Lydia Tabary

Artiste plasticienne et écrivain en herbe

Malarce sur la Thines 07140 - France

Sa biographie
J'ai vécu jusqu'à 25 ans à Paris. Puis pendant 19 ans dans le Nord-Pas-de-Calais, puis 2 ans dans la Drôme et depuis 1996 en Ardèche. Ethnologue, muséographe, chargée de missions d'action culturelle, artiste plasticienne... telle fut, pour l'essentiel, ma trajectoire professionnelle. Issue d'une mère réfugiée de la guerre d'Espagne et d'un père parisien, tous deux ouvriers, j'ai gardé de très fortes attaches à ce monde, en dépit de mes études universitaires. Toujours à gauche politiquement, et donc en désaccord avec le gouvernement actuel (2016), je cherche à construire une autre manière de vivre la république comme la démocratie. Investie dans diverses luttes tant écologiques que sociales, en France comme à l'étranger, je crois beaucoup en l'action sur le terrain, et notamment au monde associatif. Je vis en Ardèche, dans un petit hameau perdu dans les montagnes. J'ai vécu divers drames familiaux lourds, et seule l'affection, l'empathie et la solidarité m'ont aidée à revivre. Proche de la nature, vivant avec des animaux (chiens, chat, poissons, sans compter les "sauvages"), j'écris de plus en plus... Mon site (en tant que plasticienne) : http://www.lydiatabary.com/Site/LYDIA_TABARY.html
Son blog
3 abonnés Le blog de Lydia Tabary
Voir tous
  • Les gauches et les milieux populaires

    Par
    Sur le débat entre Elsa Faucillon et Eric Coquerel: le PC et la FI ne parviennent pas à penser le renversement de la société actuelle sans s’imposer comme leaders, individuellement ou ensemble. Mais aucun d’eux ne dit que le mouvement social actuel (celui des Gilets Jaunes), qui est bien celui des classes populaires, les a dépassés et qu’il serait temps de lui emboîter le pas.