Laënnec Hurbon

Sociologue, Directeur de recherche au CNRS ( Paris) et professeur à la faculté des sciences humaines de l’UEH

Sa biographie
Sociologue, Directeur de recherche au CNRS ( Paris) et professeur à la faculté des sciences humaines de l’UEH ; dernier ouvrage paru : Esclavage, religions et politique, éditions de l’Université d’Etat d’Haïti 2019.
Son blog
12 abonnés Le blog de Laënnec Hurbon
  • 6 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 3 contacts
Voir tous
  • Après l’assassinat du bâtonnier d’Haïti, l’Etat d’exception

    Par
    Un mois après l‘assassinat de Maitre Monferrier Dorval, le bâtonnier d’Haïti, un policier du corps de l’USGPN a exécuté d’une balle dans le dos un jeune étudiant de 29 ans. On a l’impression qu’un feu vert a été donné pour de telles exécutions. C’est là un énoncé de l’abandon du droit dans le gouvernement du pays. Nous sommes désormais dans une situation où le droit n’est plus à l’ordre du jour.
  • Haïti encore à la croisée des chemins

    Par
    Le dictateur est quelqu’un qui est en « perte de monde », c’est-à-dire hors de tout réel, et donc qui peut être pris par une passion destructrice. Les manifestations de ses victimes ne peuvent le réveiller ; il croit que son pouvoir est éternel. Y aurait-il donc identité de vue entre Jean-Claude Duvalier et Jovenel Moise ? Les apparences sont inquiétantes. Examinons-les.
  • Elections sous le contrôle de gangs armés: enjeux pour Haïti et dilemme pour la communauté internationale

    Par
    La crise politique actuelle en Haïti est marquée par deux problèmes majeurs : d’un côté, la prolifération des gangs armés se donnant en spectacle dans les rues sous l’œil protecteur de la police nationale, et de l’autre l’incontournable procès – mais empêché pour le moment – de la dilapidation du très connu fonds Petrocaribe.
  • Pratiques coloniales et banditisme légal en Haïti

    Par
    Les pratiques coloniales sont un véritable « habitus » de « la communauté internationale » en Haïti depuis au moins l’année de l’occupation américaine en 1915. Evanescence de l’Etat ? Ou sa transformation en Etat de bandits, au point qu’aucun Haïtien ne se reconnait vivre en sécurité ni chez lui, ni dans les rues, ni sur les routes. Rien de tout cela ne concerne le Président haïtien ?
  • Le pouvoir politique et la pandémie en Haïti

    Par
    La gestion en Haïti de la pandémie du Covid-19 est marquée par des cafouillages, des contradictions, des incohérences. Or l’inquiétude grandit quand on observe comment le président Jovenel Moise gouverne par décret et enroule autour du Covid-19 ses propres intérêts politiques personnels. Ce sont ces pratiques qu’il convient d’interroger.