Inégalités femme-homme en temps de pandémie: témoignez!

Un an après le premier confinement et à l’occasion de la journée de lutte pour les droits des femmes, le Club lance un appel à contributions sur le recul des acquis et des droits des femmes en temps de pandémie. Charge mentale, cumul du télétravail et du travail domestique, inégalités de genre renforcées, métiers majoritairement féminins du soin non valorisés… Racontez-nous.

La pandémie, et son lot d’assignations à domicile – confinement, couvre-feu, chômage partiel, télétravail généralisé –, a pesé sur les équilibres déjà précaires des familles et renforcé les inégalités de genre dans les sphères privée et publique.

Travail domestique invisible, garde d’enfants, école à la maison cumulée avec le télétravail, métiers du soin (majoritairement féminins) en première ligne… Un an après le premier confinement et à l’occasion du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous lançons un appel à contributions sur le recul des acquis et des droits des femmes en temps de pandémie. Les bouleversements liés au Covid ont-ils creusé ces inégalités pour vous ?

Dans le Club de Mediapart, nous avons lu beaucoup d’analyses et de textes collectifs (voir cette une du Club) mais peu de témoignages personnels et intimes. Témoigner individuellement contribue à la prise de conscience collective et peut faire bouger les lignes. À vos claviers !

– Au sein du foyer 

• Charge mentale et travail domestique : corvées du quotidien, gestion des enfants et/ou des aînés, aide scolaire : le confinement et les restrictions sanitaires ont-ils accru significativement votre charge mentale en tant que femme, fille et mère, et amplifié un déséquilibre dans la répartition des tâches ? / À l’inverse, vous êtes un homme et la pandémie vous a amené à vous occuper davantage du foyer et/ou des enfants, ou bien celle-ci vous a fait prendre conscience de l’inégalité et de l’importance du travail domestique invisible ? Votre témoignage nous intéresse aussi.

• Violences intrafamiliales : la pandémie a-t-elle aggravé des mécanismes de domination, intensifié des violences psychologiques ou physiques préexistantes dans votre foyer ? Avez-vous été mise en danger ainsi que vos enfants ? 

– Travail 

• Précarisation : les pertes de revenu liées à la pandémie ont-elles affecté vos conditions de vie et de famille en votre défaveur (gestion des enfants après une perte d’emploi, burn out lié au cumul du télétravail et du travail domestique) ? Votre indépendance a-t-elle été menacée ?

• Vous exercez un métier du « care » (les métiers non valorisés du « prendre soin » : aide à domicile, aide-soignante, infirmière…) et avez été en première ligne tout au long de la pandémie : racontez-nous votre année [lire le témoignage d’Alexandra Caratini, aide à domicile].

Il sera possible de témoigner anonymement si vous le souhaitezSi vous êtes intéressé·e, 

• écrivez-nous à l’adresse leclub[at]mediapart.fr
• témoignez dans les commentaires ou écrivez directement un billet de blog dans le Club 

* * * * *

appelrec2

À lire dans Mediapart et le Club sur le sujet : 

« Précarité décuplée, surcharge mentale... les mères isolées confinées crient leur détresse », par Nejma Brahim ;
« Contre le coronavirus, les premières lignes sont des femmes », par Cécile Andrezjewski ;
« Que vaut le travail d’une femme ou celui d’une sage-femme ? », par Claudine Schalck ;
« Et si les femmes s’arrêtaient ? », par Fanny Gallot, historienne ;
La pandémie par le prisme des femmes, par Ugict-CGT ;

« Femmes et féminisme face au Covid-19 », par Attac.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.