Mediapart en accès libre ce week-end

Mediapart, qui n’a d’autre ressource que les abonnements de ses lecteurs, sera en accès libre samedi 11 et dimanche 12 avril. Organisées une fois l’an, ces portes ouvertes virtuelles permettent à tous de découvrir notre journal. Cette année, elles marquent un mois d’une crise inouïe qui, plus que jamais, appelle une information indépendante.

Il y aura un mois ce week-end que, le jeudi 12 mars 2020, Emmanuel Macron annonçait la fermeture de tous les établissements d’enseignement face à l’épidémie du Covid-19 tout en maintenant le premier tour des élections municipales. Un petit mois, et déjà une éternité.

Depuis, que nous soyons confinés à domicile ou contraints de nous déplacer pour travailler, nous assistons, impuissants et isolés, aux décisions incertaines, voire irresponsables (lire ici, et ), ainsi qu’aux injonctions contradictoires d’un pouvoir qui n’a su ni prévenir ni anticiper, Quant aux personnels hospitaliers, malgré le manque de moyens, de lits, de masques, de blouses, de tests, de respirateurs, de médicaments, etc., ils font face avec un courage et un dévouement qui forcent le respect (retrouvez ici nos principaux articles sur le Covid-19).

À la colère contre l’impéritie des gouvernants se mêle la sidération devant l’événement tant ce que nous vivons, sous toutes latitudes (voir ici les reportages de nos correspondants à l’étranger), est sans précédent. Notre monde apparemment global et prétendument multilatéral, tout de connexion et de circulation, d’échanges et de déplacements, est soudainement tombé à l’arrêt, frontières fermées, avions au sol, populations immobilisées, nations repliées sur elles-mêmes… Comme s’il avait disjoncté sous l’effet d’un court-circuit général provoqué par l’apparition de ce nouveau coronavirus.

Dans nos échanges désormais virtuels, nous ne cessons de questionner cette énigme tissée d’inattendu et d’imprévisible qui a brusquement dévoilé l’immense fragilité de nos civilisations fondées sur la puissance, la force et le pouvoir – qui plus est personnel en France, présidentialisme oblige – sans compter leur prétention à dominer la nature. Les gouvernements naviguent à vue quand les scientifiques eux-mêmes tâtonnent, doutent et s’interrogent (lire notamment ici, et ). Dans nos solitudes connectées, nous nous prenons à rêver au monde d’après (voir ici notre série d'articles), à l’imaginer et le revendiquer face à de persistantes régressions sociales (lire également ici, et ), tout en assistant aux mises en cause redoublées de nos libertés, l’État d’exception ayant désormais un nouvel alibi, sanitaire, pour s’imposer à l’État de droit (lire, par exemple, ici, et

De cet inconnu, nous ne connaissons pas l’issue. Tout au plus avons-nous appris qu’elle dépendra surtout de nos vigilances, de nos solidarités, de nos engagements – nos communs en somme. Si nous acceptons d’être dépossédés ou congédiés, nous ne pourrons nous étonner d’assister à l’avènement du pire, c’est-à-dire à la perpétuation et à l’aggravation de ce qui nous a, collectivement, égarés et aveuglés. Aussi l’information est-elle la première force sur laquelle nous devons compter. Une information de qualité, au service du public, soucieuse de l’intérêt général.

Pas de mobilisation sans confiance et pas de confiance sans vérité : pour combattre l’épidémie, en tirer les leçons, inventer l’après, nous avons d’abord besoin de comprendre. Le savoir nous protège quand le secret nous désarme. C’est la raison d’être de cette presse libre que Mediapart entend défendre et représenter.

Sans actionnaire, sans publicité, sans subvention, notre journal ne vit que du soutien de ses abonné·e·s. C’est ce qui garantit radicalement l’indépendance de son travail : comme nous aimons dire, seuls nos lecteurs peuvent nous acheter ! Mediapart n’est pas pour autant enfermé derrière un mur payant : nos abonnés peuvent offrir autant d’articles qu’ils souhaitent et parrainer gratuitement leurs amis pour qu’ils puissent nous lire ; toutes les contributions de notre Club participatif sont en accès libre de même que les titres et résumés de nos articles.

Depuis sa création il y a un mois, notre fil d’actualité sur la crise sanitaire est en accès libre, tout comme l’est notre émission spéciale « À l’air libre », rendez-vous quotidien d’information, de témoignage, de réflexion, sur ce que l’épidémie dit de l’état du monde et sur ce qu’elle fait de nous, de nos vies et de nos morts. La lecture du Club de Mediapart est, comme toujours, accessible à tous, espace de libre expression, témoignage et contribution de nos abonné·e·s d’une extrême richesse, diversité et pluralité, accentuant la dimension participative qui distingue notre journal (lire ici et )

Partagés largement sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, YouTube), tous nos autres contenus sont accessibles sur abonnement : nos enquêtes, nos reportages, nos analyses, nos interviews, ainsi que notre Studio où Mediapart propose des documentaires, des reportages photos, des podcasts ou des entretiens filmés (lire sa présentation ici). Une fois l’an, à l’occasion de notre Festival annuel en mars (évidemment reporté cette année), nous proposons des portes ouvertes numériques afin d’inviter toutes celles et tous ceux qui ont entendu parler de notre journal par ouï-dire, sans nous lire ou nous connaître, à juger par eux-mêmes.

Cette année, Mediapart en accès libre ce sera donc ce week-end, samedi 11 et dimanche 12 avril, durant quarante-huit heures, sur tous supports (ordinateur fixe, tablette, mobile) et sur tous formats (site et application).

Mediapart en accès libre les 11-12 avril 2020 Mediapart en accès libre les 11-12 avril 2020

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.