24 Février 68: Plate-forme commune FGDS- PCF

N°13 de la série "1968 au jour" qui offrira plus de 68 articles sur l'année... La plate-forme commune FGDS-PCF du 24 février 68 n’est pas encore le Programme Commun, mais marque un pas de plus dans la longue marche du PCF vers les institutions bourgeoises. Prochain article de la série: 26 Février 68: NDDL, déjà, au Japon.

24 Février 2018

Après l’échec de la tentative de Gaston Defferre, François Mitterrand pense déjà son heure arrivée. Le PCF accepte de soutenir le politicien bourgeois, et permet ainsi de mettre de Gaulle en ballottage. Au deuxième tour, Mitterrand fait 45%.

Pendant la campagne électorale nait la Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste (FGDS) qui rassemble la Convention des Institutions Républicaines (CIR) de Mitterrand, la vieille SFIO de Guy Mollet et les radicaux de gauche.

Le résultat électoral met la FGDS en position de force face au PCF. La première rencontre a lieu le 13 décembre 1966. Trois autres rencontres concluent sur l’accord du 21 décembre en vue des élections de mars 1967. Le 5 mars, la participation dépasse 80%. la FGDS s’approche de 19% et le PCF dépasse les 22%. Un accord de désistement est signé pour le deuxième tour. Les communistes acceptent même dans treize cas de laisser la place aux candidats de la FGDS arrivés derrière eux mais mieux placés pour l’emporter. De Gaulle ne conserve la majorité - d’une voix-  que grâce à la fraude habituelle dans l’Outre-Mer et aux giscardiens. On trouvera plus de détails sur la situation politique et sociale dans cet article: 26 Janvier 68: Caen prend les devants.

Le 24 février 1968 est publiée une « plate-forme minimum d’action commune » que François Mitterrand et Waldeck Rochet présentent ensemble. On peut écouter ici la présentation du texte par Mitterrand et Waldeck-Rochet, puis le commentaire de Michel Debré sur Actualités Inter (aller à 8 mn). Les communistes acceptent les institutions de la Vème République.

Le 24, déclaration commune FGDS - PCF sur une plate –forme commune.

Voici les arguments contre cette plate-forme des militants syndicalistes et révolutionnaires, essentiellement CGT, regroupés dans le bulletin « Le Militant »: 

capture-d-ecran-2018-02-20-a-12-54-04

On trouvera ici une critique plus détaillée de cet accord. 

Articles déjà parus dans la série "Mai 68 au jour":

  1. 5 Janvier 68: Dubcek accède au pouvoir en Tchécoslovaquie
  2. "Eh bien non, nous n'allons pas enterrer Mai 68", par A. Krivine et A. Cyroulnik
  3. 26 Janvier 68: Caen prend les devants
  4. 27 janvier 68: les lycéens font collection de képis de policiers
  5. 29 Janvier 68: Fidel écarte les dirigeants pro-soviétiques
  6. 31 janvier 68: Vietnam, l’offensive d’un peuple héroïque
  7. Mai 2018 : sous les pavés la rage, par Jacques Chastaing
  8. Mai 68 vu des Suds
  9. 6 Février 68: grand Charles et grand cirque à Grenoble
  10. 14 février 68: combat pour le cinéma
  11. 17-18 Février 68: La jeunesse européenne avec le Vietnam
  12. Mai 68 n’a pas commencé en mai, ni en mars, ni au Quartier Latin, ni à Nanterre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.