Ce que Médiapart ne montrera jamais

Acte 7. La rengaine de l’essoufflement de la mobilisation sans cesse matraqué par les grands médias commence à s’user. Si de leur point de vue, il s’agit de pointer de manière continue l’acte final du mouvement des Gilets jaunes, force est de constater que la mobilisation continue envers et contre tout.

acte7

Acte 7 - Ce que les médias ne montreront pas : le tour de France de la mobilisation des Gilets jaunes  

par Damien Bernard

Acte 7. La rengaine de l’essoufflement de la mobilisation sans cesse matraqué par les grands médias commence à s’user. Si de leur point de vue, il s’agit de pointer de manière continue l’acte final du mouvement des Gilets jaunes, force est de constater que la mobilisation continue envers et contre tout. L’entreprise pour décrédibiliser le mouvement ne fonctionne pas. Résultat : les Gilets jaunes ont fait de la dénonciation du traitement médiatique de la mobilisation le point d’orgue de l’acte VII. Ce que les médias ne montreront pas le tour de France de la mobilisation des Gilets jaunes.

A Rouen, plus de 2 800 personnes ont manifesté selon le relevé des Gilets jaunes, malgré la répression et un dispositif policier impressionnant. Tir de flashball, matraques, la BAC a été particulièrement virulente comme en témoigne ce journaliste d’actu 76 visé à la tête par un flashball puis matraqué.

© jb__morel

A Caen, plus de 1 000 personnes ont manifesté pour l’acte VII. Aux alentours de 10h30, comme l’explique France 3 Région, « à mesure qu’elle déambulait dans le centre de Caen, la manifestation s’est étoffée, pour atteindre un millier de personnes. »

© mgasmiaramzi

En Bretagne, la mobilisation était aussi particulièrement importante. A Brest, comme l’explique le journal Télégramme, près de « 750 gilets jaunes, de Brest, mais aussi d’ailleurs se sont rassemblés place de Strasbourg à Brest vers 13 h 30, samedi 29 décembre. Les manifestants ont pris la direction de la zone commerciale et veulent bloquer, brièvement à chaque fois, les enseignes du groupe Mulliez, comme par exemple Kiabi ou Norauto et, pour commencer, Saint-Maclou . »

Dans le nord de la France, à Amiens, la préfecture a décidé d’interdire tous les rassemblements et déploie une répression importante pour la capitale de Picardie. Le préfet de la somme a pris un arrêté particulièrement dure afin d’empêcher tout type de rassemblement entre le 28 décembre et le 2 janvier. Une dizaine de personnes ayant pris part au mouvement des gilets jaunes ont été interpellées ce samedi matin. Chez les Gilets jaunes, la détermination était pourtant de mise pour manifester en nombre.

A Lille, la détermination était bien présente. Ce sont près de 1500 manifestants qui ont défilé dans cet entre-deux fêtes. La déambulation était improvisée avec l’objectif d’aller rencontrer les quartiers populaires.

A Marseille, ce sont plus de 2 000 Gilets jaunes qui ont manifesté. Les Gilets jaunes rassemblés au pied de l’Arc de Triomphe de la Porte d’Aix arborent une banderole "La France n’est pas à vendre". Comme l’explique La Provence, « ils sont près de 2 000 à avoir répondu à l’appel ce samedi matin, Porte d’Aix à Marseille. Pour cet ultime week-end de l’année 2018, les gilets jaunes de Provence ont souhaité montrer leur unité, en organisant un grand rassemblement pacifique suivi d’une déambulation dans toute la ville. » Il ne serait que 150 manifestants selon BFM-TV…

capture-du-2018-12-30-09-02-52

A Narbonne, la mobilisation a été massive. Selon le journal L’indépendant : « Partis de l’Espace de liberté peu après 14 heures, entre 1000 et 1500 hommes, femmes et enfants vêtus du célèbre gilet jaune ont entamé un tour de ville qui devrait les mener, après un passage devant l’hôpital, sur le boulevard Gambetta et ses lieux symboliques : la sous-préfecture, le commissariat et le Palais de Justice. »

capture-du-2018-12-30-09-04-28

A Tarbes, « impressionnant, un millier de #GiletsJaunes à Tarbes pour l’#Acte7. »

A Lyon, selon Rebellyon, « les petits groupes éparpillés se retrouvent enfin ! Près de 500 personnes arrivent à Confluence », avant qu’un autre groupe de plus de 1000 les rejoigne selon un lecteur.

lyon

La répression a été brutale continue le journal : « A 18h, selon la préfecture, 18 personnes interpellées et en garde à vue depuis le début de la journée à Lyon ». Tandis que les armes de guerre étaient de sortie : « Quand l’exception devient la règle, le Penn-Arms PGL65-40 (ou Lanceur de balles de "défense"-nouvelle génération-ou Flash Ball) est de sortie. Lyon zone de guerre ? »

A Saint-Etienne, les Gilets jaunes étaient un bon millier, selon un lecteur : "dans une ambiance chaud bouillante et solidaire". A Valence, ils étaient environ 1500 Gilets jaunes. A Nevers, les Gilets jaunes étaient environ 600 personnes.

A Montpellier, plus de 1000 Gilet jaunes ont manifesté. Les barricades étaient cette fois de sortie. Tandis que « plusieurs centaines de gilets jaunes ont investi la gare, et certains d’entre eux se sont même installés sur les voies empêchant ainsi tous trains de partir, d’arriver et de passer en gare de Montpellier. » comme l’affirme France 3 Région.

Dans le sud-ouest, des mobilisations ont eu lieu à Bordeaux, dans le Béarn, à Dax, à La Rochelle, En Dordogne, à Mont-de-Marsan.

A Bordeaux, la mobilisation se maintient toujours, avec près de 5 000 Gilets jaunes. Le 29 décembre, encore une fois, les Gilets Jaunes sont au rendez-vous pour l’Acte VII. A Bordeaux, le dispositif policier est particulièrement impressionnant, comme dans beaucoup de villes (Paris, Toulouse...), avec un hélicoptère, des brigades de CRS et la BAC qui créent des barrages et tentent de "nasser" dans les ruelles : une répression énorme et très violente depuis plusieurs semaines qui ne décourage pas les gilets jaunes, toujours au rendez-vous.

A Pau, ce samedi matin, les gilets jaunes étaient environ 500 à s’être réunis sur la place Verdun à Pau pour l’acte VII de leur mouvement. A la Rochelle, selon Sud-Ouest, « le cortège est passé sur le Vieux-Port de La Rochelle à grands renforts de cornes de brume, sirènes, fumigènes et slogans hostiles au Président de la République, avant de chercher à atteindre la préfecture ».

 

Médiapart  : «Gilets jaunes»: la mobilisation baisse en France, devient anecdotique à Paris - 29 décembre 2018 Par Mathilde Goanec reprend une nouvelle fois les éléments de langage des grands médias, voilà où en est une presse qui se prétend libre et indépendante dans le monde de Macron.

Quand tout remonte à la surface

Serge Halimi - Monde Diplomatique : "Et les médias ont cessé de persifler un pouvoir aux abois. Un économiste et un politologue bien introduits les avaient prévenus : « Les journalistes doivent se rappeler qu’ils ne sont pas de simples observateurs mais qu’ils font partie des élites dont le rôle est aussi de préserver le pays du chaos (5).  » Message reçu par l’éditorialiste du Figaro après le discours du président de la République : « Pour l’heure, il faut reconnaître à l’exécutif le mérite d’avoir préservé l’essentiel. (…) Les mesures fiscales en faveur de l’investissement (suppression partielle de l’ISF, flat tax sur l’épargne…) sont maintenues, ainsi que les baisses de charges et d’impôts pesant sur les entreprises. Pourvu que cela dure (6)  ! » "

L'indignation des abonné(e)s de Médiapart ( extrait des commentaires les plus recommandés) :

XipeTotec : "Non seulement il n'y a pas de baisse de la mobilisation, mais je pense qu'il n'y a jamais eu une telle mobilisation populaire pendant les fêtes de Noël dans toute l'histoire du pays. C'est ça l'angle d'attaque que prendrait un bon journaliste."

René DATRY "J'y étais.Cela fait 30 ans que je fais des manifs..je le redis sincèrement et sans chercher à gonfler ce mouvement .On était pas loin de 1200 personnes ! Cette journaliste est une HONTE pour Médiapart ..Elle doit faire ses articles en regardant BFMTV !! cet article devrait être annulé Mr Plenel ,vu ce mensonge ignoble !!"

Pierre HAFFNER  "Ils se font gazer, arroser au canon à eau, charger, matraquer, tiré comme des lapins au flashball, bombarder avec des grenades de sésencerclement, et les titres disent qu'ils faiblissent. Je pense que la presse aurait du faire ses titres sur la répression."

saccadi "Les Gilets Jaunes ne doivent rien à BFMTV - mais tout aux réseaux sociaux et à...Macron, qui, occupé à jouer des divisions de ses oppositions, a réussi malgré lui à fédérer tout le monde contre lui."

Pascal Levoyer "Concernant les gilets jaunes, il semble assez évident que l’information essentielle de ce samedi 29 décembre ne concerne pas la baisse de la mobilisation (appréciée comme toujours selon des chiffres invérifiables), mais bien plutôt le fait (têtu) qu’elle se poursuit. C’est cela qui est inédit et qui mérite d’abord d’être enregistré. Il y a donc quelque chose d’enfantin, et par conséquent d’un peu étrange, dans cette ritournelle (« ça baisse… ça baisse… ») que nous fredonnent chaque samedi le pouvoir et ses médias ; comme s’il s’agissait pour eux de se rassurer dans le noir où ils se trouvent être plongés."

JLMFI "Bon il est vrai que LAREM et la vérité....ça fait au moins deux et le problème c'est que ça se voit et que le Peuple en a ras la casquette. "

Gabas "@Lancetre Fake News, pas joli-joli !"

On lache rien (Hommage aux Gilets Jaunes) © Arny Ryan

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.