Le cannabis est-il dangereux pour la santé ?

Quels sont les effets réels du cannabis à long terme sur la santé ? C'est la question au cœur des Idées Claires, notre programme hebdomadaire produit par France Culture et Franceinfo destiné à lutter contre les désordres de l'information, des fake news aux idées reçues.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-idees-claires/le-cannabis-est-il-dangereux-pour-la-sante

Le cannabis médical devrait être expérimenté en 2020 chez certains malades. L'Agence nationale de sécurité du médicament a donné son feu vert en juin dernier pour les malades en "impasse thérapeutique", c'est-à-dire les patients souffrant notamment d'épilepsie résistante aux traitements, de douleurs neuropathiques ou d'effets secondaires de chimiothérapies. 

Malgré son interdiction, le cannabis reste la substance illicite la plus consommée en France. Selon le dernier rapport de l'Observatoire français des drogues et toxicomanies, 45 % des Français ont déjà fumé du cannabis. Parmi eux, 11 % en ont consommé au cours de l'année et même 6 % au cours du dernier mois. Une consommation d'autant plus importante que la France est le pays avec la politique la plus répressive en Europe.

Si la consommation de cannabis comporte des risques pour la santé, est-il pour autant plus dangereux que l'alcool et le tabac, qui sont eux vendus légalement ?

Nous avons posé ces questions à Marie Jauffret-Roustide, sociologue, et chercheuse à l'Inserm.

Le cannabis est-il dangereux pour la santé ?

Marie Jauffret-Roustide : "Oui et non, tout dépend de ce qu’on entend par dangerosité et tout dépend de si on compare avec d’autres substances. Le cannabis est tout aussi dangereux que la consommation d’alcool ou de tabac par exemple."

Quels sont les risques pour la santé ?

Marie Jauffret-Roustide : "Il peut y avoir des risques aigus liés à une consommation de cannabis, comme des troubles anxieux, des difficultés à anticiper, des troubles de la mémoire.

Ces risques sont amplifiés surtout quand vous consommez tôt, avant 15 ans, les risques sont très importants parce qu’il y a certains risques en particulier cognitifs qui sont irréversibles."

Le risque s’atténue à l’âge adulte ?

Marie Jauffret-Roustide : "50 % de la population, la moitié, a déjà expérimenté le cannabis au cours de sa vie. Pour les consommations qui sont occasionnelles, en particulier chez les adultes, là les risques sont aussi faibles que boire un verre de vin de temps en temps. Il y a une étude anglaise qui a montré que la mortalité liée au cannabis était 200 fois moins importante que la mortalité liée au tabac ou à l’alcool.

En France, la mortalité liée à la consommation de tabac, c’est 78 000 morts par an et la mortalité liée à la consommation d’alcool, c’est 49 000 morts par an."

Y a-t-il un lien entre cannabis et schizophrénie ?

Marie Jauffret-Roustide : "C’est une des plus grosses controverses autour de la question du cannabis. Ce qui est prouvé dans la littérature, c’est que chez des personnes qui allaient développer une schizophrénie, la consommation de cannabis va précipiter les personnes dans l’entrée de la schizophrénie.

En revanche, là où il y a un débat encore très présent, c’est le fait que le cannabis lui-même, chez n'importe qui, pourrait entraîner la schizophrénie, donc être la cause de la schizophrénie. C’est ce lien qui a été beaucoup discuté."

Y a-t-il un niveau de consommation critique ?

Marie Jauffret-Roustide : "Là encore une fois, c’est extrêmement compliqué parce que c’est lié à une diversité de facteurs environnementaux, votre histoire personnelle, le type de cannabis que vous allez consommer, la dose que vous allez prendre, votre vulnérabilité.

Ce qu’on connaît bien en revanche, c’est le risque de développer une dépendance, suite à la consommation de cannabis et là, les études les plus récentes montrent que 4 % des personnes qui expérimentent le cannabis et qui ensuite le consomment au cours des 12 derniers mois ont un risque de développer un risque de dépendance au cannabis. C’est un pourcentage qui est très faible par rapport à d’autres drogues."

Le cannabis a-t-il des vertus médicales ?

Marie Jauffret-Roustide : "Alors le cannabis a des vertus médicales, mais comme la majorité des drogues qui sont avant tout des plantes. Elles permettent de diminuer les douleurs dans le cadre de certains cancers ou pour les soins palliatifs.

Elles permettent également d’augmenter l’appétit ou de diminuer les effets secondaires de certains médicaments et c’est la raison pour laquelle l’Agence de sécurité du médicament a en juin dernier mis en place une expérimentation pour le cannabis médical en France."

La consommation de cannabis est-elle un fléau social ?

Marie Jauffret-Roustide : "Il y a une enquête de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies qui a mis en évidence à Paris que c’étaient les jeunes issues du XVIe, du XVe et du Ve arrondissements, c’est-à-dire les arrondissements les plus huppés, qui avaient les niveaux d’expérimentation du cannabis les plus élevés et que les jeunes issus du nord-est parisien, issus de quartiers plus défavorisés, avaient des niveaux d’expérimentation plus faibles.

