Mohamed Hnid

Maître de conférences INALCO, Sorbonne Paris Cité

Paris - France

Son blog
2 abonnés Le blog de Mohamed Hnid
  • 6 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 0 contact
Voir tous
  • À la Mecque, un pèlerinage sans le Qatar

    Par
    Les musulmans du monde entier célèbrent les derniers jours du cinquième pilier de l’Islam, le Hajj ou bien « la saison du Hajj ». Cet événement n’a pas échappé, malgré son caractère spirituel, son aspect pacifique et son statut unificateur, à la crise politique qui secoue la région du Golfe depuis plus de deux ans.
  • « L’affaire Khachokji », plus qu’un crime

    Par
    L’assassinat barbare du journaliste saoudien, Jamal Khachokji est devenu aujourd’hui le signe d’un monde arabe qui va très mal. Il est la preuve d’une pratique politique maladive imprégnée d’une brutalité extrême qui cible premièrement et avant tout, les intellectuels et les opposants. L’affaire khachokji n’est pas un simple crime, mais tout un symbole.
  • Le Qatar, un an après le blocus.

    Par
    Le blocus du Qatar n’est plus une affaire locale ou même régionale mais il est en train de devenir très vite un vecteur majeur d’instabilité internationale. Les facteurs du désordre se multiplient et se propagent vers d’autres foyers au Moyen-Orient comme en témoigne la situation actuelle en Jordanie.
  • La Crise du Golfe fragilise son contexte

    Par
    La situation actuelle dans le Golfe est le résultat d’un contexte régional et international complexe. Elle est devenue par la suite un facteur de restructuration et d’orientation de ce même contexte. Défini par l’instabilité et le doute, le contexte de la crise est aujourd’hui plus fragile qu’il l’était avant le 5 juin 2017.
  • Crise du Golfe : Pourquoi le Qatar ?

    Par
    Il est difficile de lire la crise actuelle entre les pays du Golfe dans le seul cadre défini par le discours officiel des pays impliqués dans le « blocus du Qatar ». Il ne s’agit pas en fait de terrorisme ni d’ingérence, mais la crise repose sur deux visions différentes du changement et transformations que le monde arabe est en train de connaître.