Blog suivi par 11 abonnés

Le blog de Noureddine.A Noureddine AOUSSAT : Réponse à la lettre ouverte de Felix Marquardt

Formateur en management et communication, conférencier et imam
PARIS - FRANCE
À propos du blog
Réponse à la lettre ouverte de Felix Marquardt Salam et bonjour à vous cher coreligionnaire Vous avez adressé, à la suite des attentats du 13 novembre, une lettre à vos coreligionnaires, et à mon sens, bien vous a pris de le faire. Cette tribune est la bienvenue, au moins par son mérite de chercher à engager le débat, qui, malheureusement, n’a pas eu lieu encore une fois. Je ne vais pas m’attarder sur votre introduction dans laquelle, vous avez jugé nécessaire de rappeler que vous vous considérez tout à fait légitime de vous exprimer sur ce sujet en tant que musulman converti « serein et décomplexé ». Je n’en disconviens pas, et pour cause : je pense qu’on vous a bien expliqué qu’un converti est musulman à part entière, sans période probatoire, et sans aucun risque d’en être déchu, dès qu’il a en son âme et conscience décidé d’embrasser l’islam et l’avoir confessé. Cependant, et vous en convenez j’espère, - sans même qu’on ait besoin de vous l’expliquer-, un converti qui embrasse une religion, se donne au moins un temps raisonnable de découverte de cette religion et d’apprentissage et connaissance de sa pensée, de ses enseignements et de sa philosophie, avant de chercher à la réformer. Ce n’est pas votre cas, hélas ! A ce sujet, force est de constater que « par la grâce de Dieu » comme vous le dites ; vous ne souffrez pas d’excès de timidité ; loin s’en faut. En revanche, vous faites preuve d’un excès de zèle et d’une audace inouïs ! Vous commencez par rappeler un certain nombre de vérités, - trois plus précisément- que vous qualifiez d’indéniables. Ce constat, je le partage largement, si ce n’est totalement avec vous. Cependant, quand vous avancez, je cite : « Il n'en reste pas moins qu'il existe un point commun entre nombre d'actes barbares commis dans le monde depuis quelques années : ils sont commis par des gens se réclamant de notre foi. » Je m’inscris totalement en porte à faux contre cette fausse idée qui relève plus de la propagande, que du constat objectif. J’ose espérer que c’est plutôt une méprise, et un manque de vigilance de votre part que d’avancer et répandre cette fallacieuse accusation, et non une idée à laquelle vous adhérez vraiment. En effet, d’après les statistiques d’Europol, seulement 2 % des attentats commis en Europe, sont le fait de groupes se réclamant d’une religion. Même si, émotionnellement et médiatiquement, il est vrai que ceux estampillés « islamistes ou djihadistes » ont plus d’impact. Et quand les victimes sont musulmanes, quand bien même leur nombre est dix, vingt, cent ou mille fois plus important, l’impact émotionnel et médiatique est minime, voire inversement proportionnel. Et ceci nous le constatons tous les jours, présentement en Syrie par exemple. Près de 1.500.000 -un million cinq cent mille- victimes en Irak, en Afghanistan, et au Pakistan, ont été massacrées par les américains et leurs alliés occidentaux, au nom de la lutte contre le terrorisme, ne l’oublions pas ! Vous reprochez à vos coreligionnaires dans votre lettre, que c’est « un peu juste » que de se contenter de dire après chaque attentat commis en France : « que ces crimes n’ont rien à voir avec l’islam ». Vos coreligionnaires pourraient vous rétorquer, que si on regardait les faits objectivement, et on prenait les chiffres bruts, c’est plutôt très juste. En effet, d’après les statistiques, il en ressort que la quasi totalité -98 %- de ces attentats n’ont effectivement rien à voir avec