En revanche, même si en valeur absolue, les jeunes issus de milieux défavorisés vont consommer moins que les jeunes issus de milieux favorisés, quand les jeunes issus de milieux défavorisés consomment, ils sont plus à risque, ils vont avoir des consommations plus intensives et surtout, moins de supports sociaux qui vont leur permettre d’aller consulter le bon spécialiste et d’arrêter leur consommation."

Les politiques répressives sont-elles efficaces ?

Marie Jauffret-Roustide : "L’Islande était il y a 20 ans, le pays avec le plus haut niveau de consommation de cannabis et d’alcool chez les jeunes en Europe. Donc ils ont décidé, au lieu de continuer d’avoir une approche répressive de mettre en place une politique qui met plutôt l’accent sur le bien-être des adolescents, le développement de leurs compétences psycho-sociales donc ils ont investi beaucoup d’argent pour permettre aux adolescents de toutes les classes sociales de faire des activités extrascolaires, des activités en famille et ils ont aujourd’hui le niveau de consommation d’alcool et de cannabis le plus bas en Europe.

Alors qu’en France, on a pour le moment choisi une option très différente puisque la France est l’un des pays les plus répressifs d’Europe vis-à-vis de la consommation de cannabis et de drogue en général et nous avons chez les jeunes, le niveau de consommation de cannabis le plus important en Europe."

 

Mise à jour :

Amende pour usage de drogues : durcissement ou assouplissement ?

Depuis le 1er septembre 2020, les consommateurs et détenteurs de stupéfiants sur la voie publique sont désormais passibles d’une amende forfaitaire de 200 euros et en sus, d’une inscription au casier judiciaire. S’agit-il d’un pas vers la dépénalisation ou vers plus de répression ?

 

 

Prolonger :

Pour une politique des drogues pragmatique

Sociologue et politiste, Marie Jauffret-Roustide s’intéresse depuis plusieurs années aux phénomènes d’addiction et à l’enjeu de la réduction des risques en prison. Responsable de plusieurs enquêtes sur la santé des usagers et les comportements de consommations, elle appelle à « mettre à distance le jugement moral et repenser la politique des drogues ». (1)

« Sur les drogues, expérimenter au lieu de faire la morale »

Malgré l'opposition d'une partie de la droite, la loi santé discutée à l'Assemblée devrait autoriser dans six villes l'expérimentation des salles de consommation de drogues. Un dispositif qui permet d'améliorer la santé des usagers, selon Marie Jauffret-Roustide, de l'Inserm. Entretien - Mathieu Magnaudeix - 4 avr. 2015

Légaliser le cannabis (7/7). Les fumeurs français se font jardiniers

28 août 2014 Par Louise Fessard

En Europe, le cannabis est de plus en plus produit dans le pays où il est consommé. Moins que la crainte de l’interpellation, c’est la question du budget, le souci de la qualité du cannabis et le refus de nourrir le trafic qui semblent motiver les cannabiculteurs marseillais rencontrés. Dernier volet de notre enquête.

France: fumer un joint sera passible d’une amende de 200 euros à la rentrée Mis en ligne le 25/07/2020

Les Français sont les premiers consommateurs de cannabis en Europe et pointent au troisième rang pour la cocaïne.

Psychotropes, drogues… La majorité des actifs se dope pour mieux travailler

Du tabac au cannabis en passant par les psychotropes et la cocaïne, la majorité des actifs prend des substances pour mieux travailler, ou mieux supporter son travail. Un phénomène croissant qui inquiète les professionnels. Par Mégane Fleury (mise à jour avec l'étude sur le stress montrant que 25% des…

Pour un contrôle anti-dopage des cadres et des dirigeants au travail

Le Tour de France est parti. Le sport est un laboratoire dont les résultats, les abus et les pratiques s'observent ailleurs. La concurrence est le nom de la compétition économique. A quand un contrôle anti-dopage des managers et des cadres au travail ? Cela participerait peut être efficacement à la prévention…

Le code du travail est-il l'ami du chômage ? (Culture éco - Marie Viennot - France Culture)

Le gouvernement va s’atteler à la réécriture du code du travail, façon pour lui de réformer le marché du travail pour le rendre moins rigide. Mais la protection de l’emploi est-elle la cause du chômage ? Aucune étude ne le prouve, et c’est Jean Tirole, qui le dit !

Souffrance et suicides au travail à La Poste comme à France Télécom

VIDEO - Le management à La Poste est comparable à France Télécom. La direction réprime les agents qui dénoncent une impitoyable pression du résultat, des objectifs fixés par un algorithme "géoroute", un management autoritaire, des restructurations permanentes. Surtout, selon ces témoins, en deux ans,…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.