«À l’air libre»: l’émission vidéo de Mediapart sur l’épidémie

Mediapart vous donne rendez-vous ce mercredi 18 mars à 20 h pour le premier numéro de « À l’air libre », émission vidéo quotidienne en accès libre sur notre site consacrée à l’actualité de l’épidémie, en France et à l’étranger, et à nos conditions de vie face au coronavirus.

Ce premier numéro de « À l’air libre » est une émission-test qui sera améliorée progressivement, en tenant compte de vos réactions. Tournée dans les conditions du direct, elle a été réalisée de façon entièrement virtuelle, sans regroupement ni déplacement des participant·e·s, toute l’équipe de Mediapart étant en télétravail depuis le week-end dernier, avant même la décision officielle d’un confinement individuel. Accessibles gratuitement, les vidéos de cette émission seront diffusées à la fois sur notre site, sur YouTube et sur Facebook.

«A l’air libre», la nouvelle émission vidéo de Mediapart au temps du coronavirus © Mediapart

« À l’air libre » : cet intitulé recouvre tous les défis que nous lance l’épidémie. Un virus qui circule à l’air libre tandis que nous aspirons, toutes et tous, à pouvoir de nouveau vivre à l’air libre. En ce sens, cette émission est une fenêtre proposant une échappée en période de confinement, afin de sortir du repli et de l’isolement, de l’angoisse ou de la solitude, qui forcément rôdent parmi nous. Il s’agira d’un lieu d’information mais aussi d’échange, par le partage de témoignages et de réflexions, avec notamment des interventions venues de l’étranger.

Notre projet est à la fois de tenir la chronique événementielle de l’épidémie, en France comme à l’étranger, et de faire entendre des témoignages sur son vécu quotidien, selon les conditions et les contraintes de chacun·e·s. Projet collectif et transversal de l’équipe de Mediapart, lancé d’abord sous le nom de code « Solidarités », cette émission est notamment impulsée par Mathieu Magnaudeix (du pôle International), Caroline Coq-Chodorge (du pôle Société), Valentine Oberti (du pôle Live), Armel Baudet (du pôle Communautés) et Alexandre Mimran (du pôle Technique). Pour contacter l’équipe de l’émission, écrire ici : alairlibre@mediapart.fr

Comme nous l’avions annoncé, tout Mediapart travaille désormais à distance, se retrouvant dans une sorte d’immeuble virtuel, avec des réunions régulières par visioconférence, démultipliées par la création de plusieurs salles spécifiques – y compris une salle de gymnastique, pour s’entraîner ensemble à la faire à domicile, et une salle dite détente, afin de se retrouver de façon informelle pour un échange convivial hors travail.

Dans le même temps, tout notre réseau de journalistes pigistes, correspondant·e·s à l’étranger notamment, a été mobilisé pour rendre compte de l’épidémie au-delà de nos frontières. De plus, le pôle enquête de Mediapart a lancé un appel, avec une adresse mail dédiée (covid@mediapart.fr), pour recevoir des informations ou des documents afin de combattre l’opacité des pouvoirs et rester maître de notre destin collectif (lire le billet de Fabrice Arfi).

Fil d’actualité de l’épidémie, notre LiveBlog est en accès libre et gratuit tout comme le sont toutes les contributions du Club de Mediapart et tout comme le sera l’émission « À l’air libre ». Mediapart, qui ne vit que du soutien de ses abonné·e·s, n’est cependant pas barricadé derrière un mur payant : les titres et résumés de nos articles sont en accès libre ; chaque article peut être offert par nos abonné·e·s à autant d’ami·e·s qu’ils ou elles le désirent ; notre Club participatif est totalement en accès libre et, face à une crise de cette ampleur, fait intrinsèquement partie de notre mission démocratique.

Nos abonné·e·s y alimentent spontanément la chronique de l’épidémie (voir ici par exemple le journal de David Dufresne, celui de Muriel Pérez ou la playlist de Jean-Pierre Favier), faisant part de leurs expériences, de leurs réflexions ou de leurs suggestions (lire ici une recommandation de François Gèze sur l’achat de livres en ligne ou une réflexion de Laurence de Cock sur l’éducation à distance, en hommage à la pédagogie Freinet). Celles et ceux qui s’occupent de l’animation du Club dans notre équipe ont lancé un appel général à témoigner (lire ici leur billet).

Par temps de confinement, Mediapart c’est à la fois une mine de lectures (voir ici tous nos dossiers) et un univers multimédia (voir là notre Studio, avec ses vidéos, podcasts et portfolios). Nous vous proposons ainsi des films documentaires – une trentaine au total, grâce à notre partenaire Tenk –, en particulier ceux qui devaient être projetés au festival du Cinéma du réel qui a été annulé (lire le billet de Sophie Dufau). Et, avec nos partenaires de En attendant Nadeau, nous vous suggérons des lectures au temps du corona.

Malgré les contraintes imposées par le confinement à domicile et par la fermeture des écoles, toute l’équipe de Mediapart essaye au mieux de remplir sa mission d’intérêt public, au service de votre droit de savoir. Depuis ces trois derniers jours, la diversité de nos contenus prouve qu’elle y réussit, tentant d’appréhender cette crise sous toutes ses facettes, les questions sanitaires bien sûr (lire par exemple ici, et ), mais aussi sociales (lire ici, et ), démocratiques (lire ici, et ), internationales (lire ici, et ), économiques (lire ici, et ).

Brutal révélateur politique dont les leçons s’élaborent en même temps que nous y faisons face, l’épidémie du Covid-19 est un moment de vérité pour le journalisme, sa fonction démocratique et sa responsabilité sociale. Par notre mobilisation collective, tout en nous protégeant nous-mêmes pour protéger les autres, nous espérons être au rendez-vous de vos attentes. En vous remerciant de votre fidélité, nous vous souhaitons ainsi qu’à vos proches de traverser au mieux cette épreuve où, si nous l’avions oublié, nous redécouvrons les vertus de l’entraide, de ce souci de l’autre qui est la seule garantie d’un authentique souci de soi.

> Le numéro #1 de « À l’air libre » :

Le numéro #1 de À l'air libre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.