Pascal Levoyer

Professeur agrégé de philosophie.

Son blog
15 abonnés Le blog de Pascal Levoyer
Voir tous
  • L’abstention est-elle une idiotie ?

    Par
    L’abstention est politiquement peu recommandable.Elle signe une indifférence coupable et même bien pire lorsqu’elle paraît pouvoir profiter à l’adversaire. Mais en quel sens serait-elle alors une simple idiotie ?
  • Une indécision très politique.

    Par
    Voter est un acte politique. Ce n’est pas le seul, il y en a d’autres, et il n’est sans doute pas toujours le plus nécessaire puisque l’abstention peut aussi en être un dès lors qu’elle relève d’une décision. Cela doit être rappelé. Mais le point important c’est qu’il n’y a pas de politique sans décision. L’indécision pressentie de nombreux électeurs est-elle alors le signe d'une crise politique?
  • Rétention des notes de l’épreuve de philosophie.

    Par
    Réunis en assemblée générale à l’occasion de leurs réunions d’harmonisation 150 correcteurs de l’épreuve de philosophie au baccalauréat des académies de Paris, de Créteil et de Versailles, se sont prononcés en faveur d’une action de rétention des notes. Ils appellent par ailleurs à un rassemblement devant le ministère de l’Éducation nationale, jeudi à 13h30, afin de remettre une pétition.
  • Daesh, no pasaran !

    Par
    Les Kurdes de Syrie laissés seuls dans la lutte contre Daesh © Pascal Levoyer Les Kurdes de Syrie laissés seuls dans la lutte contre Daesh © Pascal Levoyer
    Plusieurs milliers de manifestants à Paris ce samedi 11 octobre, et plusieurs milliers d'autres dans toute la France, à l'appel de très nombreuses organisations politiques et associations, venus soutenir les combattants kurdes de Syrie dans leur lutte contre Daesh, c'est-à-dire non pas contre l'Islam, mais contre le fascisme. Quelques images.Les Kurdes de Syrie laissés seuls dans la lutte contre Daesh..
  • Pour Kobané

    Par
    Chaque jour les images que nous recevons de Kobané — toujours prises à distance, depuis la frontière turque — nous offrent le spectacle de l’histoire. Spectacle triste et affligeant de la violence et du malheur. Spectacle insupportable de ce qui semble relever de l’inévitable caducité des volontés et actions humaines, et que vient ratifier notre nihilisme contemporain. Nous nous disons donc que nous ne pouvons rien y faire, et même que nous n’avons plus rien à en dire.