J-C Maleval.

Professeur émérite en psychologie clinique. Université Rennes 2. Psychanalyste. Membre de l'Association mondiale de psychanalyse.

Rennes. - France.

Son blog
11 abonnés Le blog de J-C Maleval.
Voir tous
  • S'appuyer sur les passions des autistes.

    Par
    images-6-2
    Le traitement du mal-être de l’autiste par le bord, prôné par un courant de la psychanalyse lacanienne, cela peut se dire simplement : c’est s’appuyer sur ses passions. A savoir principalement ses objets autistiques, ses doubles et ses intérêts spécifiques. Il s’agit de la thérapie spontanément utilisée par le sujet autiste à des degrés divers quand on ne l’entrave pas dans ses efforts.
  • De la liberté d'expression en matière d'autisme.

    Par
    silence-1
    Réponse aux raisons invoquées par le « Collectif pour la libre expression des autistes » afin de très justement refuser l’adhésion d’un psychanalyste imbu de son savoir, très vénal, écrivant des inepties, paternaliste, pontifiant, et culpabilisant les parents. Revendiquer la liberté d’expression se justifie mieux quand on l’accorde à ses détracteurs.
  • Ecoutez les autistes, par J-C Maleval.

    Par
    unknown-6
    Ce n’est pas aux études randomisées permettant une évaluation scientifique impeccable auxquelles il convient de demander en premier lieu comment y faire pour comprendre et prendre en charge les autistes ; ce sont les sujets concernés qui ont le plus à nous apprendre. Ils possèdent un savoir précieux sur eux-mêmes.
  • Naissance d'un "Collectif pour la liberté d'expression des autistes".

    Par
    images-5-10
    « Ecoutez les autistes », demandai-je en 2012, de sorte que la fondation récente d’un « Collectif pour la liberté d’expression des autistes » suscite espoir et satisfaction. Il prône la neurodiversité et l’inclusion. Faire entendre la parole des autistes promet des effets subversifs sur le discours formaté dominant.
  • Nocivité de l'ABA pour les autistes, par J-C Maleval et M. Grollier.

    Par
    fillette-1
    Dans un article de 2018, publié dans Advances in Autism, H. Kupferstein met en évidence que 46% des autistes ayant été exposés dans leur enfance à la méthode ABA présentent à l’âge adulte un syndrome de stress post-traumatique, et qu'il existe une corrélation statistique entre la gravité des symptômes et la durée d'exposition à l'ABA.