Peter Bu
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

9 Éditions

Billet de blog 23 févr. 2021

A bas la publicité !

Qu’elle se situe dans l’espace public, à la télévision, à la radio, dans nos boîtes aux lettres ou sur Internet, la publicité est omniprésente, nous cache la vie et et provoque de nombreux dégâts au nom de la croissance. En flattant, la publicité déresponsabilise vis-à-vis des coûts sociaux et environnementaux générés par la surconsommation. Et peut faire encore pire... (Réactualisé le 29/3/21)

Peter Bu
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Il serait grand temps d'envoyer à la déchetterie l'univers factice des publicitaires qui nous cache la vie et, plus encore, empêcher de nuire leurs donneurs d'ordre financiers, industriels et agricoles, d'un certain cinéma et d'autres promoteurs de croâ, croâ, croâssance. Ils imposent leur vision au monde entier, en provoquant des catastrophes écologiques, sociales et politiques – juste pour s'enrichir.  

Nous serions bien plus heureux si nous nous débarrassions de tout ce fatras.

La publicité nous impose des canons de beauté. Elle les fabrique, même si en aucune matière rien ne plait absolument à tout le monde. Quant à la beauté humaine, regardez autour de vous et vous verrez des couples d'amoureux qui vous paraîtront « improbables » mais qui se trouvent mutuellement attirants. Malheureusement, ils ne doivent pas apprécier les regards des autres sur eux, conditionnés en grande partie par la publicité.

La publicité nous trompe sur la valeur humaine. Faut-il posséder une ROLEX, un sac Vuitton, une grosse voiture 4x4 pour prouver qu'on est un homme ou une femme de qualité ? L'entrée d'aucun Pantheon, public ou bien de votre « Panthéon » personnel, n'est conditionnée par la possession de bien matériels.

Quant la publicité devient propagande, elle détruit la liberté et provoque des guerres.

D'un moyen d'information, la publicité s'est transformée en un outil de fabrication d'un monde enjolivé, souvent ridicule. Elle fait rêver les uns qui, tout en achetant plus que de raison, restent insatisfaits, et frustre les autres qui essaient de faire la même chose sans en avoir les moyens. En découlent des conflits sociaux, des crises financières, des catastrophes sanitaires, le renforcement de stéréotypes sexistes et autres discriminations.

Pourtant, rien de tout cela n'est fatal.

D’après le livre d'Adret Travailler deux heures par jour, le « travail contraint » (indispensable à la vie de la société qui ne peut être remplacé par des machines) ne prendra, à terme, pas plus de deux heures par jour.
Le reste du temps, nous serons libres d’exercer des activités personnelles, utiles à nous mêmes, aux autres, créatrices ou non, contribuant à la bonne marche de la société et à son enrichissement culturel.
Tout le monde devrait avoir la garantie d’un revenu vital qui pourrait être augmenté par la rémunération de certaines activités bénévoles.
Qu’attendons-nous pour examiner ce projet qui date de 1977 et a été reformulé de très nombreuses fois, l’adapter à la société actuelle et faire pression sur nos gouvernants pour cheminer vers une civilisation viable ?

N.B. : Pour comprendre comment la mode peut faire partie des plus grandes pollueurs, vous pouvez lire le dossier https://blogs.mediapart.fr/baobab3/blog/240517/pourquoi-la-mode-fait-partie-des-pires-pollueurs-au-monde 

 L'enfer est pavé de bonnes intentions.


En 2002, la Commission européenne a imposé aux entreprises l'obligation de demander aux usagers de l'Internet leur accord pour enregistrer et exploiter des informations sur eux1

En 2017, la CE a fini par comprendre que cette directive ne servait à rien. En effet, les usagers sont inondés de ces demandes de « consentement », tellement nombreuses qu'elles sont ingérables. On finit par cliquer « j'accepte » en bas de chaque formulaire.

Ras-le-bol de ces panneaux aussi envahissants qu'inutiles qui nous font perdre du temps pour rien. Ces demandes sont transportées électroniquement du vendeur au client, de celui-ci au vendeur, stockés, puis réexpédiées aux entreprises qui veulent bien les acheter. Les entreprises les stockent, envoient des publicités et le gaspillage continue..

Depuis cinq ans, la CE négocie avec les fournisseurs d'accès à l'Internet et les entreprises concernées pour les convaincre de réduire d'ici 2030 ce gêne et les gaspillages qu'il induit. Négocie à la vitesse d'escargot alors que la planète fonce vers la catastrophe. 2

Il serait grand-temps d’annuler le décret de 2002 qui impose l'affichage des demandes de « consentement » et, en même temps, d'empêcher les entreprises d'espionner les internautes qui consultent leurs sites !

Il faudrait renverser la vapeur et limiter la diffusion des publicités électroniques à ceux qui le demandent expréssement, de leur propore initiative.

Pas d'ici 2030 mais dès demain.

1 Article 5(3) of Directive 2002/58/CE du Parlement européen et du Conseil du 12 juillet 2002 concernant le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques (directive vie privée et communications électroniques), OJ L 201, 31.7.2002, p. 37.

2 En janvier 2017, la Commission européenne a proposé un règlement sur la vie privée et les communications électroniques afin de moderniser l'actuelle directive «vie privée et communications électroniques».

.............................................

Pour approfondir, voyez  SOMMAIRE: TOUT CE QUE VOUS NE VOULEZ PAS SAVOIR

En particulier :

A deux minutes de la guerre nucléaire?

https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/010318/deux-minutes-de-la-guerre-nucleaire

Santé : espérance de vie en bonne santé, elle baisse !https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/100713/esperance-de-vie-en-bonne-sante-elle-baisse

 Le libéralisme totalitaire et les super-mafias

https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/060119/le-liberalisme-totalitaire

Les francs-maçons arrêtés au milieu du gué

https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/311020/la-franc-maconnerie-gouverne-elle-le-monde

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine