A bas la publicité !

Qu’elle se situe dans l’espace public, à la télévision, à la radio, dans nos boîtes aux lettres ou sur Internet, la publicité est omniprésente et provoque de nombreux dégâts au nom de la croissance. En flattant, la publicité déresponsabilise vis-à-vis des coûts sociaux et environnementaux générés par la surconsommation. Et peut faire encore pire...

 Il serait grand temps d'envoyer à la déchetterie l'univers factice des publicitaires et, plus encore, de leurs donneurs d'ordre industriels, d'un certain cinéma et d'autres promoteurs de croâ, croâ, croâssance. Ils imposent leur vision au monde entier, en provoquant des catastrophes écologiques, sociales et politiques – juste pour s'enrichir .

 

mendiant-a-la-ferari-malaga

 

Nous serions bien plus heureux si nous nous débarrassions de tout ce fatras.

La publicité nous impose des canons de beauté. Elle les fabrique, même si en aucune matière rien ne plait absolument à tout le monde. Quant à la beauté humaine, regardez autour de vous et vous verrez des couples d'amoureux qui vous paraîtront « improbables » mais qui se trouvent mutuellement attirants. Malheureusement, ils ne doivent pas apprécier les regards des autres sur eux, conditionnés en grande partie par la publicité.

La publicité nous trompe sur la valeur humaine. Faut-il posséder une ROLEX, un sac Vuitton, une grosse voiture 4x4 pour prouver qu'on est un homme ou une femme de qualité ? L'entrée d'aucun Pantheon, public ou bien de votre « Panthéon » personnel, n'est conditionnée par la possession de bien matériels.

Quant la publicité devient propagande, elle détruit la liberté et provoque des guerres.

D'un moyen d'information, la publicité s'est transformée en un outil de fabrication d'un monde enjolivé, souvent ridicule. Elle fait rêver les uns qui, tout en achetant plus que de raison, restent insatisfaits, et frustre les autres qui essaient de faire la même chose. En découlent des conflits sociaux, des crises financières, des catastrophes sanitaires, le renforcement de stéréotypes sexistes et autres discriminations.

Pourtant, rien de tout cela n'est fatal.

D’après le livre d'Adret Travailler deux heures par jour, le « travail contraint » (indispensable à la vie de la société qui ne peut être remplacé par des machines) ne prendra, à terme, pas plus de deux heures par jour.

Le reste du temps, nous serons libres d’exercer des activités personnelles, utiles à nous mêmes, aux autres, créatrices ou non, contribuant à la bonne marche de la société et à son enrichissement culturel.

Tout le monde devrait avoir la garantie d’un revenu vital qui pourrait être augmenté par la rémunération de certaines activités bénévoles.

Qu’attendons-nous pour examiner ce projet qui date de 1977 et a été reformulé de très nombreuses fois, l’adapter à la société actuelle et faire pression sur nos gouvernants pour cheminer vers une civilisation viable ?

 

covid19-confinement

 

N.B. : Pour comprendre comment la mode peut faire partie des plus grandes pollueurs, vous pouvez lire le dossier https://blogs.mediapart.fr/baobab3/blog/240517/pourquoi-la-mode-fait-partie-des-pires-pollueurs-au-monde 

.............................................

Pour approfondir, voyez  SOMMAIRE: TOUT CE QUE VOUS NE VOULEZ PAS SAVOIR

En particulier :

A deux minutes de la guerre nucléaire?

https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/010318/deux-minutes-de-la-guerre-nucleaire

Santé : espérance de vie en bonne santé, elle baisse !https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/100713/esperance-de-vie-en-bonne-sante-elle-baisse

 Le libéralisme totalitaire et les super-mafias

https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/060119/le-liberalisme-totalitaire

Les francs-maçons arrêtés au milieu du gué

https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/311020/la-franc-maconnerie-gouverne-elle-le-monde

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.