Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 août 2018

1968: Bilans à chaud

N°93 de ma série « 1968 ». Cet article rassemble quelques bilans à chaud, de gauche à droite. Il sera suivi par ceux faits 10, 20, 30, 40 et 50 ans plus tard. Prochain article: « 11 Août 68: Opération Teresita à Santiago, Chili»

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

9 août 2018 - 

Gauche révolutionnaire

Barjonet, André, 1968, La révolution trahie, Paris, Didier.

Coll. : Ouvriers face aux appareils ; une expérience de militantisme chez Hispano-Suiza, Paris, Maspéro, 275 p., 1970.

 Coll. : Notre arme c’est la grève (la grève chez Renault-Cléon), Paris, Maspéro, 128 p., 1968.

ICO (Information Correspondance ouvrière) : « La grève généralisée en France », suppl. au n° 72, 40 p., Paris 1968.

De Massot François : « La Grève générale (mai-juin 1968) », suppl. au n° 437 d’Informations ouvrières, Paris, 311 p., sd.

Morin Edgar, Lefort Claude, Coudray Jean-Marc : Mai 1968, la brèche. Premières réflexions sur les événements, Paris, Fayard, 142 p., 1968.

Pesquet Jacques (« Un responsable du comité central d’action provisoire ») : Des soviets à Saclay ?, Paris, Maspéro, 87 p., 1968.

R. Gregoire & F. Perlman: "Worker-Student Action Commitees, France May ‘68 ", Black & Red book, Kalamazoo, 1969

Al Massira: La révolte des étudiants égyptiens, Paris, Editions Maspéro, 1972, 84p.

Cohn-Bendit Daniel et Gabriel : Le Gauchisme, remède à la maladie sénile du communisme, Paris, Le Seuil, 1968.

Talbo J.-Ph. : La Grève à Flins, Paris, Maspéro, 98 p., 1968.

Viénet René : Enragés et situationnistes dans le mouvement des occupations, Paris, Gallimard, 1968.

Alain Krivine et Daniel Bensaid: vidéo campagne élections présidentielles (Juin 1969): 

ALAIN KRIVINE © Ina Politique
  • Internationale situationniste: Compilation Mai 68 (Juillet 1968). Extrait du chapitre un: 

« L’histoire présente peu d’exemples d’un mouvement social de la profondeur de celui qui a éclaté en France au printemps de 1968 ; elle n’en présente aucun où tant de commentateurs se sont accordés pour dire que c’était imprévisible. Cette explosion a été une des moins imprévisibles de toutes. Il se trouve, tout simplement, que jamais la connaissance et la conscience historique d’une société n’avaient été si mystifiées.

Les situationnistes par exemple, qui avaient dénoncé et combattu «l’organisation des apparences» au stade spectaculaire de la société marchande, avaient depuis des années très exactement prévu l’explosion actuelle, et ses suites. La théorie critique élaborée et répandue par l’Internationale situationniste constatait aisément, comme préalable à tout programme révolutionnaire, que le prolétariat n’était pas aboli ; que le capitalisme continuait à développer ses aliénations ; que partout où existe cet antagonisme la question sociale posée depuis plus d’un siècle demeure ; que cet antagonisme existe sur toute la surface de la planète. L’I.S. expliquait l’approfondissement et la concentration des aliénations par le retard de la révolution. Ce retard découlait manifestement de la défaite internationale du prolétariat depuis la contre-révolution russe, et de la poursuite complémentaire du développement de l’économie capitaliste. L’I.S. savait bien, comme tant d’ouvriers privés de la parole, que l’émancipation des travailleurs se heurtait partout et toujours aux organisations bureaucratiques qui sont leur représentation autonomisée : bureaucratie constituée en classe, en Russie, et subséquemment dans d’autres pays, par sa saisie du pouvoir étatique-totalitaire ; ou bien couche de cadres privilégiés, syndicalistes ou dirigeants de partis, au service de la bourgeoisie moderne, travaillant à intégrer dans la gestion rationnelle de l’économie la force de travail dont ils s’érigent en courtiers. »

« Rodez: Texte politique intégral de fusion entre Le Pavé et le Mouvement du 24 mai (fruit d’une semaine de réflexion du 21 au 26 juillet 1968) diffusé en brochure : « Nous savons désormais qu’une révolution est possible en Europe occidentale. Nous savons mieux ce que pourrait être un processus révolutionnaire et quelles conditions sont nécessaires à sa réussite. L’insurrection étudiante a pu prendre le pouvoir dans l’Université et faire fonctionner celle-ci contre la logique de la société ambiante et son Etat sans que celui-ci fût mortellement atteint dans l’immédiat. Par contre, nous sommes conscients que le soulèvement ouvrier ne peut se faire de même sans s’attaquer directement à la société capitaliste, à la propriété des moyens de production. Une telle rupture ne peut être menée à bien par le type d’action spontanée qui a conquis l’université : elle suppose une stratégie politique, c’est-à-dire l’existence d’une organisation révolutionnaire. Cette organisation, si elle avait existé, si elle avait exercé son influence au sein des comités de grève et des comités d’action locaux aurait pu installer partout des centres de pouvoir ouvrier et populaire avant que l’Etat fut à même de réagir. Elle aurait pu briser les principaux ressorts de l’Etat capitaliste avant d’avoir à engager et à gagner contre lui l’épreuve de force finale. C’est dans cette perspective qu’il nous a paru nécessaire, à nous, jeunes travailleurs, d’entamer immédiatement un travail de recherche et d’information à l’échelle de notre ville et de notre région, sans attendre une nouvelle crise éventuelle à l’Université ou dans les usines. Nous croyons qu’une ligne révolutionnaire ferme est indispensable pour toute action. Mais l’heure n’est pas au sectarisme : c’est dans la confrontation la plus large que peuvent se dégager les idées justes. Devant la diversité et la complexité des problèmes, nous lançons un appel à tous les mécontents du présent, les exploités du travail, tous ceux qui veulent contribuer à la victoire du socialisme. Plus que jamais la lutte continue » 

Gauche réformiste

- Waldeck Rochet, secrétaire général du PCF: extrait du rapport au Comité Central ( 8 et 9 juillet 1968

Waldeck Rochet :Les enseignements de mai-juin '68, Editions Sociales, 1968.

Georges Séguy : Le mai de la C.G.T, Juillard, 1968.

Poperen Claude : Renault. Regards de l’intérieur, Paris, Editions sociales, 228 p., 1983.

CFDT : « Position et action de la CFDT au cours des événements de mai-juin 1968 », n° spécial de Syndicalisme, Paris 1969.

Salini Laurent : Mai des prolétaires, Paris, Editions sociales, 173 p., 1968.

 Touraine Alain : Le Mouvement de Mai ou le Communisme utopique, Paris, Seuil, 1968, rééd. « Points », 1972.

 Droite

Aron, Raymond: 1968, La révolution introuvable, Paris, Fayard, p. 168. 

Droit, MichelLes Feux du crépuscule : journal 1968 1970, Paris, Plon, 1970

- De Gaulle : Vidéo Entretien télévisé du 7 juin 1968. Extrait: «Cette explosion a été provoquée par quelques groupes qui se révoltent contre la société de consommation, contre la société mécanique, qu’elle soit communiste à l’Est, ou qu’elle soit capitaliste à l’Ouest. Des groupes qui ne savent pas du tout d’ailleurs par quoi ils la remplaceraient, mais qui se délectent de négation, de destruction, de violence, d’anarchie, qui arborent le drapeau noir.»

- Raymond Aron: Vidéo entretien à la Radio Télévision Suisse (13.06.1968). Raymond Aron avoue d'emblée la difficulté qu'il éprouve à analyser les événements de Mai 68, dans l'état de colère et d'indignation qui est le sien. Il livre sa vision de ces «jours d'illusion lyrique» que selon lui rien ne laissait présager… « La crise du mois de Mai a été un immense défoulement, contrepartie d’un refoulement ».

Raymond Aron analyse Mai 68 © Andrea Cirla

Autres

Giroud, Françoise :1968, La première balle, ‘l'Affrontment'  l’Express.

J.R. Tournoux, Le mois de mai du Général (Plon, 1968)

Pierre Viansson-Ponté, Histoire de la République Gaullienne, deuxième volume qui couvrent la période 1962-1969 (Fayard, 1971) 

Claude Paillat, Archives Secrètes 1968-69 : Les coulisses d'une année terrible (Denoël, 1969)

Centre d'études sociologiquesLa majorité passive et les minorités actives en mai 1968 : Opinion des masses populaires (1970, CNRS, 400 pages)

Rioux Lucien, Backmann René : L’Explosion de mai, Paris, Robert Laffont, 615 p., 1969.

******************************

50 ans plus tard... 

******************************

Ma série « 1968 »

  • Première partie « Mise en jambes »: 37 articles à consulter ici
  • Deuxième partie couvrant Mai et Juin, « La plus grande grève générale en France ». 42 articles déjà parus à consulter ici
  • Troisième partie, « Bilans et secousses », qui comptera des dizaines d’articles d’ici la fin de l’année:
  1. Mai 68: une situation révolutionnaire ?
  2. Bilan et leçons de la grève générale de 68
  3. Lettre d'un enfant de 1968 à un jeune de 2018
  4. Un bilan de 68 par Ludivine Bantigny et Alain Krivine
  5. La deuxième vague féministe, fille légitime de 68 
  6. 18 Juillet 68: les CRS chargent les festivaliers d’Avignon
  7. 1968, année de l'autogestion ?
  8. Une féministe révolutionnaire ouvrière chez Renault Flins- vidéo
  9. 28 juillet 68: Mao dissout les « Gardes Rouges »
  10. 1968: toute une jeunesse transformée
  11. Le contexte international de 68
  12. Mieux soixante-huitard que jamais 

Bonne lecture. Merci pour vos commentaires. Merci aussi de partager.  

JAMAIS COMMÉMORER. TOUJOURS S'UNIR POUR NE PAS SUBIR ! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre