Consultation sur la charte de participation : vos dernières suggestions

Bilan de vos idées et remarques sur la charte de participation, avant sa ré-écriture.

Dans le cadre de la refonte de la charte de participation, nous vous avons consulté sur plusieurs thématiques : le hors sujet, l’inclusion, les trolls et la gestion des débats.
Vos propositions sur le hors sujet et l’inclusion sont compilées ici : bilan d'étape.

Voici celles sur comment juguler les trolls et comment débattre sans battre.

Juguler les trolls

Le conseil qui revient le plus est celui d’ignorer les trolls mais c’est plus facile à dire qu’à faire… aussi plusieurs abonnés suggèrent la mise en place d’un rappel.

« Poster un rappel à ignorer les trolls. »

« Quand un troll poste un commentaire, des dizaines de commentaires viennent ensuite marquer leur désapprobation. Rappeler que quelques réactions ( 3) suffisent et qu’au delà il vaut mieux recommander les commentaires existants. »

Viennent ensuite des remarques concernant le système des “recommandés” :

« Je souhaite que la "recommandation " sur un commentaire porte sur la "pertinence " qu' on lui apporte ,que l'on soit "pour" ou que l'on soit "contre" l'opinion exprimée"
Dès lors  l'item "recommandé " serait remplacé par "pertinent pour le débat sur l'article ". »

« Pour supprimer les trolls, supprimont les recommandés. Je trouve cette culture du like contre productive pour construire des forums de qualité. »

« Les lecteurs mettent des "+" ou "-" et ont a le choix d'afficher ou non les contributions ayant un ratio trop négatif. Il est même possible d'améliorer le système en offrant l'option de cacher tout le système notes/censure pour les réfractaires. »

« Un système de réputation aussi (comme sur wikipédia par exemple). » 

Une solution technique de blocaque conjoint :

« Sans rien changer à la fonction alerter pour un commentaire qui semble inadéquat, et qui s'en remet au jugement d'une modération a postériori, il pourrait être concevable qu'un utilisateur puisse en bloquer un autre à condition:
- De se bloquer lui même autant que l'auteur du commentaire qu'il fait provisoirement dépublier et que ni l'un ni l'autre ne puissent ajouter de commentaire dans le fil tant qu'ils n'ont pas été départagés par la modération. Dans la nature, cela correspond à sortir d'un bar pour se bagarrer et s'en remettre au jugement de Dieu. (Sur Mdp, nul ne doute que Dieu ne soit une femme, et chacun sait qu'il est moustachu, ce qui est la preuve ontologique de l'inexistence de Dieu sur ce site, mais on peut s'en remettre à l'équipe de modération représentant les pouvoirs de police du responsable de publication.)
- De s'exposer à une sanction supérieure en cas de démarche non justifiée, voire abusive
- D'inviter l'auteur du commentaire incriminé à le dépublier et débloquer la situation.»

Le pliage a été abordé, même si par le passé ce n’est pas une formule qui a convaincu :

« Pliage par la modération des commentaires "limite" (c.a.d. qui ne contreviennent pas à la charte tout en gênant le débat comme le "flood", le "hors-sujet" etc)  ayant fait l'objet d'une alerte avec les vingt premiers caractères restant lisibles. Dans ce cas il faudrait ajouter un menu incluant ces cas d'incivilités hors-charte lors de l'activation du bouton d'alerte qui impose normalement d'indiquer le point de la charte qui a été enfreint. »

« Il s'agirait simplement de laisser à l'auteur du billet le loisir de replier certains commentaires : En tête du fil de commentaires et à l'usage du lecteur, un bouton « Tout déplier » lui présenterait le fil tel qu'il est actuellement. Sur chaque commentaire, à l'usage de l'auteur et du lecteur, un bouton « replier/déplier » pour laisser au premier le droit de cacher et au second le choix de découvrir. »

La création d’une rubrique pour “les pages de pub”. A noter la rubrique agenda est accessible ici.

« Je propose de supprimer ce que j'appelle "les pages de pub" ,souvent d'origine politique ,qui déboulent ,sans lien avec l'article ,pour rappeler  un slogan ,annoncer une réunion ,une manifestation Pourrait étre créée une rubrique " Réunions ,manifestations etc " à venir avec un rubriquage. »

Un abonné suggère que les commentateurs agissant comme des trolls justifient de l'honnêteté de leur démarche :

« Les trolls perturbent systématiquement la communication en vue de désinformer les lecteurs, aisément identifiés, ils doivent montrer en quoi et comment ils justifient leur comportement à la demande du régulateur qui doit évaluer l’empêchement au bon déroulement des échanges et des joutes induit par leur activité nocive. »

Une idée plus légère :)

« Piège à trolls type carpiste: Appâter avec un article de matières appétissantes comme des gens du voyage, des musulmans, du Mélenchon, etc... Dès qu'ils mordent, actionner un robot "c'est celui qui le dit qui l'est", pour leur répondre systématiquement jusqu'à ce que, ayant perdu le sommeil et l'appétit, ils s'épuisent enivrés comme des limaces dans un piège à bière. »

Debattre sans se battre

A différencier du billet sur les trolls, nous parlons ici des conversations qui s’échauffent sans volonté affichée de nuire au débat.

Aussi les suggestions sont plutôt de l’ordre pédagogique.

« Encourager l'inter compréhension peut être une idée! Implémenter des mécanismes poussant à ça serait une piste, on peut imaginer des choses comme des "réactions" facilement disponible, du style: "Je ne suis pas sûr d'avoir compris". »

« Encourager les gens à reformuler ce qu'ils pensent avoir compris du propos des autres est aussi un moyen de réduire la violence (avec par exemple un bandeau le précisant). »

« Des cartons rouges ou jaunes affichés en tête ou fin des commentaires incriminés, visibles par tous, aideraient chacun à se situer. »

« Un accueil par les commentateur des nouveaux, peut être un parrainage pour ceux qui le souhaite. »

« Chaque commentaire devrait porter un titre, dire à l’attention de qui, préciser si son contenu vise à enrichir le débat sur le sujet proposé, ou pas. »

« Les bagarres d’égos doivent systématiquement conduire à la censure après rappel du sujet traité. »

« Une bannière invitant á s'en tenir au sujet de l'article. »

« Une bannière incitant á la courtoisie et rappelant qu'il s'agit d'un espace modéré dans tous les sens du terme. »

Délocaliser les débats dans un espace consacré :

« Un bouton menant les agités vers l'espace "ring de boxe", on peut aussi concevoir un bouton menant vers un espace "au coin de la cheminée" pour ceux qui veulent socialiser et un autre conduisant à l'"alcôve" pour affinités romantiques. »

« Serait-il possible de créer une sorte de boite à idées où l'on pourrait déposer des suggestions de sujets à aborder, à débattre où chacun pourrait apporter sa pierre ! » 

Incarner les réactions de la Modération avec un personnage récurrent :

« Le procédé serait d'incarner la modération dans la création d'un personnage qui interviendrait sous la forme d'une banque de GIF d'expressions associées à un "code erreur". Je verrais bien une dame d'un certain âge (ou un team de) en webcam, au clavier devant son écran, selon l'archétype confiné qui impose consensus et inclusivité. Elles sont parmi nous, et publient abondamment, mais sur internet, on ne voit pas les cheveux qui font drapeau blanc. Ce serait la mamie de Mediapart, celle qui nous lit, qui sourcille, se bouche le nez, applaudit, s'ennuie ostensiblement, menace de l'index, fait "pouce" ou le casse de Brice. Elle pourrait aussi afficher un message court, tel  "erreur 27 attaque ad hominem", ou juste "peace", "pas gentil", "relou" ou "oups"en merdouillant avec sa connectique. »

Changer de comportement :

« Mettre en pratique les principes de la communication non violente. »

« Poster un exemple de communication non violente. »

« Un stage de modération offert aux multi-récidivistes. Avec bonus/malus en fin de stage. »

« Mais la solution, pour simple qu'elle soit, relève de chacun d'entre nous : se mettre à la place de celui/celle à qui on envoie le message et s'interroger : le propos que je tiens est-il seulement respectueux de l'être humain que je suis et que l'autre est ? Et si la réponse est "Non", en quoi suis-je légitime à contester son droit d'exister ? »

 Merci à toutes et à tous pour vos remarques interessantes et enrichissantes, elles vont toutes être discutées dans le cadre de la ré-écriture de la Charte de participation.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.