Autisme : les traits moteurs demeurent insaisissables, selon une vaste étude

Les problèmes moteurs chez les bébés autistes sont les mêmes que ceux des bébés présentant d’autres conditions de développement, selon des recherches basées sur des centaines d’enfants. Les résultats ont anéanti l’espoir de trouver un signal dans les retards moteurs qui pourraient aider au diagnostic de l’autisme.

spectrumnews.org Traduction de "Motor traits that mark autism remain elusive, large study finds"

Les traits moteurs qui marquent l'autisme demeurent insaisissables, selon une vaste étude
par Hannah Furfaro / 18 mars 2019

Halloween Time 5 © Luna TMG Halloween Time 5 © Luna TMG
Les problèmes moteurs des nourrissons autistes sont comparables à ceux des nourrissons atteints d'autres troubles du développement, selon des recherches portant sur des centaines d'enfants 1.

Ces résultats anéantissent les espoirs des scientifiques qui espéraient trouver des signes de retard associés à l'autisme qui les aideraient à diagnostiquer l'affection de façon précoce.

Les problèmes moteurs ne sont pas un trait essentiel de l'autisme, mais les enfants atteints de ce trouble ont souvent des retards dans l'acquisition d'habiletés comme la manipulation de jouets ou le fait de sauter sur un pied. Cependant, une évaluation des capacités cognitives et motrices couramment utilisée, les Échelles d'apprentissage précoce de Mullen [Mullen Scales of Early Learning], n'a pas permis d'identifier les problèmes spécifiques à l'autisme.

"Nous n'avons trouvé absolument rien d'unique au groupe [de l'autisme] ", déclare la chercheuse principale Jana Iverson, professeure de psychologie à l'Université de Pittsburgh, en Pennsylvanie. C'était décevant, dit-elle. "Nous pensions : si quelqu'un a la possibilité de trouver cette différence, c'est nous, car nous avons un échantillon très large."

L'étude a analysé les habiletés motrices des jeunes frères et sœurs d'enfants autistes, appelés " bébés-sœurs ", qui sont à risque élevé de développer l'autisme. Selon les chercheurs, un retard dans les habiletés motrices peut être un signal d'alarme pour l'autisme chez les bébés de 6 mois à peine. Mais plusieurs des questions de type oui/non de Mullen ne pouvaient pas expliquer les différences subtiles dans les capacités motrices.

" Le fait qu'il ne fasse pas un excellent travail de distinction entre les groupes n'est pas surprenant ", déclare Anjana Bhat, professeur agrégé de physiothérapie à l'Université du Delaware à Newark, qui n'a pas participé à l'étude.

Des points de détail

Les chercheurs ont inscrit 625 nourrissons provenant de huit sites au sein du Consortium de recherche sur les bébés frères et sœurs , un réseau d'équipes de recherche aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Israël. Les participants comprennent 188 témoins et 437 bébés.

Les cliniciens ont évalué les habiletés motrices et langagières des enfants à l'âge de 6 mois. Ils les ont évalués pour l'autisme à l'âge de 36 mois en utilisant le tableau d'observation diagnostique de l'autisme (ADOS).

Dans le groupe à risque élevé, 69 enfants sont autistes, 51 ont obtenu des scores ADOS élevés qui sont inférieurs au seuil de l'autisme et 317 se développent de façon typique. Les enfants qui ont des scores ADOS élevés, mais qui ne sont pas autistes, peuvent présenter d'autres troubles du développement, selon les chercheurs.

Dans l'ensemble, le groupe à risque élevé ne présente aucune différence par rapport au groupe témoin en ce qui concerne les capacités motrices globales, comme le mouvement des bras et des jambes. Les enfants autistes et ceux qui ont un score ADOS élevé, mais qui ne sont pas autistes, ont une motricité fine plus faible - par exemple, pour atteindre et saisir un bloc - que les témoins.

Mais même dans ce cas, les enfants autistes et ceux qui ont d'autres problèmes de développement ne présentent aucune différence. Les résultats ont été publiés en janvier dans le "Journal of Abnormal Psychology".

Des signes subtils

En combinant les scores de motricité fine et de motricité globale - ou en les jumelant à un test portant sur d'autres traits liés à l'autisme, comme la sensibilité sensorielle - on peut mieux distinguer les nourrissons autistes de ceux qui ont d'autres problèmes de développement, explique M. Bhat.

Les nourrissons autistes présentent effectivement certaines différences par rapport aux nourrissons typiques à risque élevé en ce qui a trait à des habiletés motrices particulières. Par exemple, les nourrissons autistes sont moins susceptibles de pouvoir tenir leur tête droite. Cependant, aucune question ne permet de distinguer les nourrissons autistes de ceux qui ont un score ADOS élevé.

Les résultats offrent des indices de comportements spécifiques qui, selon certains, justifient des recherches plus poussées.

" [Elle] fournit une feuille de route pour une analyse plus détaillée du comportement moteur chez les nourrissons et les jeunes enfants à risque d'autisme ", déclare Stewart Mostofsky, directeur du Centre de recherche sur le développement neurologique et l'imagerie à l'Institut Kennedy Krieger de Baltimore, dans le Maryland. Mostofsky n'a pas participé à la recherche.

Iverson et ses collègues ont l'intention de faire une partie de cette analyse. Par exemple, l'équipe étudie la relation entre le développement du langage et les habiletés motrices en enregistrant sur vidéo les bébés à la maison.

Références:

  1. Iverson J.M. et al. J. Abnorm. Psychol. 128, 69-80 (2019) PubMed

Sur le même sujet :

 © Phan Tom - Comprendrelautisme © Phan Tom - Comprendrelautisme

Voir La recherche scientifique sur l’autisme : 10 avancées majeures en 2019   Article 8

 Traduction de Notable papers in autism research in 2019, Spectrum News, décembre 2019 sur le site Comprendre l'autisme de Phan Tom

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.