thomas roussot

Ecrivain, photographe, "journaliste citoyen".

Charenton-le-Pont - France

Sa biographie
Thomas Roussot a 43 ans, il a notamment publié une biographie consacrée à Bertand Cantat, une autre traitant de Friedrich Nietzsche, ainsi qu’un recueil cinéphilique chez l’Harmattan (Bertrand Cantat, entre éthique du dégagement et immanence du contrôle, 2011, Nietzsche, la déraison du vivant, 2014, Chroniques subjectives du cinéma contemporain, 2015). Il tient un blog, parages indociles, réalise des chroniques sur le site Sens Critique, et anime un espace consacré à son travail photographique. Il publie des articles traitant de l’actualité pour les sites de journalisme en ligne Agoravox et Mediapart. Il vient de publier son premier roman Le lob du Destin, aux éditions Salto.
Voir tous
  • L’oculométrie, la traque des regards (et du reste, mais pas que…).

    Par
    Le procédé optique en question permet de figurer la position d’un regard sur un écran grâce à un logiciel « espion ». Cela est rendu possible par la technique infrarouge qui illumine l’oeil détecté via des caméras, qu’elles soient intégrées à votre téléphone, à votre ordinateur, ou simplement positionnées à tel ou tel endroit stratégique.
  • ASMR, vers la relaxation post-sexe connectée.

    Par
    Un véritable phénomène de mode s’étale sur les plateformes de vidéos depuis quelques années déjà, mettant en scène le plus souvent de charmantes jeunes femmes utilisant leurs doigts à la façon de papillons fous, leurs bouches en usines à onomatopées, leurs ongles en grattoirs sensuels chargés de provoquer des stimulis inédits dans le cerveau, jusqu’à l’extase ultime.
  • Les pirates à l'honneur.

    Par
    Les pirates ne sont plus confinés dans l'underground mais invités par les institutions les plus officielles à décliner leurs compétences.
  • Les premiers singes clonés

    Par
    L'information s'est glissée dans un certain anonymat, et pourtant, il s'agit d'une révolution technique aux conséquences éthiques complexes.
  • ARES, le fichage des récalcitrants.

    Par
    En mai 2012, sur ordre étatique, la préfecture de police de Paris a lancé un fichier qui ne relève pas exactement du registre paroissial, joliment dénommé ARES (Automatisation du registre des entrées et des sorties des recours en matière de contravention). En quoi consiste ce fichage ? "Recueillir les identités des automobilistes contestant leurs contraventions pour accélérer les procédures"...