notre religion ; mais personnellement, je ne me contenterai pas uniquement de cette réponse. Je dirais également, que se laisser dire, ou laisser comprendre, comme d’aucuns le font, que ces attentats et crimes ont tout à voir avec l’islam, -en occultant, les aspects sociologique, politique, et psychologique, pour ne citer que ces trois facteurs-, est aussi « un peu trop juste » voire totalement fallacieux. Rejeter ces deux thèses, je précise : « le tout islam » ou le « rien à voir avec l’islam » est à mon sens, un apriori nécessaire pour pouvoir discuter objectivement, le lien entre ces attentats, notre religion, et nous autres musulmans. D’ailleurs vous dites bien dans votre lettre que : « La première condition nécessaire pour affronter efficacement un problème est de reconnaître qu'il existe. », ce qui est vrai. Toutefois, vous omettez un autre point tout aussi important, à savoir que : « la première mauvaise façon de traiter un problème, est de déplacer celui-ci sur un autre terrain, voire lui substituer un autre sujet ». Et c’est ce que vous faites hélas, en évoquant d’emblée la question de la réforme de l’islam. La réforme de l’islam est un sujet important, et urgent à relancer, mais point à l’aune de l’actualité des attentats, ni au travers du prisme -forcément déformateur- du choc psychologique et émotionnel des attentas de janvier, et novembre, Et c’est ce que vous ne cessez de faire dans vos tribunes, hélas, encore une fois. Vous usez à l’encontre d’une frange de la communauté, en l’occurrence les néo-salafistes, d’épithètes dont on a plutôt l’habitude de lire dans les tribunes des islamophobes à l’encontre de l’islam et de tous les musulmans, sans distinction. Vous nous invitez donc à agir tous ensemble pour « mettre ostensiblement au ban de notre communauté » ces « énergumènes, intégristes, phallocrates, homophobes,... », qui nourrissent l’islamophobie par leur posture et leur discours. Au demeurant, je vous invite à bien réfléchir, si vous-même ne faites pas pire encore ! Autrement dit, vous ne pensez pas que c’est aussi doper et booster l’islamophobie - quand vous prônez la réforme de l’islam comme première leçon à tirer des attentas de janvier 2015 ? N’est-ce pas que vous faites porter l’entièreté de la responsabilité de ces attentas à l’islam ? C’est parce qu’il n’y a pas eu donc de réforme de l’islam qu’il y a tous ces attentats ? C’est parce que les musulmans refusent un aggiornamento de leur religion qu’il y a tous ces attentats ?... C’est pourtant ce que vous ne cessez d’écrire dans vos tribunes. Alors, objectivement, cher coreligionnaire ! C’est qui d’entre vous et les néo salafistes, qui nourrit le mieux l’islamophobie ?... Les imams de France, du moins une bonne partie d’entre eux, en dépit de la suspicion des autorités à leur égard, et en dépit du manque de moyens matériels, informationnels et didactiques dont ils pouvaient disposer, n’ont point attendu les attentats du 7 janvier ou ceux du 13 novembre pour se mobiliser contre la violence commise au nom de l’islam. En effet, que ce soit dans l’enceinte des mosquées, ou en société, ces imams non seulement, prennent des risques au quotidien à affronter la vindicte, la menace et la violence verbale des jeunes séduits par ce qu’on appelle le djihadisme, mais en tant qu’hommes de foi et avec grande conscience, fraternité et sollicitude, ils tentent depuis des années à extirper ces jeunes des griffes du radicalisme et à les mettre à l’abri de la machine infernale des groupes radicaux violents. Globalement, et compte tenu de nos responsabilités, il est toujours possible de dire, que ce qui a été fait par les imams est en deçà de ce qui devait être fait. Mais, qui leur a fait confiance ? Qui les a sollicités à participer à cette tâche ? Qu’est-ce qui les a empêchés de prendre part de façon plus conséquente et déterminée dans la lutte contre la radicalisation ? Autant de questions que personne ne veut entendre .décidément. Par contre, tout le monde se permet de les tancer, et leur faire des reproches quand ce n’est pas carrément les accuser de l’infâme calomnie d’avoir « peut être, probablement, vraisemblablement ou même sûrement » nourri la radicalisation et le djihadisme des jeunes ! Ce qui est totalement faux et scandaleux. Pour clore votre lettre, vous rajoutez une couche, sur cette frange musulmane dont il faut se distancier, dites-vous, « sans quoi nos concitoyens non musulmans ne nous prendraient pas au sérieux » ! Vous commettez une double erreur à mon sens : la première est de désigner une partie de nos coreligionnaires comme un bouc émissaire, coupable de tous les maux à votre sens ; la deuxième, est de croire qu’il suffit de condamner et rejeter ces derniers pour gagner en crédibilité aux yeux de nos concitoyens. Votre humble contradicteur et interlocuteur, que je suis, et qui agit depuis au moins dix ans, précisément sur ces questions, connaît un grand bout sur ce sujet. Alors, commencez d’abord, vous qui êtes pourtant notre coreligionnaire, à nous prendre au sérieux, alors ensuite on pourra espérer que les autres en fassent de même. Votre humble coreligionnaire, que je suis, je ne cesse de condamner la violence et les attentas commis au nom de l’islam, depuis 2006, date de sortie de mon livre « Au-delà des caricatures, le vrai visage du Prophète Muhammad ». Dans ce livre tiré à plus de 300.000 exemplaires, il y a tout un chapitre consacré à la dénonciation de cette violence commise au nom de l’islam. Dans le cadre de l’opération « Tous Unis autour du Prophète », ce livre, a été distribué gratuitement (pendant huit ans), il a été mis dans les mains des hommes et femmes politiques, des médias, et des citoyens toutes confessions confondues, ou sans même. Pour quel résultat ? Pour quel feedback ? Pour quelle prise au sérieux ? Et pas plus loin que la fin du mois de décembre 2015, j’ai publié une lettre ouverte, adressée au président de la République ; à ce jour, ni le président, ni ses services, ni les médias ni aucun de nos concitoyens n’a exprimé la moindre réaction. Alors, vous savez, si vous pensez que, personnellement je vais m’en vouloir, ou me morfondre de regrets de ne pas avoir suffisamment exprimé et porter la voix du rejet de cette violence « par nous les musulmans de France » c’est que vous vous trompez de diagnostic encore une fois. En deux mots, pour clore ce sujet, les nombreux imams, associations musulmanes et moi-même qui se reconnaissons dans l’action « Tous Unis Autour du Prophète »et l’avons partagé, depuis dix ans, j’estime que nous avons fait notre travail envers notre religion, nos concitoyens et notre pays la France. Il appartient à chacun, politiques, médias et autres citoyens de se prononcer sur ceux qu’ils ont fait, ou n’ont pas faits et auraient dû faire. Je terminerai par souligner toutefois, qu’à l’ère d’internet et des réseaux sociaux, en dépit de l’action négative de nos politiques et autres médias mainstream, qui ostracisent, étouffent et stigmatisent les acteurs musulmans et leurs actions, il va sans dire que notre responsabilité et notre engagement, nous continuerons à les assumer, sans attendre d’être complimentés ou « pris au sérieux »: C’EST NOTRE DEVOIR, EN TANT QUE MUSULMANS ET CITOYENS !. Fraternellement, Noureddine Aoussat
  • Pr. Noureddine AOUSSAT "Ça suffit ! barakat la transition !"

    Par
    Qu’elle fut pour soi-disant « redresser la révolution » comme en 1965, ou de « sauver l’Algérie » comme en 1992 ou encore pour un tout autre dessein aujourd’hui, LA TRANSITION n’a aucune chance d’être propice à la sortie de crise. Je suis même tenté de dire que c’est la pire de toutes les solutions envisageables.
  • Pr. Noureddine AOUSSAT "Ça suffit ! barakat la transition !"

    Par | 1 recommandé
    Qu’elle fut pour soi-disant « redresser la révolution » comme en 1965, ou de « sauver l’Algérie » comme en 1992 ou encore pour un tout autre dessein aujourd’hui, LA TRANSITION n’a aucune chance d’être propice à la sortie de crise. Je suis même tenté de dire que c’est la pire de toutes les solutions envisageables.
  • Pr. Noureddine Aoussat : "Lettre aux amis de Bouteflika"

    Par | 2 recommandés
    Bouteflika, briguant un autre quinquennat, mais pourquoi faire au juste ? A quoi va-t-il servir ce quatrième mandat ? Sincèrement, croyez-vous que Bouteflika peut réaliser en cinq ans, et qui plus est, avec un état de santé diminué, ce qu’il n’a pas réussi à faire en 15 ans ?
  • Pr. Noureddine Aoussat "Musulmans de France : citoyens ou dhimmis de la République ?

    Par
    Il est trop tard pour considérer que rien soit fait ou dit sur la nouvelle organisation de l’islam : Il y a tant de choses de faites et de dites ces deux dernières années. Mais il n’est pas trop tard de parer et s’opposer au pire.
  • Pr. Noureddine Aoussat "De l'organisation de l'islam" Lettre à mes coreligionnaires :

    Par
    Voilà donc plus de deux ans que l’institut Montaigne ne cesse de publier des rapports et synthèses d’enquêtes sur l’état actuel de « l’islam de France », et surtout d’émettre des propositions quant à son avenir. N’est-il pas navrant et regrettable aujourd’hui, et, à terme sans doute très dommageable, de constater que les musulmans de France soient tant absents dans ce débat ?
  • Pr. Noureddine Aoussat "De l'organisation de l'islam" Lettre à mes coreligionnaires :

    Par
    Voilà donc plus de deux ans que l’institut Montaigne ne cesse de publier des rapports et synthèses d’enquêtes sur l’état actuel de « l’islam de France », et surtout d’émettre des propositions quant à son avenir. N’est-il pas navrant et regrettable aujourd’hui, et, à terme sans doute très dommageable, de constater que les musulmans de France soient tant absents dans ce débat ?
  • Pr. Noureddine Aoussat "À propos du voile islamique, lettre ouverte "

    Par | 2 commentaires
    Les préjugés et autres stéréotypes, voire les accusations et jugements sans appel, que ne cessent de propager et amplifier les pourfendeurs du voile islamique sont affligeants. Désormais, il suffit qu’une jeune femme voilée apparaisse à la télévision pour que cela déclenche tout un boucan.
  • Pr. Noureddine Aoussat / L'affaire Tariq Ramadan : Lui, elles, et nous autres...

    Par | 18 commentaires | 4 recommandés
    Voilà donc maintenant plus d’une semaine, que les réseaux sociaux -Twitter et facebook-, s’enflamment d’articles et de posts sur l’affaire Tariq Ramadan. Quelle doit-être la réaction la plus juste des musulmans de France ? En fait, ce que je redoute le plus dans cette affaire, ce sont les excès de réactions, dans un sens comme dans un autre, chez nos autres, j'entends !
  • Pr. Noureddine AOUSSAT : Partie 2/2. Réponse à Tariq Ramadan : "Votons ! Résistons,

    Par
    Vous pensez donc que les votes des dernières années n’ont pas été utiles ? Notamment celui de 2012, où les citoyens musulmans -de l’avis de tous les spécialistes des élections-, ont permis la victoire de Hollande ? Selon vous ces votes n’ont finalement servi à rien, et la preuve est que le quinquennat de Hollande a été le pire de ces dernières années ! Que répondre à cette idé
  • Pr. Noureddine AOUSSAT : Réponse à Tariq Ramadan sur son appel à l'abstention

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Partie 1 / 2 « Abstention active, ou la fuite en avant » Cher Professeur Par votre appel, datant de quinze jours, et invitant au boycott des prochaines élections présidentielles, vous avez surpris plus d’un. Vous proposez tout bonnement en effet de boycotter les scrutins du 22 avril et 7 mai. Vous avancez quatre choses en substance qui peuvent résumer vos deux appels vidéos :