ou presque. Les autorités sont sourdes, les contrôles opaques et les sanctions inexistantes. L’avocate Claudia Canini développe en 13 points dans ce billet intitulé « La maltraitance dans les Ephad : fatalité ou surdité profonde des autorités ? », une mobilisation exemplaire à ce titre.

5 ans de perdus pour le grand âge ! résume la députée Caroline Fiat, co-autrice avec Monique Iborra d’un rapport accablant sur la situation des Ephad privés, mais aussi associatifs et publics. « Déjà en 2018 donc, les députés savaient ! Ils étaient au fait de la maltraitance institutionnelle qui touche nos soignants et résidents. Ils savaient le manque cruel de personnel et de moyens qui conduit au rationnement de la nourriture, aux soins bâclés, etc. Mais ils n’ont rien fait. Depuis son annonce par Emmanuel Macron le 13 juin 2018, les promesses sont allées bon train au sujet d’une hypothétique loi Grand âge autonomie. Or nous savons désormais, depuis fin 2021 que celle-ci ne verra pas le jour sous ce mandat présidentiel. »

Mépris, indécence, foutage-de gueule… La députée est d’autant plus au fait de cette réalité qu’elle est elle-même aide-soignante et qu’elle a subi un mépris brutal de ses collègues – les députés en Marche l’aurait appelé « la Bac moins 2 » ! Aussi, les réactions outrées qui pleuvent de toutes parts depuis la sortie des Fossoyeurs, et « les annonces de circonstances » la laissent de marbre. Une « enquête » sur Orpea promet Véran, des « contrôles », de la « transparence » dixit Bourguignon, des « indicateurs » propose Pécresse … Non, d’après la députée de la FI, seul un « changement structurel » et des financements conséquents pourraient faire cesser ces ignominies.

La vie, la nuit dans un Ephad

Un scandale humain et financier ! « Oui, c'est connu comme le loup blanc, raconte Isalsa, une infirmière retraitée qui fut aide-soignante de nuit. Voici mon témoignage personnel : je vais tenter de parler d'une simple expérience, la mienne, sans évoquer celles d'autres collègues, dans d'autres structures... mais, ne perdez pas de vue que c'est vrai partout, quel que soit le groupe ! »

Isalsa souligne une caractéristique qui passe trop souvent sous les radars : ce sont les femmes qui se coltinent le sale boulot. « Dans les Ephad, peu d'hommes, le cuisinier, l'homme d'entretien et oh, surprise, un directeur, presque tout le temps... Des médecins aussi, qui passent dans la journée si besoin. En avoir un à demeure serait du luxe, il ne faut pas abuser non plus… »

Dans son récit, fort vivant, parfois douloureux — s'occuper de personnes atteintes d'Alzheimer réclame de donner énormément de sa personne — et toujours imagé, elle explique pourquoi elle a préféré démissionner plutôt que de prendre le risque de devenir maltraitante. « Les infirmières, puis les aides-soignantes ont jeté l'éponge depuis quelques années déjà, bien avant le Covid et la réalité actuelle des Ephad en France, est qu'ils peinent à recruter. C'est la panique à bord... Alors, leur solution bête et méchante est de recruter du personnel non qualifié… A vous de juger ! Dans l'idéal, il faudrait développer de petites structures mais ne soyons pas idéalistes, n'est-ce pas ? Battons-nous pour un début de commencement dans ce qui est déjà établi. »

À l'autre bout de la hiérarchie, le malaise est tout aussi palpable. « J’ai quitté mes fonctions, et il m’a été demandé de quitter mes fonctions parce que mes demandes, mes remarques, mes remontées dérangeaient, gênaient, et mettaient à mal mes directions. Des demandes totalement hors la loi m’ont été faites par mes directions successives : j’ai toujours résisté et quelques fois je l’ai payé au prix de ma place. » Belinda Infray, qui fut directrice d'Ephad pendant 15 ans, nous raconte ainsi son expérience et les injonctions monstrueuses venant des « sièges des grosses entreprises » qui rendaient son travail détestable. « C’est une honte. Afin de faire des économies le coût alimentaire jour dans le dernier EHPAD dans lequel j’ai exercé était fixé à 3,9 € par jour/par résident ».

Soignante, directrice d'Ephad, avocate des familles, députée, toutes les prises de parole convergent vers une revendication : il faut embaucher du personnel pour s'occuper dignement de nos aînés ! Et puis arrêter le hold-up sur les personnes âgées dépendantes - et leurs familles par ricochet : elles ne sont pas des objets inertes, ni de la matière première à rentabiliser.

Risibles autruches que nous sommes…

Aucun chiffre ne pourra rendre compte de la détresse des personnes vulnérables traités comme des rebuts en fin de vie, aucun chiffre ne peut mesurer la violence psychique infligée aux aidants et aux familles embarquées malgré-elles dans cette “gestion” inhumaine et glaçante de leurs aînés. Pour faire entendre ce déchirement intime, de belles plumes comme Sergent Petit Pois affrontent les malaises indicibles face à nos vieux et les peurs irrationnelles de vieillir — on donne des thunes et on se taille —, comme si tourner le dos à la mort avait le pouvoir de la faire disparaître...

***

Pour découvrir les autres temps forts du Club et les tribunes de la semaine, inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire du Club. Ça se passe ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine