Sabrina Kassa
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

L'Hebdo du Club

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 9 déc. 2021

Hebdo du Club #111 : notre jeunesse désemparée

Ils ont peur, se sentent trahis et déchirés en lambeaux, cette semaine le Club a accueilli plusieurs textes percutants de jeunes sur le meeting de la haine. Écoutons-les !

Sabrina Kassa
Journaliste
Journaliste à Mediapart

La jeunesse ça n’existe pas, il y a des jeunes nantis, des jeunes révoltés, des jeunes paumés, des jeunes des villes, des campagnes, des banlieues, des jeunes politisés, ou qui ont renoncé, des jeunes d’extrême droite, etc, etc… Celle qui se fait entendre dans le Club Mediapart, elle, est clairement de gauche (ce qui ne veut sûrement pas dire qu’elle ira voter !) et n'hésite pas à aller dans les manifs pour défendre une société ouverte, écolo et respectueuse des droits humains.

Cette jeunesse-là, aujourd'hui, elle est dans un drôle d’état. Désemparée, elle se réveille avec la gueule de bois, avant même d’avoir eu le temps de se griser. Monsoon Chicouard le dit avec des mots simples et percutants « La France ressemble donc à ça, à un déferlement de haine, à une démocratie qui n’en est plus vraiment une, où l’on empêche des journalistes de faire leur travail et où l’on tape sur des manifestants anti-racisme pour la seule et bonne raison que leur combat ne plaît​ ​pas aux partisans du candidat à la présidentielle ? J’ai 16 ans, et j’ai peur pour mon pays. J’ai peur de ce trumpisme français, j’ai peur pour mon avenir, et pour l’avenir de tellement de personnes autour de moi. »

Alors que les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme (lire à ce propos l'article d'Ellen Salvi) eux osent regarder la catastrophe en face. Et sentent bien que « demain est annulé »Dans Dimanche 5, un déchirement, Joseph Siraudeau écrit dans une langue qui reste poétique envers et contre tout :

« Conscient.e que ces phénomènes ne datent pas d’hier (je pense, entre autres, à ces groupuscules fascistes souvent en balade à Lyon), je ne pourrais pas dire : un cap a été franchi. Non, il n’y eut ni bifurcation, ni amplification. Il y eut simplement actionnement du détonateur. “Tic, tac fait, depuis cet après-midi, l'horloge du péril politique. »

Encore plus près du péril, une manifestante raconte dans « Cours vite et souffre en silence » sa journée à Villepinte, où elle s’est faite gazée par la police. Pour elle, nulle doute, « Les forces de l’ordre font bien plus que maintenir “l’ordre” dominant : ils nous haïssent, et ils défendent Zemmour et ses sbires. Ils sont détenteurs de la violence se voulant “légitime” et représentent l’État, mais peu leur importe. C’est ça, “Lafrance”, aujourd’hui ? C’est ce pays, moi jeune fille dans la vingtaine, où je suis sensée vivre et grandir ? »

Nicolas Renaud, un étudiant qui tient un blog dans le Club depuis quelques mois, rappelle la responsabilité des médias (de certains médias !) dans le succès de ce candidat condamné pour provocation à la discrimination raciale et à la haine envers les musulmans. Pourquoi certains jeunes sont emballés au point de faire campagne pour lui ? « Dans le documentaire Les nouveaux réacs de Martin Weil leur soutien s’explique par le fait qu’Éric Zemmour a été une figure structurante et culte de leur enfance, de par certaines de ses interventions ; ayant grandi avec ce personnage à l’écran comme modèle, il en résulte un engagement aujourd’hui auprès de sa candidature. »

Il fut une époque (la mienne) où l’on grandissait paisiblement avec la figure de Coluche, aujourd’hui, on biberonne les jeunes avec des "intellectuels" cathodiques qui prônent la guerre civile, rien d’étonnant qu’ils sentent le sol se dérober sous leurs pieds…

*****

Sur la zemmourisation de l'espace public, d'autres billets publiés cette semaine ont suscité l'intérêt de nombreux lecteurs. Les voilà (pour ceux qui n'ont pas eu le temps ou ne les ont pas vu passer) :

« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression » de Geoffroy de Lagasnerie

Zemmour, Le Pen et l’antifascisme de Ugo Palheta

Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort de Guillaume Goutte

*****

Pour découvrir les autres temps forts du Club et les tribunes de la semaine, inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire du Club. Ça se passe ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement