Matraquer les salariés et ménager les dirigeants fautifs

C'est aussi la politique foireuse des "investisseurs" de Volkswagen à propos du dieselgate : " Le tribunal du Travail de Braunschweig a obligé ce jeudi le constructeur Volkswagen (VW) à modifier sa stratégie de défense dans le scandale des moteurs diesel truqués. Il devra réintégrer une cadre licenciée présentée comme responsable du scandale. " L'Echo Par Nathalie Versieux

https://www.lecho.be/entreprises/auto/la-responsable-du-dieselgate-rehabilite-par-la-justice-allemande/10148118.html

Stefanie J. pourra retourner dès ce matin si elle le souhaite à son poste de travail chez Volkswagen (VW), à Wolfsburg. Le tribunal des Prud’hommes de Braunschweig, dans le centre de l’Allemagne, a jugé ce jeudi "abusif" le licenciement pour "faute grave" de cette ancienne cheffe d’un service informatique et nié à Volkswagen tout droit à lui réclamer des dommages et intérêts pour le scandale des moteurs diesel truqués. Le groupe devra lui verser arriérés de salaires et de cotisations.

Le constructeur ne pourra plus demander à ses salariés de dommages et intérêts pour couvrir la pénalité de 33 milliards d’euros versée aux USA.

Surtout, VW devra changer sa stratégie de défense face aux tribunaux dans le scandale des moteurs diesel truqués. Le groupe, qui n’a jamais entrepris la moindre démarche juridique contre son ancien président omnipotent, Martin Winterkorn, à qui il verse même l’intégralité de sa retraite maison (3.100 euros par jour), a par contre engagé plusieurs procédures contre d’anciens cadres, présentés comme ayant "trompé" la direction. Le jugement rendu jeudi est le premier en la matière. Un second jugement est attendu pour l’automne, portant cette fois sur le cas d’un membre du directoire lui aussi licencié.

> Lire L'ex-PDG de Volkswagen inculpé de fraude

Stefanie J. est entrée chez Volkswagen en 1995. Cette ingénieure en génie des procédés de 52 ans y suit une carrière exemplaire qui la mènera jusqu’au poste de contrôleur de la qualité sur la chaîne de la Golf. Elle touche alors 15.333 euros bruts par mois. Jusqu’à son licenciement abrupt dans le sillage du scandale des moteurs diesel truqués, en août 2018.

"Le scandale est déjà suffisamment fâcheux comme ça… Mais la stratégie de défense de Volkswagen nuit encore plus à l’image du groupe."

Stefanie J. aurait fait partie, selon son ancien employeur, d’un cercle de cadres supérieurs qui auraient développé à l’insu de la direction le logiciel manipulant les émissions de CO2 des véhicules à moteur diesel du groupe, à l’origine du scandale. Volkswagen, qui lui avait accordé une nouvelle promotion en avril 2017, soit un an et demi après l’éclatement du scandale, reproche également à son ancienne salariée d’avoir détruit des documents compromettants… VW, jugeant Stefanie J. et d’autres cadres du groupe responsables de l’affaire, leur demandait dans une autre procédure des dommages et intérêts, afin de compenser les 33 milliards d’euros de pénalités que le groupe a dû verser aux Etats-Unis.

> Retrouvez toutes les infos sur le diesegate ici

Stefanie J. a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Mais son avocat assure qu’elle aurait agi sous la pression, et non à l’insu de sa hiérarchie. L’intéressée a assuré pour sa défense avoir reçu comme consigne de "construire le truc, mais de ne pas se faire prendre." "Le scandale est déjà suffisamment fâcheux comme ça… Mais la stratégie de défense de Volkswagen nuit encore plus à l’image du groupe", s’indigne le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, rappelant que Deutsche Bank avait suivi une stratégie similaire en 2013, présentant une poignée de salariés comme "des criminels cherchant à nuire à leur hiérarchie". Le tribunal des Prud’hommes de Francfort avait lui aussi tranché en faveur des salariés, jugeant leur licenciement abusif.

 

Prolonger :

Le néolibéralisme américain : justification rationnelle de la criminalité organisée

On ne peut pas réduire l'homme à la dimension économique, c'est une folie selon Franck Knight, un des maîtres de Milton Friedman. La "folie" - l'erreur - du néolibéralisme est de négliger la dimension anthropologique et éthique au point d'assimiler la criminalité à une démarche rationnelle d'homo oeconomicus.

Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Albert O. Hirschman

C'est le livre choisi par Jézabel Couppey-Soubeyran, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui s'en est largement inspiré pour écrire son propre ouvrage "Blablabanque. Le Discours de l’inaction" publié en 2015.

"EBIT macht Frei" :  le slogan de très mauvais goût du patron de Volkswagen

Herbert Diess s'exprimait devant ses cadres lors d'une réunion annuelle sur les résultats du groupe et a trouvé drôle de détourner le slogan nazi inscrit à l'entrée d'Auschwitz, "Arbeit macht frei" ("le travail rend libre"), pour commenter la mauvaise rentabilité de son entreprise. Un humour digne du…

Comment l'Allemagne a gagné le combat du CO2 contre la France

Automobile : comment l'Allemagne a gagné le combat du CO2 contre la France à Bruxelles - Le règlement européen fixe un objectif d'émission différent aux constructeurs automobiles selon le poids de leurs véhicules, une bénédiction pour Volkswagen, BMW et Mercedes. Par Julien Dupont-Calbo Les Echos Publié le 05/03/18

Des singes et des hommes, cobayes pour le diesel allemand

29 janv. 2018 Par Thomas Schnee

Entre 2013 et 2014, une fondation financée par l’industrie automobile allemande a commandé des tests respiratoires sur des singes et des hommes pour prouver la “propreté” du diesel. Le patron de son conseil scientifique, le toxicologue Helmut Greim, est l'un des experts “indépendants” favoris du Bundestag, où il a notamment défendu l’innocuité du glyphosate…

L’UE soupçonne Daimler, Volkswagen et BMW d’entente sur les normes antipollution

La Commission européenne soupçonne les trois constructeurs automobiles allemands d'entente concernant les normes anti-polluantes. Les faits remontent avant l'éclatement de l'affaire sur les moteurs truqués de Volkswagen en 2015.

Les voitures électriques roulent sur les droits humains

Amnesty International dénonce les batteries lithium-ion des voitures électriques - et des matériels électroniques - dont la production se fait au mépris des droits humains, notamment au travail des enfants en République démocratique du Congo (RDC), et à des risques environnementaux qui contredisent leur prétendue vertu écologique.

Les voitures électriques roulent sur les droits humains

Amnesty International dénonce les batteries lithium-ion des voitures électriques - et des matériels électroniques - dont la production se fait au mépris des droits humains, notamment au travail des enfants en République démocratique du Congo (RDC), et à des risques environnementaux qui contredisent leur prétendue vertu écologique.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.