YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

657 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 déc. 2021

Madres Paralelas & Nuestras Madres

Le film d’Almodovar nous emmène dans plusieurs histoires parallèles : celles de deux femmes, de leurs enfants nées le même jour, et des victimes du franquisme. Celui de César Diaz nous plongeait dans le monde des femmes veuves de la guerre civile au Guatemala. Dans les deux cas, recherche éperdue des êtres aimés et fouille des sépultures pour retrouver des traces du passé et ne pas oublier.

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Madres Paralelas

Ce film de Pedro Aldomovar, qui sort en salle aujourd'hui, a failli emporter le Lion d’or à la Monstra de Venise : ce ne fut pas le cas mais Penélope Cruz obtint le prix de la meilleure interprétation. Il est vrai que l’actrice fétiche d’Aldomovar joue magnifiquement aux côtés d’une jeune actrice Milena Smit. Les deux femmes, Janis, folle de joie, et Ana, accablée, seules, sans conjoint, l’une jeune, l’autre moins, ont accouché le même jour dans une même clinique de deux filles : Anita et Cécilia. De ce moment partagé, découlera une faille dans le destin de chacune et de leur enfant, mais aussi un lien indéfectible.

Ana et Janis

On est loin des scénarios romanesques cherchant à faire pleurer Margot sur des destins perturbés par le hasard ou de la comédie de mœurs, que proposait par exemple La vie est un long fleuve tranquille, avec inversion des enfants. Almodovar ne nous emmène pas seulement dans les histoires parallèles de deux contemporaines, Janis et Ana, mais aussi dans les histoires des générations précédentes. Et donc, ce qu’il n’avait pas fait jusqu’alors, à convoquer la guerre d’Espagne, les morts du franquisme et les fosses communes. Coup de patte à l’occasion à l’endroit de Mariano Rajoy (président du gouvernement espagnol de 2011 à 2018) qui s’est vanté de n’accorder que « zéro budget pour la mémoire historique ».

Janis, qui porte ce prénom en hommage à Janis Joplin, selon le vœu de sa mère morte à 27 ans d’une overdose (comme son héroïne), est photographe, comme son arrière-grand-père, mais en galère, condamnée à shooter des chaussures ou des bijoux. Ana est fille de bonne famille : sa mère, Teresa (Aitana Sànchez-Gijon), actrice, qui a divorcé sur intervention expresse de la Rota du Vatican, se plaint de ne jouer que des rôles de bourge, alors qu’« au cinéma, ils sont tous à gauche ». Ana a été violée mais son père a refusé qu’elle porte plainte, par crainte du scandale. Mémoire enfouie mais nullement oubliée, bien au contraire, la souffrance sourde sans pouvoir s’exprimer : Janis, plus « politique », plus soucieuse de prévenir la récidive, s’en offusque, car les violeurs risquent de recommencer. Quand Ana apprend la mort subite d’un nourrisson, fataliste, elle dit qu’il a « oublié de respirer ». Disparition sans bruit. Et Janis n’est pas exempte de silence, de mystère, d’information de taille qu’elle dissimule.  

Test infaillible des temps modernes, l’ADN doit dire la vérité et départager à 99,99999 % de taux de fiabilité. De même que l’ouverture d’une fosse devrait dire avec précision qui y est enterré, grâce à des indices dont l’inventaire à la Prévert relève autant de la banalité que de l’invraisemblance : une alliance, un hochet, un œil de verre.

Ces hommes, dont l’arrière-grand-père photographe, exécutés, arrêtés par des phalangistes, ont été attachés avec du fil de fer barbelé. Et c’est l’ancien amant de Janis, Arturo (Israel Elejalde), archéologue, qui a le pouvoir de procéder à la fouille des fosses des victimes du franquisme. On estime à 100 000 corps encore enfouis dans des fosses en Espagne. Il faudrait les inhumer dignement. La dignité est due en parallèle, tant aux vivants qu’aux morts, car il ne faut pas oublier : à la grande surprise de Janis, Ana ne savait rien du passé de l’Espagne, les massacres perpétrés par les franquistes, on ne lui en a jamais parlé.

Les actrices ont un jeu admirable, elles sont émouvantes, attachantes, apparaissant sous plusieurs registres, en particulier Milena Smit, passant d’une attitude très classique à une allure très moderne. L’histoire nous tient en haleine tout au long du film, entre drames et moments d’humour. Film que je recommande.

. Madres Paralelas a été projeté en avant-première le 14 novembre à Ciné 32 à Auch (Gers).

Madres Paralelas - Bande-Annonce Officielle HD © Pathe

Nuestras Madres 

Le film d’Almodovar résonne étrangement, jusqu’au titre, avec celui de César Diaz, Nuestras Madres, qui nous plonge dans le drame qu’a été la guerre civile au Guatemala de 1960 à 1996 : 200 000 morts et 50 000 disparus. Tragédie dont on a peu parlé car les victimes n’étaient « que » des Indiens. Ernesto, jeune anthropologue, travaillant à l’Institut national médico-légal, chargé d’identifier des disparus, participe à des fouilles sur un massacre qui a eu lieu en 1982.

C’est ainsi que dès les premières images, on assiste à la reconstitution d’un corps à partir des ossements mettant en évidence une balle dans le crâne. Des petits cercueils sont remis aux familles, avec quelques restes d’un squelette. Des femmes suivent les recherches dans l’espoir de pouvoir offrir une sépulture à un être cher. Elles témoignent que l’armée leur demandait de danser sur la terre dans laquelle leurs maris avaient été ensevelis après exécution. Beaucoup étaient violées par la soldatesque.

On perçoit que l’engagement d’Ernesto dans ce travail relève d’une quête personnelle. Son père, ancien guérillero, a disparu jadis dans la région où il fouille et espère le retrouver. Sa mère, Cristina, ne veut rien dire de ce passé tellement douloureux : « Les morts sont morts même si on ignore où ils sont ». Elle ne veut plus entendre parler de ces exhumations. On comprendra plus tard pourquoi elle veut faire silence au point qu’elle a dit à son fils : « tu me demandes ce que je ne dirais même pas sous la torture ».

César Diaz a expliqué dans des interviews qu’Ernesto, découvrant la vérité et étant de ce fait enfin apaisé, symbolise la catharsis à laquelle le Guatemala pourrait procéder. On en est encore loin car si des veuves jouent leur propre rôle dans le film, le pays n’est pas prêt à solder ces temps funestes. Les coupables ont bénéficié d’amnisties et le réalisateur a dû tourner discrètement.

Film émouvant que j'ai suivi tout le long le cœur battant, face à tant de souffrances, à tant d'impunité, mais aussi parce qu'un mystère plane sur ce qu'Ernesto va découvrir. A voir absolument.

. ce film, dont la sortie a été retardée à cause du confinement, n'a débuté sa carrière qu'en juin 2020. Il a obtenu la Caméra d’Or au Festival de Cannes 2019. Vu au Festival Indépendance(s)&Création de Ciné 32 à Auch (Gers) en octobre 2019.

[sur ma page Facebook le 21 juin 2020]

NUESTRAS MADRES trailer | bande annonce © CINEMIEN be

Billet n° 647

Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Parcours et démarche : ici et "Chroniqueur militant". Et bilan au n° 600.

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr ; Lien avec ma page Facebook ; Tweeter : @YvesFaucoup

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau