YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

689 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 mai 2022

Chroniques en vrac

Chroniques diverses qui vont de la rémunération exorbitante de certains avocats aux hypocrites soutiens à DSK, en passant par la péroraison du tyran du Kremlin et l’union de la gauche, commentée dans les médias pour ses tractations, bien moins pour son programme social.

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voile levé sur un sujet tabou

[Photo YF]

Rafaële Rivais, qui tient une chronique juridique dans Le Monde, rendait compte samedi d’un jugement rendu le 16 mars par la Cour de cassation. Un avocat, pour assurer la défense d’un enfant victime d’un accident de voiture, avait exigé, sans accord du juge des tutelles, que la mère lui verse 1000 € et 20 % des dommages et intérêts à venir (alors que la règle est 10 %). L’assureur MMA accepte une transaction à 1,2 million d’euros, à laquelle s’ajoute une rente viagère pour emploi d’une tierce personne  de 2462 € par mois [versée selon mes calculs sur 49 ans]. Totalisant les sommes, l’avocat réclame donc : 533 489 euros, pour un dossier qui « ne présente pas de difficulté juridique » ! L’ordre des avocats, saisi par la mère, exige de ramener cette somme à 72 000 € [tout de même] et condamne l’avocat à deux ans d’interdiction d’exercice. La Cour de cassation vient donc de confirmer la décision de la Cour d’appel qui avait encore baissé la rémunération à 19 200 €, avait également confirmé l’interdiction d’exercice  et avait assorti sa décision de ce commentaire : l’avocat a « manqué aux règles de probité, d’humanité, d’honneur, de délicatesse, de modération et de désintéressement constituant les valeurs du serment de l’avocat ».

On pourrait s’insurger contre les délais : la mère a lancé l’affaire en 2007 soit il y a 15 ans ! Mais les délais de la justice, on connaît. Ce que l’on sait moins, sujet tabou, c’est le mode de rémunération des avocats. Ce genre d’affaire permet de lever le voile sur ce secret bien gardé. 10 % d’honoraires sur les dommages-intérêts serait la règle ? Ainsi, cet avocat un peu moins gourmand, en toute légalité aurait pu exiger près de 266 000 euros pour un dossier relativement simple ? Ramené à 72 000 euros, est-ce décent ? Et même à 19 200 euros, est-ce que cela reste conforme « aux règles de probité, d’humanité, d’honneur, de délicatesse, de modération et de désintéressement » ?

[15 mai]

Les hypocrites donneurs de leçons

[capture d'écran]

Vu ce soir, un court instant, une émission de TMC sur l’affaire DSK (arrêté à New-York il y a tout juste 11 ans). C’est cocasse de revoir tous ces hypocrites offusqués à l’époque qu’on puisse s’en prendre ainsi à un homme qui, patron du FMI, s’apprête à être candidat à la présidentielle en France. François Hollande, Ségolène Royal, Jean-Marie Le Guen, Pierre Moscovici, Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadelis, BHL, Jean-François Kahn (qui parlera d’un simple « troussage de domestique »), Michèle Sabban (cadre du Parti socialiste) : tous disent être choqués, attestant de l’honorabilité de Dominique Strauss-Kahn. Hypocrites car ils et elles savaient tous qu’il était capable de harcèlement sexuel. En 2009, bien qu’éloigné de ce microcosme, j’avais rencontré lors d’un voyage à l’étranger deux femmes (dont une ancienne députée européenne) qui ne se connaissaient pas et qui avaient témoigné en ma présence du comportement sexuel agressif de cet homme politique. Selon elles, c’était un secret de polichinelle : toutes deux avaient été mises en garde si elles devaient se trouver en sa présence, même en public.

Tous ces personnages, qui ne pouvaient pas prétendre tomber des nues, auraient dû disparaître de la scène politique après cette affaire. Mais ils ont continué à se faire mousser et à donner des leçons tous azimuts. Le journaliste Jean Quatremer avait révélé publiquement (sur son blog) le fait que ce comportement, plus ou moins toléré en France à l’époque, lui serait un jour fatal aux USA : en France, aucun journaliste n’avait réagi sinon pour lui reprocher de rapporter des ragots (Marianne), mais la presse du monde entier s’en était fait l’écho. Stéphane Guillon avait fait un sketch terrible sur France inter en 2009 sur les frasques de DSK [et de PPDA, déjà] ce qui provoquera son éviction de la radio. Quand l’affaire éclate, deux femmes politiques ont une réaction correcte déclarant que l’on doit entendre la souffrance de la victime : Clémentine Autain et Cécile Duflot. Ce serait si reposant si tous ces gens cités plus haut (plus particulièrement Valls, Le Guen, Moscovici et Cambadelis, des très proches de DSK), totalement déconsidérés dans cette affaire, se taisaient, enfin.

[11 mai]

La péroraison du tyran

[capture d'écran]

Lundi 9 mai, je me suis coltiné le discours de 11 minutes de Vladimir Poutine prononcé sur la Place Rouge lors du défilé du 9 mai à Moscou (sur BFM). Les commentateurs ont dit qu’il n’avait rien annoncé de nouveau, qu’il n’avait pas parlé de ʺguerreʺ, mais simplement justifié son "opération spéciale" en Ukraine, sans que l’on sache si c’est parce qu’il y a des nazis à la tête du pays ou parce que l’Occident se servirait de ce pays, jamais nommé, pour agresser la Russie. Il a déroulé sa propagande habituelle qui fait les choux gras de quelques Poutiniens complotistes patentés sur les réseaux sociaux de chez nous. Pour ma part, j’ai été étonné de l’indigence de ce discours : non seulement il n’a pas dit grand-chose sur la victoire contre l’Allemagne hitlérienne, mais encore le propos était décousu, sautant du coq à l’âne, mal construit, jusqu’à donner l’impression que ses feuilles s’étaient mélangées, d’autant plus qu’on le voyait tourner sans cesse les pages d’un cahier, revenir en arrière, hésiter.

Franchement, le discours prononcé la veille par Volodymyr Zelensky, dans les ruines de Borodienka, c’était d’une autre teneur [texte en français : https://bit.ly/3M3mPyP].

[capture d'écran]

[11 mai]

Excitation autour de l’union de la gauche

Dominique Reynié [capture d'écran]

Quelle ambiance : beaucoup à gauche ne rêvait que d’une chose, une alliance à gauche aux élections. Raté pour la présidentielle, voilà que ça pourrait se faire pour les législatives. Mais quel tohu-bohu ! D’un côté des qui sont prêts à tout brader pour un plat de lentilles, de l’autre des hargneux qui déversent leur rancœur, leurs règlements de comptes, parfois révélant leur vrai visage. Certes, la France Insoumise revendique son leadership (ce qu’aurait fait tout autre parti), mais que de haine déversée. Ce qui est plaisant c’est de voir la droite dure et l’extrême droite s’agiter comme un cabri, ainsi que les Naulleau, Enthoven, autres Goldnadel. Après, il y a des choses qui nous échappent : quand on entend la colère de François Gemenne, qui a été conseiller de Jadot, et qui est un universitaire spécialiste d’environnement et défenseur assidu des migrants, s’étrangler d’indignation dans l’émission de C ce soir [2 mai] à l’encontre de LFI parce qu’il aurait été insulté sur les réseaux sociaux par des militants qui non seulement l’accusent « d’être vendu à Macron » mais aussi « d’être Belge », là on se dit que le débat public prend une sacrée tournure. Devant ces attaques en règle de Gemenne contre Jean-Luc Mélenchon et Sandrine Rousseau, au cours de cette émission, Aurélie Trouvé, présidente du Parlement populaire, reste zen.

Catherine Nay [capture d'écran]

Le lendemain (3 mai), dans cette même émission (en général, plutôt de qualité), voilà qu’un aéropage de droite, avant de causer de la droite, est longuement interrogé sur ce qui se passe à gauche ! On avait un politologue, évidemment neutre, Dominique Reynié, de Sciences Po qui donnait son avis averti (sans qu’on nous précise qu’il a été tête de liste sarkozyste aux régionales en Occitanie en 2015), Catherine Nay, toujours prolixe sur la petite cuisine politicienne, lâchant ses semi-scoops des dîners en ville, chroniqueuse d’Europe 1 (mais on s’est bien gardé de dire qu’elle pond aussi pour le magazine d’extrême droite Valeurs actuelles) ; une députée LREM, Laurianne Rossi, critique bien sûr envers les Insoumis ; Franck Louvrier, un proche de Sarko, tout en rondeur, pro-Macron, recevant du « Franck » de la part de Catherine, ânonnant réforme des retraites et « soutien à une écologie de croissance » ! Rien ou presque sur l’Ukraine.

Dominique Reynié [au centre], candidat de LR à la Région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon, future Occitanie, au débat organisé à Toulouse par la Jeune Chambre Économique et Objectif News en novembre 2015 [Photo YF]

Le Canard enchaîné, qui n’est jamais tendre avec Mélenchon, lui taille un costard dans le n° daté du 11 mai, dans l’article éditorial de première page, étrangement avec des arguments centrés sur les tractations. Mais rien sur le fond.

D’ailleurs, c’est ce que l’on retient des commentaires actuels : rien sur le programme social de la LFI, ou des autres. On cause nucléaire et Europe, certes. Mais rien sur salaire minimum, minima sociaux, pensions de retraite, âge de départ (ou si peu), indemnités de chômage, intermittents... Sur les réseaux sociaux, des commentaires saignants sur la LFI et l’international : pas vraiment sur le non-alignement, mais sur le soutien à Poutine. Critique fondée : l’approbation de JLM à l’égard du despote de Moscou qui a bombardé les résistants à Bachar Al Assad, les populations civiles et les hôpitaux syriens est évidemment inadmissible. Au sein de LFI, beaucoup n’approuvent pas cette position qui fait que des combattants sérieux, sincères, actifs, des droits humains, sont sans concession envers ce parti. Mais les officiels qui tentent de l’attaquer sur ce terrain veillent bien à ne pas rappeler ce qu’ils ont fait eux-mêmes. Quelles mesures ont-ils prises, où sont leurs appels à manifester contre les bouchers du Kremlin et de Damas ?

Enfin, dernière remarque : on a appris que Valérie Rabaut, députée PS, a été contactée pour être première ministre et qu’elle a refusé. D’après les gazettes, elle aurait déclaré : « Ils feront la retraite à 65 ans, c’est contraire à mes convictions », « Je suis élue d’une circonscription rurale, quand je vois les petites retraites des agriculteurs, je ne peux pas défendre un tel texte. » Ayant plutôt une bonne opinion de cette élue, j’ose espérer qu’elle en a dit davantage car estimer que ce qui est contestable dans le programme d’Emmanuel Macron c’est (seulement) la retraite à 65 ans, c’est un peu court. Le PS propose 62 ans, un moyen terme serait alors possible puisque Catherine Nay, dans l’émission citée plus haut, disait que Macron serait prêt à descendre à 63 ans et demi !

[4 mai]

Ces chroniques sont parues sur mon compte Facebook, dans une version quasiment identique, aux dates indiquées entre crochets.

. Musée des Confluences à Lyon : Une certaine image de l'"Indien d'Amérique" [Ph. YF]

Billet n° 678

Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Parcours et démarche : ici et "Chroniqueur militant". Et bilan au n° 600.

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr ; Lien avec ma page Facebook ; Tweeter : @YvesFaucoup

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch