Blog suivi par 2 abonnés

Quindi...

  • Relations Chine-UE: vers la construction d'un système multipolaire

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    Au fur et à mesure que l’UE et la RPC deviennent des acteurs incontournables du système international, d’abord en matière économique, financière et monétaire, et progressivement en matière de politique étrangère et de défense dans leurs zones d’influence respectives, leurs intérêts convergent.
  • MoDem: La Campagne électorale permanente (2): rétablir le lien avec l’électorat et utiliser l’effet de levier des alliances

    Par | 4 recommandés
  • MoDem: La Campagne électorale permanente et la maîtrise des cycles électoraux

    Par | 5 recommandés
  • La prochaine étape pour la puissance européenne: la création d'une architecture modulable de sécurité, une Eurozone de Défense

    Par | 2 commentaires | 1 recommandé
    Près de soixante ans après l'échec du projet de Communauté Européenne de Défense (CED), et à la veille du sommet de Strasbourg-Kehl de l'OTAN, le constat sur les capacités de défense européennes est frustrant: malgré une paix continue pendant plus d'un demi-siècle, force est de constater qu'elle n'est pas le fait des européens, dépendant pour l'essentiel de l'OTAN et du parapluie sécuritaire américain, ni une nouvelle constante, avec le regain de tensions aux frontières nord, est et sud de l'UE. A cela s'ajoutent la multiplication des conflits régionaux et des crises sécuritaires (terroristes, environnementales, économiques, alimentaires, sanitaires, trafics humains, d'armes et de drogues, besoins d'extraction de ressortissants et civils, cyber-menaces), qui ont repris leur caractère international, et demandent une gestion multipolaire en accord avec l'architecture des puissances géopolitiques du monde du XXIème siècle. Le schéma sécuritaire global de la Guerre Froide a laissé sa place à un schéma fait de flux transnationaux démultipliés par la globalisation, créant de nouveaux espaces composés aussi de puissances émergentes et de groupes para-étatiques pérennes dans les zones de tension, dont les effets pervers avec des impacts sécuritaires encore mal cernés, ne peuvent être contrés de manière efficace qu'à l'échelle multipolaire. Le nouveau Concept Stratégique de l'OTAN, ainsi que la mise à jour de la Stratégie Européene de Sécurité doivent refléter pleinement ces évolutions. C'est d'ailleurs cette analyse qui prime dans l'opinion européenne (dans l'EuroBaromètre de 2008, 64% des européens pensaient que les décisions de défense et politique étrangère devraient être prises en commun, ils étaient 67% en 2007 et 62% en 2006, voir QA20a. 5 dans EB69, EB68, EB67; de même que pour la lutte contre le terrorisme avec respectivement 79%, 81% et 81%) en ce qui concerne les nouvelles justifications du rôle de l'Union (faisant suite au triptyque de justifications pendant la Guerre Froide, en tant qu'élément de paix, démocratie et prospérité). La tribune signée par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy dans Le Monde et leSüddeutsche Zeitung le 5 février 2009 demandant un plus haut degré de cohésion européenne dans le cadre de la PESC confirme cette orientation, tout comme le retour annoncé de la France dans le commandement intégré de l'OTAN, interprétée par certains analystes néoconservateurscomme une européanisation excessive des centres de décision de l'Alliance.
  • Naissance de l'Alliance Géostratégique

    Par | 2 recommandés
  • Madagascar: un nouveau cycle durable de tensions politiques

    Par | 2 recommandés
    La proclamation par le Maire d’Antananarivo, Andry Rajoelina, d’une reprise de l’ensemble des affaires nationales et d’une procédure de destitution à l’égard du président Marc Ravalomanana, suite à des tensions politiques importantes depuis la mi-décembre 2008, suivi d’une destitution du Maire par le Ministère de l’Intérieur, ont plongé Madagascar dans une crise politique durable.
  • Géopolitique Arctique: UE, EEE, Islande, Groenland, intérêts géoéconomiques, stratégies de niche, et intégration européenne

    Par | 3 recommandés
  • Bouleversements géopolitiques dans l'arctique

    Par | 1 recommandé
    La perte de glace de la banquise arctique ces 35 dernières années, devenue spectaculaire au cours des étés 2000 à 2007, et représentant 1,7 millions de km2 en 2007, ainsi que l'accélération de la fonte au Groenland (300 milliards de tonnes par an) changent progressivement la géopolitique de la région arctique.
  • La première puissance mondiale saura-t-elle se trouver une nouvelle politique étrangère multilatérale?

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    L'élection de Barack Obama laisse entrevoir un revirement de la politique étrangère américaine suite aux huit années de présidence de George W. Bush. Cependant ce revirement ne doit pas occulter la réalité politique interne des Etats-Unis, très présente dans sa projection internationale. De même, le retour d'une grille de lecture des relations internationales similaire au XIXème siècle, faisant sienne la notion de rivalité entre puissances dans un monde multipolaire (Robert Kagan), et refusant les obligations internationales des traités signés au XXème siècle, rivalisera avec le multilatéralisme de la nouvelle équipe de politique étrangère, fortement inspirée par les néo-démocrates, ainsi que les conceptions plus récentes des relations internationales prônées par de nombreux conseillers du nouveau président (acteurs non-étatiques, géoéeconomie, droit environnemental, codification juridique internationale des droits de l'homme et de la gouvernance par le droit, lutte contre les pandémies, etc.). A l'inverse, les crises mondiales du début de XXIème siècle dans les domaines financiers, énergétique, environnemental, et alimentaire, ainsi que la non-participation des Etats-Unis aux efforts internationaux de régulation environnementale et pénale, de construction d'un système international sur la base du multilatéralisme, avec l'aide des puissances émergentes (BRIC+KMS, G20), son retrait des traités anti-missiles balistiques (Traité ABM), les blocages pour la réduction des armes stratégiques (STARTIII), la non ratification du traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICEN / CTBT), et les deux guerres de longue durée qui concentrent toute l'attention des forces armées américaines, créent une pression nationale et mondiale pour une véritable métamorphose de la politique étrangère américaine, à l'image de celle qu'avait du opérer Franklin Roosevelt dans les années 30.
  • Géopolitique et géostratégie d'une puissance mondiale qui se dévoile: la Chine du début du XXIème siècle

    Par | 1 recommandé
    Les jeux olympiques de Beijing d'août 2008 auront eu pour objectif de faire rentrer la Chine dans le système international du XXIème siècle en tant que grande puissance partenaire. Cependant, la préparation de l'événement, avec de nombreuses crises régionales et internationales, aura permis de déceler plus facilement les failles géopolitiques actuelles du pays.  De plus, la participation de la Chine à de nombreuses crises externes et internes de manière quasi-simultanée (Corée du Nord, Soudan, Zimbabwe, Tibet, Birmanie, Sichuan, Xinjiang), et les relations diplomatiques évolutives avec ses principaux partenaires (Taïwan, Japon, Russie, Etats-Unis, UE, UA et Unasur), auront transformé la position géostratégique de la Chine au cours du premier semestre 2008.  Dire que cette année est charnière pour la Chine, marquant le début d'une nouvelle ère, avec l'affirmation de la présence d'un géant géopolitique, à l'échelle mondiale, et non plus seulement régionale, n'est donc pas une exagération. Cependant, les actions géopolitiques (au sens large) menées par la Chine actuelle ne peuvent être dissociées de sa longue et complexe histoire. Nombre de réflexes politiques actuels découlent du "géojuridisme intérieur" et de la géoéconomie.