Pédocriminalité et inceste : vers la fin du silence

De plus en plus d’enquêtes et de films (documentaires et de fiction) sont réalisé.es sur ces sujets tabous : j’en propose ici une liste, après avoir constaté le manque d’études spécifiques et de données statistiques.

"L'Equipe", 29.01.2020. "L'Equipe", 29.01.2020.

Les victimes de pédocriminalité/pédophilie « seraient 3,5 millions dans l’Hexagone d’après les récentes estimations de Santé publique France, 4 millions selon les projections qu’il est possible d’établir à partir des dernières données de l’Ined », pouvait-on lire en 2018 dans Libération. Selon l’association Mémoire traumatique et victimologie (présidente Muriel Salmona), « on évalue que 130 000 filles et 35 000 garçons [mineur.e.s] subissent chaque année en France des viols ou des tentatives de viols ».

Il existe un consensus pour dire que « la grosse majorité des atteintes sexuelles dont les enfants sont victimes sont le fait de membres de leur famille ou de proches ». Il est d’ailleurs fréquent que les mêmes chiffres soient donnés pour les victimes de pédocriminalité et pour les victimes d’inceste : depuis un sondage Harris Interactive réalisé en 2015 pour l’Association Internationale des Victimes de l’Inceste (AIVI, présidente Isabelle Aubry), le chiffre de 4 millions de victimes de l’inceste est régulièrement cité (jusque-là, suite à un sondage IPSOS/AIVI réalisé en 2009, c’est le chiffre de 2 millions qui était avancé). S’il est avéré que 6% des Français.es sont des victimes d’inceste, alors cela signifie que, statistiquement, dans une classe d’une trentaine d’élèves, 2 d’entre eux.elles ont été ou vont être victimes d’inceste au cours de leur enfance ou de leur adolescence.

Extrait du documentaire de Sylvie Meyer, “Enfance volée, chronique d’un déni” (2019). © lcp

hist-pedophilie

Dans un récent entretien à Mediapart, l’historienne Anne-Claude Ambroise-Rendu nous invite à « affronter publiquement la question de l’inceste, pour la prendre à bras-le-corps, en faire une question politique, c’est-à-dire se demander comment la famille protège les rapports de domination entre les sexes et les générations, interroger la famille comme pivot de l’ordre sexuel et moral, et comme le lieu où tous les abus sont possibles, afin de réfléchir à ce que constitue fondamentalement le patriarcat ».

La sociologue Sylvie Cromer a remis en avril 2017 à la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes le rapport qu’elle a coordonné « sur les violences sexuelles à caractère incestueux sur mineur.e.s ». Elle considère que cette étude n’est qu’un « premier état des lieux » et, par ailleurs, que « la France a pris beaucoup de retard en matière de mesure des violences sexuelles » (Le Journal du CNRS, 12.05.2017).

Je n’ai pas trouvé de synthèse “de référence” et librement accessible en ligne sur l’état actuel du droit et des débats juridiques relatifs à la prohibition de l’inceste. A noter cette circulaire du ministère de la Justice (pdf téléchargeable ici), publiée suite à l’adoption de la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant, laquelle a réintroduit le terme « inceste » dans le Code pénal sans pour autant apporter de réels changements.

Dans "Grâce à Dieu", Swann Arlaud interprète le rôle de Pierre-Emmanuel, victime enfant d’abus sexuels : « Merci pour ta rage, pour ton espoir, ta force de vie, ta force de lutte. » © CANAL+ Cinéma

Je rassemble ci-dessous des enquêtes journalistiques, des films documentaires et des films de fiction traitant des questions de pédocriminalité/pédophilie et d’inceste. Les enquêtes et documentaires mentionné.es ont presque tou.te.s été réalisé.es en France. Je ne propose pas de bibliographie : quelques rares ouvrages sont mentionnés.

Malgré les grandes avancées de ces dernières années, il me semble que l’accès à ces enquêtes et à ces œuvres, et donc aux informations, aux témoignages et aux représentations qu’elles contiennent, reste encore malaisé.


Pédocriminalité

4 livres et films ont particulièrement marqué ces dernières années en France :

Bande-annonce du film d'Andréa Bescond et Eric Métayer, "Les Chatouilles", sorti en salles en novembre 2018. © UGC Distribution

Via Mediapart :

French actress Adèle Haenel accuses filmmaker of 'sexual harassment' when a minor. © Mediapart (4.11.2019)

2 documentaires récents et toujours en replay :

"Enfance abusée", film documentaire d'Eric Guéret diffusé dans "Infrarouge" (France 2) en novembre 2018. © Morgane Production

4 autres documentaires :

"M", de Yolande Zauberman, César 2020 du Meilleur documentaire. © ACID CinéIndépendant

 Dans l’église catholique :

Bande-annonce du film de François Ozon, "Grâce à Dieu", sorti en février 2019. © Mars Films

Dans le sport :

Visuel de l'affiche du film de Gregg Araki, sorti en 2004. © Mk2 Visuel de l'affiche du film de Gregg Araki, sorti en 2004. © Mk2

Inceste

Films documentaires :

 © Bérénice Médias Corp. et France Télévisions (2019) © Bérénice Médias Corp. et France Télévisions (2019)

Films de fiction :

Maayan Turjeman (Tami) et Yaël Abecassis (Shuli), dans “Loin de mon père”, de Keren Yedaya (2014). © Sophie Dulac Distribution Maayan Turjeman (Tami) et Yaël Abecassis (Shuli), dans “Loin de mon père”, de Keren Yedaya (2014). © Sophie Dulac Distribution

Proposition du CRIFIP :

Parmi les films signalés (ici) par cet organisme, il m’a semblé intéressant de mentionner aussi les films suivants (même si je ne les ai pas vus) :

  • Elle ne pleure pas, elle chante, Philippe de Pierpont (Belgique, 2011), adapté du roman éponyme d’Amélie Sarn (Albin Michel, 2002) ; adaptation BD par Eric Corbeyran et Thierry Murat (Delcourt, coll. "Mirages", 2004)
  • Precious, Lee Daniels (Etats-Unis, 2009)
  • Mon fils à moi, Martial Fougeron (France, 2007)
  • Savage Grace, Tom Kalin (Etats-Unis, 2007)
  • Geminis, Albertina Carri (Argentine, 2005)
  • The War Zone, Tim Roth (GB, 2000)
  • La Luna ; Innocents-The Dreamers et Moi et toi, Bernardo Bertolucci (Italie/France, 1979, 2003 et 2012)
  • L’inceste (My lover, my son), John Newland (Etats-Unis/France, 1970)
  • Sandra, Luchino Visconti (Italie, 1965)

 

Barbara interprète sa chanson "Nantes", le 25 octobre 1964. © INA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.