Dominique Huez

Médecin du travail, animateur de l'association santé et médecine du travail

Voir tous
  • L’Ordre des médecins complice du management néolibéral

    Par
    L’objectif de l’Ordre des Médecins en favorisant le renoncement à un diagnostic d’origine professionnelle lors d'une « conciliation » piège ou par une contrition « à la chinoise » devant une chambre disciplinaire, est d’invisibiliser ou de nier les effets du management néo-libéral qui dénie la personne humaine
  • Une psychiatre interdite d'exercice pour avoir attesté du lien santé-travail

    Par
    Encore un médecin interdite d'exercice pour avoir attesté du lien santé-travail. L'ordre des médecins continue à suppléer le patronat en difficultés quand un salarié met en cause son employeur devant une juridiction. Appel au soutien devant l'ordre des médecins à 8h45 le 26 février pour l'appel public. Soutien de UGICT-CGT, Solidaires, ass.SMT, USP, SMG, MIOP, ASD-Pro.
  • Rejet par la CEDH d'un recours contre les plaintes d'employeurs

    Par
    Ce rejet par la CEDH le 7 février 2019 est une première suite aux plaintes d’employeurs devant l’ordre des médecins, contre un médecin ayant attesté du lien entre l’atteinte à la santé de son patient et son travail. L'association Santé et Médecine du Travail saisit le Défenseur des droits.
  • Le Conseil d'état permet à la juridiction d'exception de l'ordre de perdurer

    Par
    Face à l’ordre des médecins, le Conseil d’état refuse d’arbitrer le déni de justice envers la Dr Karine Djémil, médecin du travail interdite d’exercice pour trois mois pour son action de sauvegarde auprès de patientes harcelées sexuellement. L’ordre des médecins n’entend jamais à décharge la parole des patients, ce qui est contraire à la loi Kouchner et à l’article 6§3b de la CEDH.
  • L'Ordre des médecins grand absent du débat politique

    Par
    L'ordre des médecins et ses chambres disciplinaires sont absents du débat politique et médiatique concernant son fonctionnement, ses juridictions d'exception et ses conflits d'intérêts. Il est trop utile aux pouvoirs en place par son corporatisme étanche qui occulte l'inscription sociale des déterminants de santé et ses enjeux environnementaux ou de travail.