Blog suivi par 5 abonnés

Le blog de robert cavaillès

À propos du blog
FRANCOIS HOLLANDE N'IMPULSERA PAS LE SMIC. Le résultat des élections ne changera rien aux politiques suivies. Les hommes au pouvoir refusent la remise en cause par les urnes. Ceux au pouvoir qui voient rouge quand un travailleur ose se plaindre et se mettent à genoux dès que le MEDEF se racle la gorge, continueront ainsi que feraient ceux qui guignent leur place. Non pas qu'ils ne fassent jamais le point, au contraire, mais leurs instruments de mesure ne se fixent pas sur les expressions populaires. Seule leur sert de sextant et de boussole la volonté de l'Europe. Le culte du marché leur tient lieu de religion. Ainsi en est-il, par définition, de tout régime autoritaire qui ne veut rien savoir ni des satisfactions, ni des colères, ni des besoins, ni des douleurs des peuples au nom desquels ils prétendent agir et n'ont d'autre souci que de tenir en main par terreur organisée et sécurité sourcilleuse la masse qui porte le chef sur son pavois. Quant aux élus qui les soutiennent et qui sont parfois tentés de broncher au bruit des obus électoraux qui sifflent à leurs oreilles, ils n'iront pas au delà des grognements pour la forme. Les conditions qui président à leur élection sous les spots des medias et des sondages, ne leur donnent aucune autonomie à l'égard du parti à qui ils doivent leur statut. ils sont les corps politiques du régime autoritaire avec le même souci que le chef, non pas le peuple, mais chacun son strapontin ! En masse, opposants compris qui pensent à la suite, ils voteront les mesures d'urgece superfétatoires sans contrôle serré ni limite réeelle ! Qu'importe s'ils n'ont en fait de suffrages que la portion congrue, ils ont la belle part en termes d'avantages, cela suffit. Ils ne réfléchiront pas sur l'abstention, ils n'y ajouteront pas la masse grandissante des non inscrits, même s'il s'agit essentiellement des jeunes et de notre avenir, ils ne considèreront pas les votes nuls ou blancs, ils se contenteront des pourcentages sur le petit reste de la démocratie anémiée. La presse aussi, "aveugle guidant les aveugles"! Et la révolution par les urnes ?