Yann Kindo
Enseignant en histoire géographie.
Abonné·e de Mediapart

199 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 déc. 2021

AntiOGM et antivax : même combat, mêmes combattants.

Yann Kindo
Enseignant en histoire géographie.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un des thèmes récurrents sur ce blog depuis son premier billet  en octobre 2010 a été de dénoncer la paranoïa anti-OGM comme étant le produit non pas d’une critique raisonnée du capitalisme mais plutôt d’un pur et simple obscurantisme anti-science. Avec l’idée que « Big Monsanto » est aux antiOGM ce que « Big Pharma » est aux antivax, et que les antiOGM sont à l’agronomie ce que les antivax sont à la santé publique : un danger qu’il faut combattre.

Et en 11 ans, on a pu en verser, des pièces à ce dossier, à de très nombreuses occasions. On ainsi pu évoquer plusieurs fois la figure de Michèle Rivasi, cette député EELV pousseuse de nombreux CRII – ces Comités de Recherche avant tout Indépendants de la science et qui pratiquent surtout  la désInformation -, qui navigue de la même manière dans les milieux antinucléaires, antiOGM, antiOndes et même antivax. On a pu à de nombreuses reprises évoquer les conférences communes données par des personnalités de la mouvance écolo anti-OGM avec  des figures de l’extrême-droite antivax, que ce soit Pierre Rabhi ou l’ex Criigen Christian Vélot.  On a ainsi multiplié les exemples concrets et surtout on a essayé au fil des billets de mettre à jour la cohérence idéologique derrière tout cela, à savoir ce subtil mélange de complotisme et de naturelisme qui dans les deux cas postule qu’ « on » nous ment, que l’industrie « chimique » manipule les scientifiques et les médias pour taire la vraie vérité,  qui est qu’on peut très bien se passer de toutes ces saloperies de synthèse qu’on sait pas ce qu’il y a dedans  parce qu’à tous les problèmes il existe des solutions « naturelles » qui marchent très bien (que ce soit le bio ou l’homéopathie, même si quand on réfléchit un quart de secondes on ne voit pas ce que ces deux derniers ont de « naturel »). On a fait ça depuis des années, sans trop parvenir à ouvrir les yeux de notre entourage qui versent plus ou moins dans ce genre de trucs. Par exemple, à ce jour, le NPA n’en a jamais démordu, et il reste aussi farouchement anti-OGM qu’il est antinucléaire – ce qui est un autre sujet, mais pas complètement différent non plus.

Et puis est venue la pandémie de Covid19, qui a agi comme un grand révélateur. Et l’on a pu voir le militant anti-OGM Pierre-Henri Gouyon signer en septembre 2020, à la veille de la très meurtrière deuxième vague, un texte rassuriste aux côtés de la mouvance Muchielli/Fouché qui allait ensuite prendre la tête du refus de la vaccination contre le virus (avec Florian Philippot et Francis Lalanne, évidemment). Pire, ou plutôt mieux encore : le Criigen s’est porté à la tête de la critique du vaccin à ARNmessager, et il l’a fait sur la base de sa propre culture anti-génie génétique, quitte à faire dans l’abjection en apportant sa caution au sabotage de l ‘effort vaccinal. Et l’on a vu ce Criigen s’effondrer quand il semblait être devenu trop difficile pour certains d’assumer ce positionnement antivax certes gênant, mais ô combien logique. C’est ce que j’ai essayé de rapporter dans les deux derniers billets  de ce blog, ici et ici.

Mais je ne pas fait ce nouveau billet que pour dire : « vous voyez, on vous l’avait bien dit » (même si…). Je voulais juste apporter  deux nouvelles pièces significatives au dossier, qui ont été ces derniers jours mises en lumière par Gil Rivière-Wekstein sur sa page Facebook Agriculture et Environnement.

La première est l’édition en langue anglaise du nouveau livre de Giles-Eric Séralini, le Monsieur du Criigen qui se prend en photo dans sa blouse blanche avec un pauvre rat difforme en main pour faire croire que les OGM et le glyphosate c’est dangereux, et puis après ça coûte des millions d’euros et des heures de travail inutiles à la collectivité pour confirmer qu’il racontait bien n’importe quoi. C’est donc un livre à propos des Monsanto Papers, cette affaire un peu moisie de pressions de Monsanto pour faire donner une bonne image de ses produits, qui est peut-être un peu intéressante sur ce que sont les pratiques de lobbying – tout comme l’est mon billet Le Monde selon le Criigen, en quelque sorte  -, mais qui, à l’instar des expériences de Séralini quand il maltraite des rongeurs ne nous apprend strictement rien sur les  qualité ou les défauts du Round Up ou de tel ou tel OGM.

 Le coauteur du livre est Jérôme Douzelet, un chef-cuisinier qui fait de la cuisine biologique et évidemment naturelle, sans se rendre compte du caractère totalement oxymorique de la chose. Si c’est cuisiné, ce n’est plus naturel, par définition, car la nature, voyez-vous,malgré sa grande bonté, ne nous propose pas tels quels du bœuf bourguignon ou du haggis vegan. A partir du moment où tu cuisines, tu transformes, tu mélanges, bref tu fais de la chimie -  « oh non, pas ça ! Pas de la chimie !!!». Evanouissements chez les adeptes de la cuisine naturelle. Il se trouve que comme son ami Gilles-Eric Séralini, Jérôme Douzelet fait dans la « détoxification », ce créneau à la mode qui n’a pas plus de sens que la « cuisine naturelle » mais qui permet de vendre aux  gogos plein de produits qui au mieux ne servent à rien.  Tiens, d’ailleurs, on peut préciser à ce sujet que Jérôme Douzelet siège (ou a siégé) au Conseil d’Administration de Biocoop, comme il est indiqué dans mon billet précédent Le Monde selon le Criigen (je sais pas si je vous en ai déjà parlé, de ce billet ?)

Jetons donc un œil à l’édition américaine du livre des deux compères, et voyons qui est venu leur apporter son soutien et signaler ainsi une proximité idéologique via une préface ou une postface. Nous avons donc une première préface de l’illuminée Vandana Shiva, à qui nous avons déjà consacré deux  billets de ce blog, ici et ici.  Classique.  Mais celle-ci est renforcée d’une autre préface, par Michaël L. Baum, un membre actif de l’Eglise de Scientologie - entre cultes qui se donnent des airs de science, il faut se serrer les coudes -, et surtout d’une postface de Robert Jr Kennedy. Qui est ce Monsieur tellement important que l’éditeur a mis en gros sur la couverture du livre un petit éloge où il qualifie Gilles-Eric Séralini de « toxicologue héroïque » ?  Un avocat anti-Monsanto (il paraît que ça rapporte…), mais aussi un militant antivax de tout premier plan, à l’origine d’une bonne part de la désinformation qui a circulé au sujet de la vaccination aux Etats-Unis (dixit Wikipédia). On est donc bien là entre gens du même monde, qui ont fait le même genre de sale boulot, et à propos des OGM et à propos de la vaccination.

Le deuxième élément nouveau et très éclairant dans cette histoire de liaisons entre les mouvances anti-OGM et antivax est ce communiqué des Faucheurs Volontaires du Rhône et de la Loire :

Fort logiquement, ces Faucheurs sont opposés au Pass sanitaire, c'est dans l'ordre des choses :  il y a bien longtemps qu’on a compris que le respect d’autrui, c’est pas leur truc. Mais, comme l’immense majorité des gens qui se disent antipass, ils sont en fait fondamentalement antivax, et ils soulignent eux-mêmes la parfaite cohérence qu’il y a entre leurs divers positionnements :

« les vaccins exigés pour son obtention sont des produits génétiquement modifiés, classés OGM par la législation européenne. Qu’ils soient à ARN messager ou à ADN (ces derniers étant appelés médiatiquement à vecteur viral) ce sont des constructions génétiques artificielles. La cohérence s’impose aux FV, pas d’OGM dans les champs, pas d’OGM dans nos assiettes et pas de vaccins GM injectés dans nos corps. C’est une position collective de principe. »

Ces Faucheurs de Science  ont  entièrement raison, et on peut souligner leur honnêteté : que ce soit en matière d’agriculture ou de vaccination, ils n’en ont rien à foutre la balance bénéfices/risques réellement existante, tout cela n’est qu’une question de « principes » fondée sur la religion du naturel qui refuse l’ « artificiel ». On grenouille bien dans le même bénitier, qu’on soit anti-OGM ou antivax, ou, quand on est cohérent, les deux en même temps.

CQFD, une fois de plus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart